LES MYSTÈRES – 4 …

Format PDF

« Il vous a été donné de connaître les mystères du Royaume des cieux… »

Matt 13 :11.

   La mer était houleuse… Les vagues roulaient jusqu’à mes pieds… Les unes se brisaient contre les rochers, d’autres se mouraient sur le sable… Le vent qui fouettait mon visage comme une voile dilatait mon âme, libérant mes pensées qui s’élevaient vers le ciel… d’où surgissait le vent, évoquant le souffle de l’Esprit envoyé de Celui qui habite les cieux…

  Seul en face des éléments déchaînés… je me sentis comme un simple galet sur le rivage… Devant cette immensité en mouvement s’élevèrent en mon esprit des pensées au sujet de l’espace, de l’infini… cet arrière-plan dans lequel se manifestent les forces de la création… Y aura-t-il une fin à tout ceci ? À l’existence elle-même ? … Et ceci une fois disparu, pensai-je, sous quelle forme cela se perpétuera-t-il ? …

  Sous le gémissement du vent et le fracas des lames sur les récifs… le sentiment grandissant de ma petitesse suscita en moi des réflexions… Je vis dans ce vaste horizon mouvementé une image de l’éternité… L’éternité… est-elle un temps unique, sans fin ? … ou d’innombrables temps se succédant les uns aux autres ? … ou encore une spirale du temps tournant indéfiniment sur lui-même ? … L’Écriture ne  l’exprime-t-elle pas aussi bien en un seul temps, qu’en plusieurs temps successifs… ?

  Le Dieu Saint parle avec nos mots… Et le miracle est que nos mots, aussi imparfaits soient-ils, expriment la perfection de la Pensée de Dieu, par l’Esprit, qui rend la pensée divine accessible à notre entendement… Certes, le sens spirituel des choses divines dépasse le sens naturel de nos paroles qui les expriment… Et si, me disais-je, de plus en plus pensif, l’éternité dépassait la notion de l’espace et du temps … et soit au-delà de ce que nous comprenons de ce temps et de cet espace ? …

  M’abritant dans une anfractuosité de la falaise, je poursuivis le chemin de ma réflexion… À ce moment, il me souvint que Jésus compara l’Esprit de vie à une eau vive reçue à l’intérieur de nous… À la Samaritaine, en effet, rencontrée au bord du puits, Jésus déclara que « l’eau qu’Il donnera à celui qui a soif… deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle »… Non pas une eau  « stagnante », mais une source d’eau « jaillissante » …

  Cette Parole me transporta de Samarie à Athènes où, debout sur l’aréopage, l’apôtre Paul, déclara aux Grecs au sujet du « dieu inconnu » inscrit sur l’un de leurs autels… « En Lui nous avons la vie, le mouvement » et l’être » … le « mouvement » ? … Et si, au-delà du temps et de l’espace, se révélait une réalité encore inconnue, concernant la nature de l’éternité : le « mouvement » ? … Devant les remous incessants des flots, je saisis d’autant plus la réalité d’un tel mouvement…

  Aussitôt s’éclaira le fait que le mouvement, pour le meilleur et pour le pire, est, en effet, une constante dans la Parole de Dieu… Le livre de l’Apocalypse est parcouru de mouvements : « Jésus vient avec les nuées » … « l’ange jeta l’encensoir sur la terre » … « une grande montagne embrasée fut jetée dans la mer » … « une étoile tomba des cieux sur la terre » … « une bête monta de la mer » … « une autre monta de la terre » … « une faucille fut lancée sur la terre pour moissonner » … « une autre fut jetée sur la terre pour vendanger » … « les sept coupes sont versées sur la terre… », « Satan est jeté dans l’abîme » … « le prophète Jean est transporté en esprit sur une montagne » … « la Ville sainte, Jérusalem descend du ciel » … et « le prophète tombe aux pieds de l’ange » … Tout est en mouvement… A l’arrière-plan de chaque vision, de chaque prophétie, de chaque événement présent et à venir, se manifeste un mouvement…

  Cette réalité me fit remonter encore au temps de la Genèse… « La terre était informe et vide ; il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme… l’Esprit de Dieu se mouvait  au-dessus des eaux » … Tout était-il immobile, en suspens ? … non point… « l’Esprit se mouvait » … L’Esprit est en mouvement avant la création… lors de la création… puis sur les créatures… et, enfin, en celles-ci lors de l’effusion de l’Esprit, promis par Jésus de la part du Père… Le mouvement de l’Esprit est, était et ne cessera d’être…

  J’observai donc que, quelle qu’en soit la nature, il ne peut y avoir de vie sans mouvement, perceptible ou imperceptible… Se peut-il, en effet, une éternité sans  une présence de vie ? Une éternité… simplement pour durer ? … La manifestation du mouvement s’éclaire déjà dans le vécu de Jésus ici-bas, par Ses Paroles adressées aux disciples… « Vous verrez désormais le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre sur le Fils de l’homme » … « Monter et descendre… » … Il est dans la nature des êtres et des choses célestes de se mouvoir… comme, déjà, le souffle de  vie dans le racheté… mû par ce même Esprit…

  J’entendis la clameur, le mugissement du vent, évoquant le son de la Voix de Dieu… que nous rappellent les paroles du psalmiste… « Les cieux racontent la gloire de Dieu, l’étendue manifeste l’œuvre de ses mains le jour en instruit un autre jour, la nuit en donne connaissance à une autre nuit… Ce n’est pas un langage, ce ne sont pas des paroles dont le son ne soit point entendu, leur retentissement parcourt toute la terre, leurs accents vont aux extrémités du monde » … « Les cieux racontent… », « L’étendue manifeste… » Se tairont-ils ? … Jésus dit : « Mon Père agit jusqu’à présent ; moi aussi j’agis »… Dieu a-t-Il cessé d’agir ?… Il y a mouvement avant, pendant, après toute Action de Dieu… La Parole est la Pensée de Dieu rendue audible…  et le mouvement est la vibration de l’écho de la Parole éternelle… cesserait-elle donc de retentir ?…

  Le creux des vagues sembla ouvrir à mon âme les profondeurs de la révélation de l’Esprit… révélant que la Vie divine habitait la Parole avant qu’elle ne fût exprimée… car l’éternité, avant d’être un « temps » ou un « espace » est  « Vie » … et la Vie éternelle est, par essence, non pas statique, mais dynamique… en « éternel mouvement » … Je fus saisi par ce « mouvement perpétuel » de la manifestation éternelle de l’Esprit de Vie…

  A ce moment, une puissante lame s’éleva… tel un écran liquide, à travers lequel je  crus percevoir, en un instant, comme un reflet des choses célestes… au point que j’en reçus, d’en haut, et avec même reconnaissance… l’étincelante rosée…