LES MYSTÈRES – 17 …

Format PDF

« Il vous a été donné de connaître les mystères du Royaume des cieux… »

Matt 13 :11.

———————————

  Du lieu, où je me tenais, mon regard embrassa le paysage s’étendant à mes pieds… Parmi les quelques habitations aperçues… Je ne pouvais qu’imaginer la présence des humains, presque invisibles à une telle hauteur… De si loin, de si haut, me dis-je, par quel moyen pouvais-je être au plus près d’eux ? … Si ce n’est par la prière, qui, franchissant l’espace, touche Dieu… Lequel touche l’âme qu’Il appelle… À une telle altitude, me vint cette Parole, rappelant que Dieu « marche sur les hauteurs de la terre » … Et que, d’en-haut, Il « visite son peuple » présent, et à venir… En quel temps, en quelle circonstance l’âme ici-bas sera-t-elle appelée ?… Dieu seul le sait…

  J’élevai mes yeux vers le ciel tout aussi silencieux que l’espace devant moi… C’est alors que, intérieurement, une Parole se fit entendre… proclamant que Dieu remplit non seulement les « cieux », mais « les cieux des cieux » …  Soudain, une question me vint quelque peu étrange, au point de me surprendre moi-même… Dieu « remplit les cieux » … Mais, me dis-je, rempli de « quoi » ? … Je me surpris à réfléchir à cette interrogation concernant, non seulement la nature de la Présence de Dieu, mais aussi celle de la présence de la Parole au-dedans de nous… N’avons-nous pas parfois, dans notre pensée humaine, une représentation par trop visible et tangible… de ce qui est invisible et intangible des choses spirituelles et célestes ? …

  Tout en poursuivant cette réflexion, des événements parmi les plus douloureux me vinrent à l’esprit… les injustices combien flagrantes ici-bas… les horreurs perpétrées par les humains envers d’autres humains… Il est à relever que lorsque ces choses se commettent au loin, nous sommes émus, certes… mais lorsqu’elles se produisent proches de nous, nous nous trouvons particulièrement frappés, bouleversés… Dieu, qui « remplit » toutes choses… à qui rien n’échappe… qui connaît les hommes mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes… ne serait-Il   pas infiniment plus « touché » par tout ce qui touche Ses créatures ? … Or, cette pensée ne révèle-t-elle pas encore une notion humaine, et non spirituelle de la proximité de Dieu avec les hommes ? …

  Dieu, en tant que Créateur… n’est point « insensible » à tout ce qui frappe l’homme… Or de quelle nature est donc la Présence divine, remplissant ce qui n’a pas de limites ? … La Présence de Dieu… ne saurait être comparée à un « volume » dont le « contenu » invisible occupe l’espace… L’insondable grandeur de Dieu rend plus encore évident en nous le « ressenti » de ce qui nous dépasse…  Je saisis alors que la Plénitude est au-delà de l’espace même… La Présence divine est cette Pensée de l’Esprit de vie… œuvrant en nous…  nous éclairant, en leur temps, les choses vécues et celles encore à venir…

  Alors que ces réflexions se multipliaient en mon esprit… celles-ci me rendirent plus pénétrantes les Paroles de Jésus à Nicodème, le docteur de la loi… « Si vous ne croyez pas quand je vous parle des choses terrestres, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses célestes » ? … Or, les vérités célestes sont si profondes, que Jésus, à cause de notre faiblesse, les exprima en images, en paraboles… Car Jésus Lui-même, en tant que Personne « incarnée » …  « Incarna » de même les Vérités divines par la représentation de personnes, de choses et d’événements de cette vie… Jésus passa de la Parole à l’image… du céleste au terrestre… Afin que nous-mêmes, à l’inverse, passions de l’image à la Parole… de la parabole à la révélation spirituelle, ouvrant notre esprit… et aux choses d’en haut… et en nous-mêmes…

