Archives par mot-clé : Esprit de révélation

M5 – RABBI, MANGE …

Format PDF

  « Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait ; ne serait-ce pas le Christ ? Ils sortirent de la ville, et ils vinrent vers lui. Pendant ce temps, les disciples le pressaient de manger, disant : Rabbi, mange… ! » Jean 4:29-31.

  Pendant que chaque trait des paroles de Jésus illumine le cœur de la Samaritaine, les disciples reviennent avec leurs provisions de la ville de Sychar. Jésus est ému de voir les profondeurs de la Vérité pénétrer cette femme à la vie légère. Le Messie et la délivrance venant de lui être révélés, elle s’en retourne à la ville témoigner de ce qu’elle a reçu, et, dans sa hâte, elle en laisse sa cruche auprès du puits. Jésus tressaille en son esprit de ce que cette femme non-juive a saisi ce que des docteurs et des scribes à Jérusalem n’ont pas compris.

  Pendant ce temps, les disciples, se tenant là, pressaient Jésus de prendre son repas. « Rabbi, mange… ! » Ces paroles arrachent Jésus à ses pensées. Peut-on demander chose plus déplacée en un tel moment ? Ce ne peut être que quelqu’un qui ne connaisse pas Jésus, des personnes qui ne soient pas accoutumées à voir Jésus abîmé dans une méditation profonde ou qui ne sachent pas ce que c’est que de boire ces paroles ! Non point ! Ce sont tout simplement ses propres disciples qui ont faim et parce qu’ils veulent manger, ils estiment que Jésus doit aussi avoir faim comme eux ! Ils viennent de rompre la méditation de Jésus qui leur répond : « J’ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas. Ma nourriture est de faire la volonté de Celui qui m’a envoyé, et d’accomplir son  œuvre… » Jean 4:32-34.

Continuer la lecture

LES MYSTÈRES – 25 …

Format PDF

« Il vous a été donné de connaître les mystères du Royaume des cieux… »

Matt 13 :11.

———————————–

 Solitaire, face au soleil couchant, l’obscurité envahissait la plaine… Marchant toujours plus avant dans le silence de la nuit, mes pensées se firent de plus en plus « entendre » au-dedans de moi… devenant des prières à Dieu… Tout-à-coup, me dis-je, quelle est donc l’écoute de Dieu entre les prières pensées et les prières parlées ? … Je fus conduit à réaliser que tout ceci dépendait de notre état d’âme, de l’attitude intérieure à penser la prière, comme à l’exprimer… Il me vint à l’esprit que ces réflexions n’étaient pas sans fruit quant à la réception des choses d’En-Haut… Aussi, en les méditant, je fus saisi par la profondeur de la Présence vivifiante de l’Esprit… Ceci nous rappelant l’attitude de Jésus concernant la manière dont II s’adonna à l’intercession avant Son départ… et dont Il dit à Marie de Magdala : « Je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu… ».

  Ainsi par plusieurs paroles, paraboles et images, Christ, en nous révélant ce qui est caché, se révéla Lui-même à nous, en nous… Nous entendons Ses Paroles par lesquelles Il exprima les vérités, les réalités célestes… nous ouvrant à la compréhension spirituelle des choses divines… Or, celles-ci ne se reçoivent que par l’Esprit de révélation… et seule la Révélation spirituelle, reçue d’En-Haut, donne le sens divin, originel de la Parole… Ainsi, par la Vie divine reçue en nous, nous est donnée la compréhension spirituelle… Car l’Esprit de révélation est la substance divine, la « sève » de la Parole… éclairant l’esprit de la « nouvelle créature » que nous sommes devenus en Christ…

   L’âme, ayant reçu la compréhension de la Parole selon l’Esprit est donc divinement instruite, éclairée… Une telle âme, habitée par un tel désir de comprendre révèle son besoin spirituel… besoin auquel, seule, la Parole essentiellement « inspirée » pourvoit… Ceci, non seulement afin de « connaître », mais d’être « vivifiés » par ce que nous connaissons de la Parole… et ceci, en lui devenant semblables… Ainsi, par l’inspiration de l’Esprit, la Parole de Dieu est vivante et vivifiante en nous… Car, plus que des mots, plus qu’un texte, plus qu’une doctrine… la Parole est une Personne vivante, qui nous a fait naître et croître en elle… et qui, non seulement se lit, mais se vit…

  Ainsi, avant même d’avoir compris, la soif spirituelle est comblée, non seulement par la compréhension de la Parole… mais par la Vie divine qu’elle contient… Plénitude comblant la soif spirituelle de l’âme qui aspire, non seulement à connaître le « sens » de la Parole… mais à recevoir l’« essence » divine de celle-ci… Par l’inspiration de l’Esprit nous percevons au-dedans de nous la Nature inspirée de la Parole… avant même que celle-ci ne nous soit entièrement connue… Aussi sommes-nous appelés à recevoir, non seulement ce que nous avons à connaître de la Parole… mais aussi à recevoir, par elle, la connaissance de nous-mêmes…

