LES MYSTÈRES – 11 …

Format PDF

« Il vous a été donné de connaître les mystères du Royaume des cieux… »

Matt 13 :11.

  Des jardins et des parcs se succédaient au cours de la marche… Je remarquai de temps à autre toutes sortes de bosquets marquant la présence de lieux habités… tout ceci ne me détourna point de mes réflexions… Tout en sondant les choses futures… j’en vins à penser d’une façon particulière aux choses du commencement… à celles même d’avant le commencement… certes, avec « crainte et tremblement » … car concernant Dieu… l’Être suprême, insondable… Accessible en nous par Celui, seul, qui est la « Porte ouverte » … le « Voile déchiré » … la « Voie nouvelle et vivante » … le Christ Jésus…

  En face de ces mystères, je dus reconnaître que… parfois, Dieu put me sembler lointain, abstrait… Le temps vint, où je compris que Dieu n’est pas seulement une connaissance, une vérité… et qu’Il est plus qu’une Personne… car Dieu est Autre que l’image, que la représentation humaine, que nous nous faisons de la personne… de Sa Personne… Seul, Jésus-Christ nous rendit Dieu réel, vivant… car, en tant que Sauveur, Il nous fit rencontrer Dieu, par Lui-même… en Lui-même… Je fus alors saisi à nouveau par ces Paroles que Jésus adressa, le matin de Sa résurrection, à Marie de Magdala … « Va trouver mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu »… Ainsi, la rencontre avec le Dieu de Jésus, Son Père céleste… devenu en Lui notre Père… était plus qu’une doctrine… plus qu’une « confession de foi »… mais une découverte bouleversante pour les uns… et la réponse à une recherche pour d’autres… Ce le fut pour moi… et combien d’autres…

  Je quittai donc les dernières demeures des vivants… et entrai dans la forêt et la faune qu’elle abritait… me retournant, je vis la vallée s’estompant dans le lointain… Une pensée alors me vint… ici-bas, il n’est pas possible de s’approcher d’une chose… sans, naturellement, s’éloigner d’une autre chose… Cette constatation élémentaire me conduisit dans des réflexions spirituelles… N’était-ce point là l’image de la croissance spirituelle, nous faisant passer intérieurement d’un état à un autre… ce que j’ai reçu aujourd’hui sera donc ancien demain… je compris aussi que, ce que je serai demain, je ne puis l’être déjà aujourd’hui… malgré tout mon zèle et ma piété… En effet, chaque fois que je reçois une « chose » spirituelle, cette chose nouvelle succède à l’ancienne… mais, cette dernière, contrairement aux choses d’ici-bas, ne s’éloigne ni ne disparait… mais devient, chaque fois, le support de la chose suivante…

  Ceci, plus encore me conduisit à saisir la profondeur des derniers discours de Jésus à Ses disciples… « Il vous est avantageux que je m’en aille, leur dit-Il, car si je ne m’en vais, le Consolateur ne viendra pas vers vous, mais si je m’en vais… je vous l’enverrai »… Depuis Moïse, en effet, les Israélites connurent une succession de patriarches, de prophètes, d’hommes inspirés… mais seules leurs paroles demeurèrent… Or, Jésus annonça, à la fois, et Son départ et Son retour… Jésus s’en alla en « Personne » … et revint en « Présence » … et ceci par l’Effusion du Saint-Esprit… Les disciples furent préparés à vivre cette transition intérieure de la Personne naturelle de Jésus à Sa Présence spirituelle… Jésus quitta donc Ses disciples pour être, non pas plus éloigné, mais plus proche d’eux… et, plus encore… en eux-mêmes… avec l’accomplissement de Sa promesse de l’être en chacun de nous…

