Archives par mot-clé : Choses charnelles

M8 – SI VOUS ÉTIEZ AVEUGLES …

Format PDF

  « Quelques pharisiens qui étaient avec lui, ayant entendu ces paroles, lui dirent : Nous aussi, sommes-nous aveugles ? Jésus leur répondit : Si vous étiez aveugles, vous n’auriez pas de péché. Mais maintenant vous dites : Nous voyons. C’est pour cela que votre péché subsiste… » Jean 9:40-41.

  « Si vous étiez aveugles… ». C’est ici la seule fois dans les Écritures où nous voyons Jésus souhaiter à des âmes d’être aveugles, et cela pour leur bien ! Il ne s’adresse pas ici à des publicains ou à des gens de mauvaise vie, mais à des pharisiens, qui « passent pour être vivants, et qui sont morts… » Apo 3:1, et qui, comme d’autres personne avec l’esprit  religieux des propres justes dans les temps à venir, posent donc cette question : « Et nous aussi, sommes-nous aveugles… ? » Question inutile, puisqu’ils sont persuadés de voir, et le malheur pour eux, vient précisément du fait qu’ils ne se savent pas aveugles. C’est la raison pour laquelle les pharisiens ne sont pas capables d’enseigner la Loi sans orgueil et sans hypocrisie, ni de la pratiquer avec la justice et la miséricorde. Il y aurait plus d’espoir pour de telles âmes à se reconnaître aveugles, car, à partir de leurs ténèbres, elles distingueraient la Lumière et y aspireraient !

  Jésus dit : « L’œil est la lampe du corps. Si ton œil est en bon état, tout ton corps sera éclairé ; mais si ton œil est en mauvais état, tout ton corps sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes ces ténèbres… ! » Matt 6:22-23. Ainsi, en celui qui croit voir, il se révèle que ses propres lumières proviennent de ses ténèbres intérieures, ténèbres qui sont ses propres pensées, par lesquelles il conçoit humainement les choses spirituelles. Aussi, le Seigneur agit-il de manière à ce que l’âme voit d’abord ses propres ténèbres, afin de discerner la vraie Lumière. Car ici se révèle une des voies mystérieuses de l’Esprit-Saint opérant dans les cœurs, en ce que, jamais, la vraie Lumière n’ « éclaire » les fausses lumières, sans avoir auparavant convaincu celles-ci de ténèbres, alors seulement, la vraie Lumière triomphe de ses ténèbres. Il en est de même pour ce qui concerne la connaissance : l’on peut connaitre Christ le mieux et le plus bibliquement possible et, cependant, n’en retirer ni transformation ni approfondissement faute de se connaitre soi-même par Lui et en Lui ! Seule, la connaissance de soi révélée par la connaissance de Dieu nous pousse à Sa ressemblance. Car nous apprenons qui Il est, et qui nous sommes nous-mêmes devant Lui, comme aussi ce que nous ne sommes pas ! Ce face à face de notre petitesse et de la Sainteté de son Amour nous jette à Ses pieds, et c’est dans cette disposition intérieure que Sa Vérité nous affranchit et nous transforme à Son Image.

Continuer la lecture