Archives par mot-clé : Pur

M6 – VOICI TON DIEU …

Format PDF

  « Aaron reçut les anneaux de leurs mains, jeta l’or dans un moule et fit un veau en fonte. Et ils dirent : Israël ! Voici ton Dieu, qui t’a fait sortir du pays d’Égypte… » Exode 32:4.

  Ce n’est pas seulement des mains des Hébreux qu’est sorti ce veau d’or, mais de leurs pensées. C’était un des faux dieux du pays où ils ont tant souffert, une idole qui n’eut cependant aucune attention à leur égard au temps de leur esclavage ; et ce fut là leur choix ! Il est écrit que les hommes « se vantant d’être sages, sont devenus fous ; et ils ont changé la gloire du Dieu incorruptible en images représentant l’homme corruptible, des oiseaux, des quadrupèdes, et des reptiles… » Rom 1:22-23. Ils quittèrent l’Égypte, mais l’esprit de l’Égypte les suivit ; ceci montre que l’on peut conserver des représentations fausses de Dieu, encore après L’avoir connu. De même que les Hébreux fabriquèrent une idole à partir de leurs biens propres, c’est pareillement du moi charnel, du dedans de soi-même que l’on tire son idole, c’est-à-dire, de son idée, de ses propres idées sur Dieu et sur la Parole de Dieu. Et nous portons en nous, par nature, ces représentations humaines de Dieu prêtes à prendre forme en cas de perte de vie spirituelle.

  Faute de Présence spirituelle et invisible de Dieu, on recherche une présence matérielle et visible. On remplace donc Sa Présence par ce qui n’est qu’une représentation, laquelle, par le fait, nous tient éloignés de l’original, c’est-à-dire du Seigneur et de tout ce qui en découle. Toute prière idolâtrique exprime des besoins sentimentaux et matériels en vue d’exaucements de protection, de santé, et de prospérité ici-bas, et non de besoins spirituels et désintéressés. On reconnait, en cela, que les appels faits aux croyants en insistant sur les bénédictions que ceux-ci recevraient en retour de leur libéralité, sont du même esprit ; c’est une incitation à l’idolâtrie des biens de ce monde, sachant que « la cupidité est aussi une idolâtrie… » Col 3:5.

Continuer la lecture