Archives par mot-clé : Connaissance

M416 – LA BONNE ODEUR DE CHRIST …

 Format PDF

  « Grâces soient rendues à Dieu, qui nous fait toujours triompher en Christ, et qui répand par nous en tous lieux l’odeur de sa connaissance ! Nous sommes, en effet, pour Dieu la bonne odeur de Christ, parmi ceux qui sont sauvés et parmi ceux qui périssent : aux uns, une odeur de mort, donnant la mort ; aux autres, une odeur de vie, donnant la vie. – Et qui est suffisant pour ces choses ? – II Cor 2:14-16.

  Comme il en est de toutes les autres Vertus et Attributs divins qui lui sont propres, Christ, non pas « a », mais « est » une « bonne Odeur » Et cette Odeur spirituelle est l’émanation de la Nature divine de Jésus-Christ, c’est-à-dire, de la Nature de Sa Vérité divine, ainsi qu’Il le dit Lui-même : « Je suis (et non pas j’ai) la Vérité, le chemin et la Vie… ! » Jean 14:6. L’ « Odeur de Christ » est donc l’« odeur de la Vérité » ; et cette « odeur de la Vérité » est communiquée par L’ « odeur de la connaissance » de cette Vérité, dont il est dit, précisément, que « Dieu la répand par nous en tout lieu … ! » II Cor 2:4. L’ « odeur » de la connaissance est donc le langage « non exprimée, pour ne pas dire inexprimable de la Vérité, son émanation spirituelle. Or, cette odeur spirituelle émane l’Esprit de révélation qui répond à l’aspiration des rachetés, aspiration exprimant le besoin de « goûter le « don céleste » et la « bonne Parole de Dieu » … ! Héb 6:4.

  La « bonne Odeur » vient de Christ, mais qui porte cette bonne Odeur qui émane de Lui ? Ceux-là mêmes que Christ a rachetés, et qui apportent la Parole suivant l’appel propre à chacun d’eux. Or, l’ « odeur de la connaissance », c’est-à-dire, la connaissance de la Parole de Dieu apportée ou reçue dans l’Esprit « se fait sentir » au moment où elle est prêchée, elle précède même la parole  de celui qui parle et l’écoute de celui qui l’entend. Qui d’entre nous ici bas n’a pas senti un parfum avant même de voir de qui il émanait ? Ce n’est alors qu’ensuite, en cherchant des yeux que l’on aperçoit la personne qui le portait… ! Ainsi en est-il de l’âme, soit celle non croyante en quête de Dieu, sans Le connaître encore, soit celle croyante qui, animée de l’ « Esprit de vérité », soupire après des Vérités qu’elle ne connaît point encore. Car celui qui est « né nouveau », c’est-à-dire, « né de l’Esprit » de Dieu possède le caractère de l’Esprit–Saint, s’attend à Dieu qui, par Son Esprit lui communiquera les révélations affranchissantes ou des « œuvres préparées d’avance » faisant progresser sa vie et celles des autres dans le Royaume Dieu ! Le racheté, en effet, n’aspire jamais autant aux choses qui lui appartiennent que lorsqu’il ne les connaît pas encore… !

Continuer la lecture

LES MYSTÈRES – 5 …

Format PDF

  « Il vous a été donné de connaître les mystères du Royaume des cieux… »

Matt 13 :11.

    Levant les yeux, je vis par la fenêtre le mouvement des nuages aux formes diverses, qui s’avançaient majestueusement… Le bleu du ciel était tantôt couvert, tantôt apparent, rendant alternativement clair et obscur la pièce où je me trouvais… Ceci reflétait bien l’état de mon âme… Depuis très longtemps, en effet, ma réflexion portait sur ce fait connu tant dans les milieux religieux que non religieux en ce monde : … d’où viennent les opinions, les doctrines, les dogmes, qui, au lieu d’éclairer, voilent et divisent les hommes ? …  Au cours de l’histoire, chaque réveil, chaque découverte ou redécouverte de la Parole de Dieu est souvent considérée comme le commencement d’une aire spirituelle nouvelle… mais aussi de nouvelles traditions, de nouveaux dogmes… Or, les connaissances révélées, redécouvertes ne nous éloignent pas du commencement, mais nous ramènent à la Vérité originelle…

   Tandis que je réfléchissais sur ces choses, les nuées chargées d’humidité rendirent l’atmosphère de plus en plus dense… Ce qui donna une sorte de vision primitive de l’horizon, évoquant les premiers temps de la création… la création ! … Ceci m’évoqua le Jardin d’Eden… la connaissance du fruit défendu… la tentation d’Ève, écoutant le séducteur… le « serpent ancien », qui lui posa la question : « Dieu a-t-il réellement dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ? » … Avec ruse, le serpent engloba tous les arbres dans la même défense… Ève prit l’initiative d’« éclairer » le diable sur le fait que la défense ne portait que sur l’arbre de la connaissance du bien et du mal… Le dialogue avec lui… c’est exactement ce que, de tous temps, recherche le diable… en l’occurrence ici avec Ève… mais en l’absence d’Adam…

Continuer la lecture