DES MYSTÈRES – 21 …

Format PDF

  « Il vous a été donné de connaître les mystères du Royaume des cieux… »

Matt 13 :11.

———————————

  La nuit était tombée depuis peu… assurément, la plupart des êtres étaient plongés dans le sommeil… Le silence, qui s’établit me permit d’ « entendre » les réflexions intérieures, silencieuses elles-aussi, dans mon esprit… Soudain, me vint cette pensée… L’homme, dans son assoupissement… quelles que soient son intelligence, ses capacités, ses forces, ses faiblesses… ne serait-il plus qu’un corps, certes vivant, mais inerte ? … En quoi se distingue-t-il des autres ?… En quoi consiste ce que l’on appelle la dignité de l’homme ?… Or, ne sommes-nous pas un esprit invisible dans un corps visible… appelés à rencontrer Celui qui est notre Créateur et Sauveur ? …

  Le paysage, se devinant dans l’obscurité, semblait être habité par une sorte de force pensante… comme émanant de l’Esprit de Dieu, dont il est dit qu’Il « soutient toutes choses par sa Parole puissante » … C’est alors que, surgissant de l’Écriture, je vis défiler dans ma pensée comme une cohorte… les patriarches, les prophètes, les apôtres, et autres témoins de la foi… Puis me vinrent à l’esprit les moments ultimes vécus par Jésus, dont il est dit que… « dans les jours de sa chair, ayant présenté avec de grands cris et avec larmes des prières et des supplications à Celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été exaucé à cause de sa piété, a appris, bien qu’il fût fils, l’obéissance par les choses qu’il a souffertes » …

  Ces moments extrêmes traversés par Jésus, décrits avec une telle profondeur, une telle empathie… l’écrivain de l’épître aurait-il donc été présent lors de l’agonie du Christ ? … Évidemment pas… Mais il la décrivit comme étant, en quelque sorte, dans l’esprit de cette agonie… et ceci par l’Esprit de Dieu qui l’inspira… Agonie de Jésus, dont l’aboutissement par Sa mort et Sa résurrection traça le chemin, que suit tout véritable racheté… lequel, intensément, vit, prie, pense, parle, agit, combat… loue Dieu… Et ceci « par » l’Esprit reçu d’en haut… c’est-à-dire « de l’intérieur » même de l’Esprit du Ressuscité demeurant en lui…

  Sans doute avons-nous eu, parfois, la pensée de voir, et même de vivre une incompatibilité entre l’esprit et la chair… cette chair, certes, « demeurant étrangère à l’Esprit de Dieu » … Or, ce fut « dans les jours de sa chair » que Jésus soutint Son combat… « luttant dans une chair semblable à la nôtre » … mais une chair « sans péché » … Or « Celui-là même qui n’a pas connu le péché », Dieu l’a fait devenir, non pas « pécheur » … mais « péché » pour nous… et ce péché, qui est le nôtre, Jésus accepta de le porter pour nous en libérer… C’est donc parce que nous ne pouvions pas être justifiés par nous-mêmes… que « nous le fûmes en Jésus » … Lequel fut fait pour nous « Justice de Dieu » … C’est en étant donc justifiés par Lui, que nous soutenons le combat spirituel dans notre esprit régénéré par l’Esprit-Saint… Et ceci, non pas « par » notre propre chair, tout en étant, cependant, « dans » notre corps de chair… mais ayant été purifié et sanctifié par le Sang et l’Esprit de Jésus…

  Dieu a effacé les faiblesses de nos pensées, et celles de notre chair… Mais, au cas où il en subsisterait des « cicatrices » dans notre mémoire… telles les « pensées culpabilisantes » … Christ, qui nous a justifiés des accusations portées contre nous par « l’Adversaire de nos âmes », « l’accusateur des frères » … à plus forte raison, nous a-t-Il justifiés en face de nos propres accusations, portées contre nous-mêmes… Ainsi donc, notre esprit et notre corps, bien que différents de nature, bénéficient-ils, chacun en son rang de la même Grâce rédemptrice… qu’aucun « ressouvenir » des péchés ne saurait ternir…

