Archives par mot-clé : Jésus-Christ

M413 – EN FORME DE DIEU …

Format PDF

    « Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ, lequel, existant en forme de Dieu, n’à point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et ayant paru comme un simple homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre… » Phil 2:5-10.

    De tous temps, des sages et des penseurs parmi les croyants se sont penchés sur le mystère de la rencontre de Dieu qui est Esprit avec l’homme qui est chair. Dieu, par l’Esprit, sous une forme humaine venant parmi les hommes ; était-ce donc possible, était-ce même  compatible ? Il s’avère que, parmi toutes les explications données et reçues, rien de satisfaisant ne put être trouvé, éclairant cette Vérité, cette Réalité divine dépassant notre entendement. Or l’apôtre Paul, dans son épître adressée aux Corinthiens, écrit : « Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n’imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation… » II Cor 5:19. L’ineffable simplicité des Écritures déclare que ceci n’est pas une pensée, une interprétation humaine, mais la Promesse divine accomplie par la manifestation de l’Esprit-Saint « couvrant de son ombre… » Luc 1:35, le corps d’une vierge choisie, de  laquelle  naquit  le  Saint Fils  annoncé par  le  prophète Ésaïe : « Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d’Emmanuel,  ce qui signifie Dieu  avec  nous… » Matt 1:23.

     Dès le commencement, l’Écriture annonce l’identité divine et humaine de Jésus, et ceci  par des signes les plus humbles. En effet, peu après que Marie eût enfanté, un ange,  s’adressant à des bergers de la contrée, déclara : « Ne craignez point ; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tous le sujet d’une grande joie : c’est qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. Et voici à quel signe vous le reconnaîtrez : vous trouverez un enfant emmailloté et couché dans une crèche… » Luc 2:11-12. Qu’est-il de plus humble, de plus courant qu’un « enfant dans les langes… » ? L’on se serait plutôt attendu à quelque signe plus élevé, plus éclatant même, mais il est dans la nature de la Sagesse de Dieu de cacher les choses, mais des choses d’autant plus recherchées par ceux qui sont appelés à les découvrir. Car c’est à de tels cœurs qui y aspirent, que sont révélées les vérités de Dieu. Ici s’accomplirent donc les paroles du prophète Ésaïe proclamées par l’ange Gabriel à Marie. Car c’est sous l’aspect humain des êtres et des événements que sont révélées, par l’Esprit, les « profondeurs de Dieu… » I Cor 2:12.

Continuer la lecture