  Une brise, effleurant mon visage, je m’arrêtai un instant… je perçus un mouvement… j’entendis un léger bruissement à travers les taillis de la forêt… Tout ceci était perçu comme des sensations passagères… mais elles révélèrent, cependant, une réalité visible et tangible des éléments de la nature… De même, les vérités vivifiantes de la Parole nous touchent… elles nous pénètrent… Je les reçus… par ce ressenti spirituel dans l’être profond, au-dedans de nous… qui perçoit les réalités divines… et suscitant des aspirations profondes… ou répondant à celles-ci…

  Alors me furent rappelées ces paroles de l’Écriture… « Lequel des hommes, en effet connaît les choses de l’homme, si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui ? … Personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n’est l’Esprit de Dieu » … et par l’Esprit de Dieu… Je n’étais, certes, pas sans ignorer que la notion même de l’inspiration se retrouve dans toutes les religions en monde… mais, bien-sûr, émanant de sources tout-à-fait différentes… Ce qui distingue l’« Esprit de vérité » de l’esprit d’erreur, est que l’Esprit de Dieu ne peut être « domestiqué »… invoqué par la multiplication de prières répétées, de paroles ou d’actes rituels… Le croyant spirituel ne s’approprie pas l’Esprit de Dieu… il y aspire… il s’ouvre à Lui … il s’y soumet avec joie et reconnaissance… Ceci m’émut particulièrement, car, durant mon existence… l’Esprit de Dieu se révéla comme étant… une « Autorité d’Amour » …

  L’homme connaît donc, et est connu par l’esprit de l’homme… De même, Dieu se fait connaître, et est connu par l’Esprit Saint… Dieu ne peut être compris, que par ce qui est de la même nature que Lui… Je m’interrogeai alors… comment l’homme peut-il être le réceptacle de l’Esprit de Dieu ?… Il y eut les prophètes, les songes, les inspirations, les réveils par l’Esprit-Saint… Ici encore se révèle un aspect de la réalité profonde de l’Incarnation de Dieu… Par la « nouvelle naissance », Dieu opéra en nous, en quelque sorte… une « incarnation » par Son Esprit en notre esprit… transformant, et renouvelant notre intelligence… Le croyant né de nouveau passe de sa propre compréhension à la compréhension de la Parole selon l’Esprit… La « Sagesse infiniment variée de Dieu » dépasse toujours la connaissance, qui la contient… Je compris qu’en chaque vérité… Il y a la « chose » et l’« esprit » de la chose, qui en multiplie les sens… Tel un prisme lumineux, à la fois,  éclairé et éclairant par ses multiples facettes…

  Au-dessus des cimes… se balançant au gré du vent, ayant dissipé tout nuage… le bleu du ciel serein resplendit… Cette vue me fit saisir que la connaissance est indissociablement liée à la sainteté… tant concernant le comportement que l’entendement… Car adhérer à la connaissance pour la connaissance, revient, spirituellement, à demeurer… à mi-chemin… entre le commencement et le but éternel, auquel Dieu nous a appelés… La connaissance spirituelle imprime  dans notre conscience le discernement de ce qui est vrai… Cette connaissance selon Dieu a pour dessein de nous former intérieurement à la ressemblance de Son Fils… Un tel Dessein de la part du Très-haut me plongea dans une contemplation silencieuse… pendant laquelle il me sembla que la nature elle-même se tut… le vent retenant son souffle…

  Je repris le chemin de la vallée… les hautes herbes ployaient sous la brise du soir… Je remarquai parmi les arbres celui, qui, depuis toujours, suscita mon admiration et même une louange au Créateur… le « cyprès » … Sa taille élancée, sa sveltesse, la noblesse de son maintien… Quel que soit la direction du vent, il s’incline… docile au souffle d’en haut… Le cyprès n’est quasiment jamais déraciné… il se redresse toujours… Aussi mon regard sur lui eut-il toujours tendance… à dépasser sa cime… m’invitant à regarder plus haut que lui-même… pour ne pas dire, plus haut que « moi-même » … Depuis lors, il demeura toujours à mes yeux… l’image inspirante de ma recherche par l’Esprit… des Choses d’en haut…