Archives par mot-clé : Moise

M6 – VOICI TON DIEU …

Format PDF

  « Aaron reçut les anneaux de leurs mains, jeta l’or dans un moule et fit un veau en fonte. Et ils dirent : Israël ! Voici ton Dieu, qui t’a fait sortir du pays d’Égypte… » Exode 32:4.

  Ce n’est pas seulement des mains des Hébreux qu’est sorti ce veau d’or, mais de leurs pensées. C’était un des faux dieux du pays où ils ont tant souffert, une idole qui n’eut cependant aucune attention à leur égard au temps de leur esclavage ; et ce fut là leur choix ! Il est écrit que les hommes « se vantant d’être sages, sont devenus fous ; et ils ont changé la gloire du Dieu incorruptible en images représentant l’homme corruptible, des oiseaux, des quadrupèdes, et des reptiles… » Rom 1:22-23. Ils quittèrent l’Égypte, mais l’esprit de l’Égypte les suivit ; ceci montre que l’on peut conserver des représentations fausses de Dieu, encore après L’avoir connu. De même que les Hébreux fabriquèrent une idole à partir de leurs biens propres, c’est pareillement du moi charnel, du dedans de soi-même que l’on tire son idole, c’est-à-dire, de son idée, de ses propres idées sur Dieu et sur la Parole de Dieu. Et nous portons en nous, par nature, ces représentations humaines de Dieu prêtes à prendre forme en cas de perte de vie spirituelle.

  Faute de Présence spirituelle et invisible de Dieu, on recherche une présence matérielle et visible. On remplace donc Sa Présence par ce qui n’est qu’une représentation, laquelle, par le fait, nous tient éloignés de l’original, c’est-à-dire du Seigneur et de tout ce qui en découle. Toute prière idolâtrique exprime des besoins sentimentaux et matériels en vue d’exaucements de protection, de santé, et de prospérité ici-bas, et non de besoins spirituels et désintéressés. On reconnait, en cela, que les appels faits aux croyants en insistant sur les bénédictions que ceux-ci recevraient en retour de leur libéralité, sont du même esprit ; c’est une incitation à l’idolâtrie des biens de ce monde, sachant que « la cupidité est aussi une idolâtrie… » Col 3:5.

Continuer la lecture

M412 – UN ROCHER SPIRITUEL …

Format PDF

      « Frères, je ne veux pas que vous ignoriez que nos pères ont tous été sous la nuée, qu’ils ont tous passé au travers de la mer qu’ils ont tous été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer, qu’ils ont tous mangé le même aliment spirituel, car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher était Christ. Mais la plupart d’entre eux ne furent point agréables à Dieu, puisqu’ils périrent dans le désert. Or, ces choses leur sont arrivées pour nous servir d’exemples, afin que nous n’ayons pas de mauvais désirs, comme ils en ont eu… » I Cor 10:1-5.

     L’histoire nous présente les générations comme suivant leur propre cours. Le cheminement des hommes en ce monde ne laisse pas toujours voir les interventions du Créateur. La Main de Dieu, cependant, œuvre dans les vies de ceux qu’Il appelle, parfois à leur insu, et de ceux qui Le cherchent par des chemins, quelquefois longs et difficiles. Les uns y voient se manifester la Providence de Dieu, tandis que d’autres n’en voient aucune trace. Tout ceci est perçu, ou non, selon la recherche ou l’absence de recherche de chaque âme. Dieu, de tout temps, a réservé l’ « eau de la vie » pour ceux qu’Il appelle, suscitant en même temps en eux la soif spirituelle, que seule désaltère cette « eau vive… » Jean 7:38. Ainsi, à partir du patriarche Abraham, par Isaac, Jacob, Joseph, par les juges et les rois, par tous les prophètes jusqu’à la venue de Jésus-Christ, Dieu ne laissa jamais les siècles se succéder jusqu’à nous sans la manifestation de la Plénitude de Sa Présence, même dans les périodes les plus sombres et les plus arides.

     Écrivant aux Israélites parmi les nations, l’apôtre Paul leur rappela combien les Manifestations de Dieu ont marqué la vie de leurs pères, notamment, lors de la sortie d’Égypte sous la conduite de Moïse. Il est dans la nature de l’Esprit de Dieu que ce qui s’est passé jadis ne se répète pas de la même manière. Les Grâces divines sont toujours aussi puissantes pour ceux et en ceux qui les reçoivent et les vivent, mais sous des formes diverses. Que ce soit la nuée céleste, la mer Rouge, le pain de la manne et l’eau du rocher, le racheté du Seigneur voit et vit des réalités, des prodiges dans sa marche avec Dieu. Ainsi, l’apôtre Paul, parlant du « rocher spirituel », fait  référence au premier rocher qui fut frappé par Moïse, sur l’ordre de l’Éternel à leur sortie d’Égypte : Exo 17:6, et non pas au second rocher, à la fin des quarante années en vue d’entrer dans le pays de Canaan, et auquel Moïse avait reçu l’ordre de « parler » seulement, et non pas de le « frapper » Nombres 20:11. Ce que le prophète, cependant, fit, et dont les conséquences furent que, du haut de la montagne, « il vit le pays promis, mais n’y entra pas… » Deut 34:4.

Continuer la lecture