Archives par mot-clé : Connaître

M411 – JE SUIS NU …

Format PDF

    « Les yeux de l’un et de l’autre s’ouvrirent, ils connurent qu’ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s’en firent des ceintures. Alors ils entendirent la voix de l’Eternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l’homme et la femme se cachèrent loin de la face de l’Eternel Dieu, au milieu des arbres du jardin. Mais l’Eternel Dieu appela l’homme, et lui dit : Où es-tu ? Il répondit : J’ai entendu ta voix dans le jardin, et j’ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché. Et l’Eternel Dieu dit : Qui t’a appris que tu es nu ? Est-ce que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais défendu de manger ? L’homme répondit : La femme que tu as mise auprès de moi m’a donné de l’arbre, et j’en ai mangé. Et l’Eternel Dieu dit à la femme : Pourquoi as-tu fais cela ? La femme répondit : Le serpent m’a séduite, et j’en ai mangé. L’Eternel Dieu dit au serpent : Puisque tu as fais cela, tu seras maudit entre tout le bétail et entre tous les animaux des champs, tu marcheras sur ton ventre, et tu mangeras de la  poussière tous les jours de ta vie … » Gén 3:7-14.

Continuer la lecture

LES MYSTÈRES – 1 …

 Format PDF

     « Il vous a été donné de connaître les mystères du Royaume des cieux… »  Matt 13 :11.

 ——————————–

     Marchant de-ci de-là dans ma chambre, je pensais… me trouvais-je trop à l’étroit ? … Mes yeux allaient d’une paroi à l’autre comme si je voulais élargir l’espace de mes réflexions… Puis, je me dirigeais vers la fenêtre, celle-ci était ouverte… Me penchant au-dehors, je baissais les yeux sans raison apparente… Des passants allaient et venaient, les uns pressés, d’autres se promenant… la plupart m’était inconnu, il me sembla cependant apercevoir quelques personnes de ma connaissance…

  Je regardais, puis regardant plus intensément, je retins un cri, comme frappé de stupeur… Parmi tous ces visages s’offrant à ma vue, je vis mon propre visage, je me vis moi-même… parmi la foule regardant les uns et les autres… mais, d’en-bas, je ne me vis pas être observé par moi-même… D’en-haut, me dévisageant davantage, je remarquais que je pleurais… De là où je me trouvais, je me vis donc pleurant parmi la foule, d’une souffrance… non sur moi-même, mais sur ceux que je rencontrais…

Continuer la lecture