  À cet instant, je fis une halte afin de discerner le cheminement de ces réflexions dans le silence de l’Esprit… Il me vint à la pensée l’œuvre du Créateur, la richesse et la diversité des choses créées… Choses visibles ici-bas, mais aussi celles invisibles des cieux… Certes, aspirant aux choses d’en-haut, il n’est pas possible de comprendre, par notre propre esprit, les profondeurs insondables de la Pensée divine… Aussi la Parole exprime-t-elle les choses célestes, éternelles par les représentations, les images des choses terrestres… créées par cette même Parole… Choses visibles à nos yeux, audibles à nos oreilles, destinées et compréhensibles à notre entendement humain… tandis qu’aux choses divines, à la Parole inspirée s’ouvre notre intelligence spirituelle… transformée et renouvelée par l’Esprit-Saint…

  Ce temps de méditation s’approfondissant, s’éleva alors cette pensée… « simplicité » … C’est alors que l’écriture nous rappelle de « veiller à ce que nos pensées ne se corrompent ni ne se détournent de la simplicité à l’égard de Christ » … Il n’est pas en effet de terme aussi peu exprimé dans la Parole que la simplicité… Cependant Dieu Lui-même, dit le psalmiste « se révèle aux simples » … auxquels la Parole précisément accorde l’intelligence et le discernement… Car, spirituellement, être « simple » ne signifie pas être « sot » … Dès le commencement Dieu exprima Ses Pensées dans Sa Parole… puis par Sa Parole en la Personne de Son Fils, la « Parole faite chair ». Par l’Esprit, nous ne devenons pas nous-mêmes la Parole mais la Vie de la Parole est devenue nôtre, au point de ne pouvoir spirituellement vivre sans la vie de cette Parole en nous… Aussi connaissons-nous Dieu… non seulement par la connaissance que nous avons reçue de Lui, mais de la connaissance que Dieu Lui-même a de nous… et qu’Il lui a plu de nous révéler…

  Oh ! Suprême intelligence que la divine « simplicité » … Elle est la première des béatitudes, dont Jésus dit… « Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux… La simplicité selon l’Esprit n’est pas une compréhension simplifiée, une connaissance réduite de la Parole, loin de là ! Elle n’est pas reçue dans un esprit étroit, mais ouvert, « désencombré » de toutes pensées personnelles, dogmatiques et figées… Je ressentis plus encore la nécessité de prier, afin de ne pas être moi-même… le premier obstacle à la profondeur de cette divine « simplicité » … en laquelle s’opère en nous le discemement spirituel… en ne recevant, au-dedans de nous, que ce qui est marqué du Sceau de Dieu…

 L’étendue de cette simplicité se révéla être un espace sans limites… Je compris plus encore la profondeur de la Parole, bien qu’insondable… qui nous rappelle que parmi les appelés « il n’y a pas beaucoup de sages, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles » … Dieu, en effet, n’a-t-ll pas « choisi les choses folles du monde… les faibles… les viles… celles que l’on méprise… qui ne sont point, pour réduire à néant celles qui sont » … Frappé de ces paroles autant que par le silence du lieu où elles me pénétrèrent… je fus plus encore bouleversé en découvrant être l’une parmi les « choses folles » de ce monde… devenues « sages à salut », d’entre la « multitude de témoins » ayant répondu à l’appel d’En-Haut..

Comment cette simplicité manifeste-t-elle donc la Gloire divine ? … Je fus alors conduit à sonder, spirituellement, la réalité entre « avoir » et « être » … C’est-à-dire, non seulement de recevoir et de connaître les choses spirituelles… mais, intérieurement, de leur être devenus semblables… Car l’une des manifestations de cette simplicité dans notre vie est l’« humilité » … dont cependant la « dimension » spirituelle est égale à la Sagesse, à la Puissance, à la Plénitude divine. La simplicité spirituelle révèle l’intimité « illimitée » de Dieu en Son Fils, Jésus… habitant en nous… Cette « intériorité » spirituelle nous rend alors accessible à ce qui, humainement, nous est inaccessible… à la profondeur même des Mystères du Royaume céleste…

L’atmosphère à cet instant… précédemment dense… se dissipa alors… Le silence de la Présence spirituelle emplit le lieu solitaire… Mon âme, aspirant à la profondeur des richesses intérieures… fut en communion de pensée par la prière… avec les âmes, au près et au loin, habitées de la même recherche des choses insondables et éternelles… révélées en Jésus… Source d’eau vive, jamais ne tarissant, qui seule étanche notre soif spirituelle… nous révélant la Nature divine de l’Esprit éternel, non pas figée… mais renouvelée, et renouvelante à l’infini…