  Un léger souffle passa, faisant palpiter la nature autour de moi… ce qui m’invita à approfondir la Présence du Créateur dans sa création… Devant le spectacle grandiose déployé devant mes yeux, je demeurai alors en arrêt… et si, me dis-je, mes interrogations sur ce qui me dépasse n’étaient que, en fait, pensées stériles ? … En quoi pouvaient-elles donc m’exhorter, édifier autrui ? … À cet instant, une parole de l’Écriture me vint à l’esprit… « En Christ habite corporellement toute la plénitude de la divinité » … puis une autre : « Dieu voulut que toute plénitude habitât en Lui » … Ces paroles me bouleversèrent… La Plénitude de la Divinité… Je renonçai évidemment à en « mesurer », inconsciemment, la distance d’Est en Ouest… à la « comparer » à l’espace incommensurable de l’univers… Elle est ce mystère, à la fois révélé et invisible, de la Divinité habitant en Christ… de qui nous avons reçu les « arrhes de l’Esprit » … pour être visités, pénétrés, vivifiés par cette Plénitude…

  La Présence de Dieu « au-delà des cieux » résida en Son Fils bien-aimé… et ceci, est-il écrit, « corporellement » en Lui… La Plénitude de Dieu dans le Fils nous éclaira au travers du Corps de Christ… qui vint en tant que « Parole faite chair » … et à qui, dit le prophète « Dieu ne donna pas l’Esprit avec mesure » … L’Esprit sans mesure… Je fus comme saisi par « la largeur, la longueur, la profondeur, et la hauteur » de cette Plénitude de Dieu… elle-même étant de la dimension de Son Amour… emplissant un « espace » en nous, qui, dans le cœur de Dieu… dépasse spirituellement les cieux et ce qu’ils contiennent…

  Je saisis alors pleinement cette Parole lumineuse au sujet de Jésus… « Nous avons tous reçu de sa Plénitude, et grâce pour grâce » …Je réalisai plus encore par elle… la venue de sa Présence en nous par l’Esprit… Ce fut une grande émotion, car cette Plénitude révéla encore une dimension nouvelle… non seulement par une transformation spirituelle, mais en un perfectionnement continu en nous… Je compris alors de façon renouvelée cette Parole… « De même que nous avons porté l’image du terrestre, nous porterons aussi l’image du céleste » … Ainsi, au cours de notre marche ici-bas par l’Esprit…, chaque jour, à chaque pas … notre propre image cède la place à Son Image…

  À cet instant, la prière de Jésus à Son Père céleste, à l’égard de Ses disciples me fut rappelée… « Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée… afin qu’Ils soient un… comme nous sommes un, moi en eux et toi en moi » … « Moi en eux », pria Jésus… Ainsi, avoir reçu à l’intérieur de soi Celui qui est infiniment plus grand que soi… être spirituellement devenu « autre » dans le Christ… et ceci, non pas « hors » de nous, mais « en » nous-mêmes… Cette révélation ne put que faire naître en mon âme une adoration au-delà des paroles…

  Cette Plénitude de la Personne du Fils révèle un mystère de la nature de l’Esprit-Saint… par lequel Jésus fut conçu et naquit ici-bas… et dont la Puissance fut « sans limites » … si ce n’est celles qu’Il accepta dans Son humanité jusqu’au sacrifice de la croix pour nous racheter… Et, par la « nouvelle naissance » opérée en nous par ce même Esprit… le Christ vit en nous… plus intérieurement en nous… que nous-mêmes…

  Je me levai et, pensif… redescendis parmi les lieux habités… Une fois parvenu dans la plaine… Le souvenir de ce qui me fut permis de vivre sur la hauteur… resta gravé dans ma mémoire… et plus encore dans mon âme… À ce moment-là, une prière monta de mon cœur pour les âmes de la vallée… et aussi pour toutes les âmes au près comme au loin, qui… appelées à leur tour… rechercheront Celui qui se laissera trouver par elles…