LES MYSTÈRES – 6 …

Format PDF

« Il vous a été donné de connaître les mystères du Royaume des cieux… »

Matt 13 :11.

  Le soleil peu à peu disparaissait derrière la colline… ce moment crépusculaire disposait mon esprit à m’attendre à Dieu… Certes mon âme ne manquait pas de sujet de prières… D’ailleurs, depuis longtemps déjà, ceux-ci s’étaient à ce point multipliés… que mon cœur dut venir de plus en plus en aide à ma mémoire…

  Je repassai en mon esprit les passages de l’Écriture concernant la prière… parmi lesquelles, ces paroles de Jésus, exhortant « à toujours prier et à ne point se relâcher » … comme aussi celles de « ne pas multiplier de vaines paroles comme les païens, qui s’imaginent qu’à force de prier ils seront exaucés » … Je fus frappé que, d’une part, il y a lieu de « toujours prier… » et que, de l’autre au contraire, il n’est pas utile « de  multiplier de vaines paroles » … Je pensai, en effet, aux répétitions rituelles de certains courants religieux, mais surtout aux prières parfois répétitives, dont nous devons nous garder… De là, ce besoin d’être sans cesse renouvelé, par l’Esprit-Saint, dans notre être intérieur…

  La nuit était tombée… Une à une les étoiles apparurent…Une sérénité emplit peu à peu le lieu où je me trouvai… La nécessité de la prière se présenta encore plus à mon esprit… Cependant, en la sondant, celle-ci se révéla plus complexe, qu’il n’y paraissait à première vue… En effet, Jésus exprima l’un des aspects de la prière par ces paroles si profondes dans leur simplicité… « Demandez, et l’on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira » … Certes, si la prière consistait seulement « à demander et à recevoir », elle ne se résumerait plus qu’à une liste de demandes… Une telle conception réduisant la prière à un fonctionnement… abaisserait Dieu à l’état d’un simple « distributeur » … Or, dans la Pensée de Jésus, ceci ne représente qu’une infime partie des richesses insondables, qui constituent la prière…

   Sous les rayons de lumière, éclairant le Saint-Livre… Je sondai, en particulier, la vie de prière d’hommes et de femmes de Dieu au sein de toutes sortes de situations,  parfois tragiques… et je découvris les diverses manières de prier… En premier lieu, bien-sûr, dans la vie de Jésus… nous laissant entrevoir les larmes, les combats, les fardeaux, de notre Seigneur se livrant à l’intercession… Un matin, alors qu’il faisait encore très sombre, Jésus, s’étant retiré dans un lieu désert pour prier… l’apôtre Pierre le chercha et, l’ayant enfin trouvé, dit : « Tous te cherchent » … mais Jésus lui répondit : « Allons ailleurs dans les bourgades voisines, afin que j’y prêche aussi ; car c’est pour cela que je suis sorti » … Sur la montagne, dans le désert, au bord de la mer, dans le jardin de Gethsémané, au mont des oliviers… Autant de moments et de lieux, où, pour ainsi dire, le ciel et la terre se rencontrèrent dans l’Intercession  de Celui qui s’adressait à Son Père céleste…

  Dans le calme de la petite chambre, à cette heure avancée… Je me mis donc, en pensée, à suivre Jésus dans ces moments nocturnes de la prière… Mais qui étais-je pour oser seulement pénétrer dans l’intimité du « Fils de l’Homme » venu parmi nous ? … Tout-à-coup, ces paroles au sujet de Jésus frappèrent mon esprit… « C’est lui qui, dans les jours de sa chair, ayant présenté avec de grands cris et avec larmes des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été exaucé à cause de sa piété, a appris, bien qu’il  fût Fils l’obéissance par les choses qu’il a souffertes » … Je restai en suspens devant la manifestation de ce combat indescriptible… révélant ici la Profondeur du Fils de Dieu, de Dieu incarné… Qui était-Il pour accepter un tel abaissement… Un seul mot s’imprima dans mon esprit… pouvant exprimer ce qui L’habitait alors… la « piété » … Car, avec les cris, les larmes, les prières, les supplications… dans tout ce que Christ traversa et endura, Il fut exaucé… et comment le fut-Il ? … à cause de Sa « piété » …

  Un souffle subtil m’invita à approfondir cette sublime réalité… À l’exemple à Jésus, c’est en notre être profond que repose et se manifeste la piété… Elle m’apparut comme étant le réceptacle intime de la Parole reçue en nous… Car, parmi toutes les vertus de l’Esprit, la piété se révèle être le « Ressenti de Dieu » en nous-mêmes… Ce « Ressenti »  de  Dieu  reçu  par  la  nouvelle  naissance en   Christ…   C’est   alors   qu’ une   parole   de   l’apôtre   m’éclaira… « La  piété est utile à tout, ayant la promesse de la vie présente et de celle qui est à venir » … Utile à tout… et donc à la prière… Cette piété selon Dieu… la Nature même de Son Fils imprimée par Lui en nous…

   Le silence de la nuit disposa mon esprit à être saisi par cette profondeur… qui réunit, à la fois, la piété et la prière… associant le recueillement dans la méditation au combat dans l’intercession… Disposition recevant les sujets de prière que l’Esprit inspire… l’Écriture me rappela alors ces Paroles de Jésus… « Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir » … Or, me disais-je, comment se présente donc une chose « reçue » … sans être encore « accomplie » ? … Mais, n’était-ce point déjà en nous la Présence en Esprit de Celui que nous prions ?…  Celui de qui, en effet, « nous viennent toute grâce excellente et tout don parfait, descendant d’en-haut du Père des lumières » … Je saisis alors que la nature constante et patiente de l’homme pieux n’est pas affectée par l’attente du temps des exaucements de la part de Dieu…

et que cette disposition intérieure le rend réceptif aux manifestations surnaturelles de l’Esprit…

   Une Présence se fit sentir à ce moment-là de la nuit… Présence aussi forte que le silence était grand… Ce silence de l’Esprit dans lequel la prière aspire aux choses profondes… Je compris alors la nature de l’attente de l’exaucement… Telle une personne aimée, absente mais attendue, comblant le cœur de celui qui l’attend, comme si elle y était présente depuis toujours… Ainsi, avant qu’elle ne soit reçue, la chose demandée est déjà spirituellement exaucée… Car la vocation première de la prière est avant tout… non d’avoir, mais d’être… non d’obtenir, mais de grandir… Au point que le prieur devient lui-même… son propre exaucement… Et cet exaucement est celui d’avoir été saisi dans sa conscience… par le fardeau irrésistible de se livrer à la prière… et de ne jamais cesser d’y persévérer… C’est ici la dimension, présente et éternelle, dans lequel se livre spirituellement le combat de l’intercession…

  La lumière, à travers les carreaux éclairant les branches proches de la fenêtre, offrit à mes regards la vue d’un nid… que je n’avais point aperçu jusqu’alors… Assurément, me disais-je, des œufs y ont éclos, d’où a jailli la vie « ailée » … La piété en effet est un « nid » dans lequel naît… et d’où s’élance la  prière… Et, me souvenant que « notre Père céleste nourrit les oiseaux du ciel » … mon regard sur ce petit nid fut, dès lors, tout autre…