LES MYSTÈRES – 15 …

Format PDF

« Il vous a été donné de connaître les mystères du Royaume des cieux… »

Matt 13 :11.

———————————

  Des hauteurs où je me tenais, le paysage s’étendait au loin… cimes, vallées, ruisseaux et petits ponts en révélaient la diversité… Tout en contemplant… je relevai une similitude entre paysage et visage… Autrement dit, la différence entre un beau paysage et un paysage ordinaire peut évoquer la différence entre un beau visage et un visage modeste… Tout est une question de contours, de reliefs, de creux, en un mot… de formes… En fait, à notre œil tout est image… à notre oreille tout est son… à notre esprit tout est pensée et réflexion… à notre cœur tout est sentiment et émotion…

 Poursuivant le cours de mes réflexions… j’en vins à penser qu’aucune créature ici-bas n’a exactement le même visage… Cependant, existe-t-il un visage idéal ?… Tout-à-coup, l’image, le sens de l’image prit une importance particulière… Plusieurs paroles de l’Écriture surgirent, qui se cristallisèrent en celle-ci… Le Christ Lui-même n’est-il pas « Image du Dieu invisible » ? … Jésus, existant en « forme » de Dieu, vint sous une « forme » de serviteur… Et ceci par le mystère manifesté de l’Incarnation du Fils de Dieu… Car, ici-bas, ce fut par Sa « chair » crucifiée que Jésus effaça l’acte dont les ordonnances nous condamnaient… Ce fut à travers le voile de Sa « chair » que Jésus inaugura pour nous la route nouvelle et vivante, qui nous conduit à Dieu Son Père, et notre Père…

  Ceci rappela à mon esprit que la Parole présente Jésus, non comme étant la « première » des créatures… mais le « premier-né » de la création… L’homme fut « créé » de la poussière de la terre… mais Jésus fut « engendré » par la puissance de l’Esprit-Saint… Contrairement à l’homme qui est un être « créé » … Jésus seul ici-bas fut un Être « né » … c’est-à-dire, qui n’est pas de cette création… Le mystère de la Nature humaine et divine de Jésus… est que Jésus n’a pas été homme fait Dieu… mais « Dieu fait homme », en tant que la « Parole faite chair » … Le Fils divin prédestiné « avant » la fondation du monde et manifesté à la « fin » des temps…

  Passant sur le sentier ombragé… je m’arrêtai et remarquai sur le sol devant moi les silhouettes mouvantes des feuillages traversés par les rayons du soleil… Quelle que soit la chose vue, ne l’est-elle point d’abord en image, sous sa forme visible ?… Même dans notre pensée, tout est représentation, image… ensuite se révèle la réalité… Nous n’échappons pas non plus à la manière spontanée de nous représenter en images les choses célestes… La Parole de Dieu elle-même y a recours, lorsqu’elle présente la loi comme étant « image et ombre des choses célestes » … La nouvelle Alliance de la Grâce, qui vint en Jésus-Christ, nous rappelle que le culte sous l’ancienne alliance était… « l’ombre des choses à venir, et non le corps (la réalité) qui est en Christ » …

  À des personnes bouleversées rapportant ce qui était arrivé à des Galiléens dont Pilate avait mêlé le sang avec celui de leurs sacrifices, Jésus répondit… « Croyez-vous que ces galiléens fussent de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, parce qu’ils ont souffert de la sorte ? … Non, Je vous le dis. Mais si vous ne vous repentez vous périrez tous également » … Peut-être ces personnes s’étaient-elles attendues à ce que Jésus déplore avec elles ce tragique événement ? … Au lieu de cela, Jésus leur parla de repentance… De même, au sujet de la tour de Siloé qui, s’étant effondrée, tua dix-huit personnes, Jésus, pareillement, dit… « Croyez-vous qu’elles fussent plus coupables que les tous autres habitants de Jérusalem ? … Non, je vous le dis. Mais si vous ne vous repentez, vous périrez tous également ? » … À cette nouvelle, ces personnes s’étaient-elles attendues également à voir Jésus s’émouvoir comme elles ? … Jésus ne donna aucune explication sur ces événements en eux-mêmes… si ce n’est de les appeler, elles aussi, à la repentance… Sous l’« image » de ces tragédies quelle est donc la Pensée de Christ ?…