  Poursuivant la marche, j’aperçus au détour du sentier un étang entouré de roches blanches… où, sous un léger souffle, la surface des eaux reflétait l’astre solitaire en autant de pépites dorées… Je me mis à penser à tout ce que pouvait évoquer cette scène intime… Tout à coup, en ce lieu invitant à la méditation, se présentèrent à mon esprit certaines Paroles…  Soulignant la place que tient notre corps dans le Dessein divin… En effet, est-il écrit « S’il y a un corps animal, il y a aussi un corps spirituel » … Ainsi, « de même que nous avons porté l’image du terrestre, nous porterons aussi l’image du céleste » … Tels sont donc le corps « contenant visible » de notre esprit, et l’esprit « contenu invisible » de notre corps… qui nous constituent… L’un et l’autre sont au bénéfice de l’œuvre de la Rédemption… À ce moment, je ne pus m’empêcher de laisser jaillir des louanges de mon cœur devant l’Œuvre divine… englobant tout notre être…

  La petite clairière, dans laquelle je m’étais arrêté, fut le lieu où montèrent en moi maintes réflexions… celles-ci pénétrant les vérités profondes révélant le Mystère divin… Jésus… Jésus venu de Dieu… « engendré » par l’opération de l’Esprit-Saint… « conçu » dans le sein d’une vierge… et venu donc en chair… Prodige unique inscrit dans le Dessein éternel de Dieu… Jésus ne fut pas seulement « Esprit », mais « chair »… car sur le bois de la croix, ce ne fut pas « en Esprit », ni « spirituellement », que Jésus fut crucifié… Il le fut, et dut l’être « dans le corps de sa chair même » … Ainsi Jésus, ressuscité des morts et dans l’attente d’être élevé et glorifié en Dieu, put-Il dire en se présentant à Ses disciples… « Voyez mes mains et mes pieds… c’est bien moi ; touchez-moi voyez ; un « esprit » n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’ai » …

  Jésus ressuscité… manifestation surnaturelle, indicible… suscita chez les disciples, affligés et déconcertés, un mélange, à la fois, de joie, d’incrédulité momentanée et d’étonnement… ce à quoi Jésus leur répondit de la manière la plus étonnante de naturel et de simplicité… En effet, Jésus ne fit aucun discours … aucun signe … aucune prophétie… aucun miracle… pour les « aider » à croire… si ce n’est, tout naturellement et sous leurs yeux, de « manger du poisson rôti et un rayon de miel » … pour leur « prouver » … que c’était bien Lui, vivant, debout devant eux…

  Dieu est Esprit… l’Esprit précède l’existence et toutes choses… Et les créatures humaines ont été faites à l’image de Dieu, selon la Pensée et le Dessein du Créateur… Ainsi, le corps de l’homme étant donc le contenant de son esprit, et son esprit le contenu de son corps, ils sont donc indissociables… Ce corps, « créature merveilleuse » s’écria le Psalmiste, est, cependant, sujet à toutes sortes d’altérations… faiblesse, maladie, vieillesse et mort… au point que, parfois, notre esprit fléchirait sous le poids de l’épreuve, de la souffrance… Or, nouvelle glorieuse et consolatrice… « Ce corps mortel sera revêtu de l’immortalité » … Apprendre ainsi que notre esprit et notre corps transformés sont appelés à une même destinée…Une telle nouvelle, une telle assurance nous élève autant dans l’adoration… qu’elle nous invite, en même temps, à demeurer dans la plus profonde humilité…

  Mes regards, fixant les cieux étoilés, s’abaissèrent alors… et se posèrent sur un arbre solitaire, se distinguant quelque peu dans l’obscurité… Ses branches, dépourvues de feuillage, se détachaient dénudées et blanches sous la clarté lunaire… portant en elles la promesse de la sève montante dans l’attente de la saison nouvelle… La nature de cette sève m’évoqua la Sève divine… la Vie intérieure… Cette Vie spirituelle de l’Esprit reçue en nous d’En-Haut… dans l’attente nous aussi d’en porter du fruit pour Dieu… que manifeste la transformation en nous opérée par Lui…