  Ce fut donc à la « soudaineté » de la mort, que Jésus attira l’attention de ceux qui l’entouraient… sur la nécessité d’être toujours prêts à rencontrer Dieu… Car, pour Jésus tout événement parle, non seulement à notre intelligence et à nos émotions… mais à notre conscience… Jésus nous apprend que le bonheur et le malheur se touchent… que toute âme est touchée par l’un ou par l’autre… comme parfois par l’un après l’autre… En effet, à telle âme, et par des voix mystérieuses, un malheur peut conduire à un bonheur révélé en son temps… alors qu’à telle autre, un bonheur méconnu ou déprécié peut se terminer par un malheur dans la suite…

  Le jour même de Sa résurrection, Jésus, ayant quitté Jérusalem, rencontra en chemin deux disciples, et fit route avec eux… ceux-ci s’arrêtèrent au village d’Emmaüs… mais Jésus, est-il écrit « sembla vouloir aller plus loin » … Cependant les disciples, L’ayant pressé de rester avec eux… Jésus accepta leur invitation… puis partagea leur repas… Or voici, ce fut précisément au moment où Jésus rompit le pain que leurs yeux Le « reconnurent » … Il est frappant de constater que Jésus n’agit pas nécessairement d’une manière fixée d’avance… Nous apprenons, dans ce cas particulier, que les paroles des deux disciples, pressant Jésus de rester avec eux, était, non pas contraire, mais inscrites dans le Plan de Dieu même… Ce fut ici une manière d’agir de la direction du Saint-Esprit…

 Tout en méditant, j’atteignis le sommet de la montagne… je contemplai le panorama varié s’offrant à mes regards… Ici encore, les « paysages » m’apparurent comme des « visages » de la création… Je perçus, à partir de ceci, le sens de l’image qu’exprime la parabole… L’image de la parabole a pour « vocation » de nous attirer à Jésus en « illustrant » Sa Parole… Une pensée me rappela que la Parole nous exhorte à ne pas nous « arrêter » devant les « images » … c’est-à-dire à ne pas nous figer l’esprit par les seules illustrations de la Parole… car, par l’image, la parabole nous appelle à passer de la forme au fond, de l’extérieur à l’intérieur de la Parole… d’où jaillissent les Mystères du Royaume de Dieu…

  Il est évident que la « chair » sans péché de Jésus, et notre propre « chair » faillible ne sont pas comparables… Cependant notre chair, à l’origine, a une valeur aux yeux de Dieu… en ce que notre corps a aussi été, comme notre esprit, « purifié de ses souillures par le Sang de Jésus » … Cette purification de l’« esprit de la chair » annonce… la résurrection de nos corps revêtant l’« incorruptibilité »… Ainsi, à l’intérieur de nous, le Fils de Dieu œuvre à nous amener à Sa ressemblance… Et qu’elle est donc cette ressemblance ?… l’« image de Christ » que nous sommes intérieurement devenus… cette « image » imprimée en nous par l’Esprit-Saint… est le « Caractère » de Jésus… le « Fils de l’homme » manifesté intimement dans notre vie…

  Je compris alors à ne pas dédaigner… mais plutôt à honorer ce qui de nous est de nature même « physique » … Car notre corps, appelé ici-bas un « temple du Saint-Esprit » … ce corps de chair appelé « corps animal », n’est-il pas destiné à être… ressuscité « corps spirituel » ? … Tout ceci suscita en moi une profonde reconnaissance à Dieu… parce qu’élargissant encore mon esprit à la vision des choses divines… C’est alors que, levant les yeux, je vis dans les derniers feux du soir… l’image d’un crépuscule proclamant l’aurore d’un matin radieux… figure annonçant prophétiquement ce « Jour » … où la Justice habitera… sous de « nouveaux cieux » et sur une « nouvelle terre » … vers lesquels nous serons enlevés en une même nature céleste…