M78 – LE CŒUR PUR …

Format PDF

     «  Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu… »  Matt 5:8.

    Qui ne désirerait ce « cœur pur » afin de « voir Dieu… » ? Ceci nous évoque déjà le prophète Moïse, dont l’Écriture dit que, caché par la Main de Dieu dans le creux d’un rocher, la Gloire de Dieu passa, mais Moïse ne Le vit que « par derrière… » Ex 33:21-23. Lors de sa vocation, le prophète Esaïe nous parla, entre autres choses, des « pans de sa robe qui remplissaient le temple… » Es 6:1. Et Ézéchiel dans la vision, dit : « Tel l’aspect de l’arc qui est dans la nue un jour de pluie, ainsi était l’aspect de cette lumière éclatante, qui l’entourait : c’était une image de la gloire de l’Éternel… » Ezé 1:28. En regard de ces choses, l’on comprend que Jésus ait proclamé heureux ceux qui verront Dieu, le Dieu vivant et vrai, sans crainte d’y voir son arrêt de mort, mais, au contraire, comme étant la Source de Vie. Or, l’Éternel dit : « Tu ne pourras pas voir ma face, car l’homme ne peut me voir et vivre… » Ex 33:20. Aussi, Cela ne lui est-il possible qu’avec son cœur, mais un cœur, « pur », c’est-à-dire, lavé par le Sang de Jésus, le Sauveur.

    Nous sommes donc appelés à « voir Dieu », non avec nos yeux de chair, nos sens, mais avec notre cœur, suivant la mesure de Lumière spirituelle qui y habite ; car par le cœur, ce sont les yeux intérieurs de notre « homme intérieur ». Ainsi, notre vision intérieure, c’est-à-dire, notre compréhension spirituelle de Dieu dépend de la pureté de notre cœur, et du soin que nous mettons à le conserver tel. L’envoyé de Dieu dit au prophète : « Va, Daniel, car ces paroles seront tenues secrètes et scellées jusqu’au temps de la fin. Plusieurs seront purifiés, blanchis et épurés ; les méchants feront le mal, et aucun des méchants ne comprendra, mais ceux qui auront de l’intelligence comprendront… » Dan 12:9-10. Les méchants ne comprendront ni ne verront, non seulement à cause de l’ignorance qui est en eux, mais parce qu’ils ne sont pas purs, tandis que ceux qui comprendront, comprendront et verront, parce qu’ils ont, non pas de l’intelligence uniquement, mais, avant tout, un cœur purifié, épuré, une vie blanchie. L’intelligence de l’homme spirituel vient de l’état de son cœur avant même de celui de sa connaissance. Cette vraie intelligence ne dépend pas uniquement de la « règle de la science et de la vérité… » Rom 2:20, mais découle des « saines paroles de notre Seigneur Jésus-Christ et de la doctrine qui est selon la piété… » I Tim 6:3. Les Paroles de la Vérité reçues « selon la piété » ne sont pas seulement apprises, mais vécues.

     L’Écriture dit : « Tout est pur pour ceux qui sont purs… » Tite 2:15. Ceci ne signifie pas que les choses mauvaises, erronées, ou impures soient regardées comme ne l’étant pas, ce qui serait une perversion, mais ceci signifie que, grâce à la nature de leur cœur purifié, ces rachetés ne peuvent en être touchés, ni infectés. Ils demeurent ferme dans la Lumière au point que les ténèbres ne peuvent nuire à leur âme, et ne sauraient obscurcir leur conscience ; tandis que, poursuit l’Écriture, « rien n’est pur pour ceux qui sont souillés et incrédules… ». Et, d’ailleurs, quand bien même une parole, un sentiment ou une action serait réellement pur, ils en tordraient le sens ou l’interpréteraient de plusieurs manières, parce que « leur intelligence et leur conscience sont souillées… » Tite 2:15.

     Il se révèle que, bien souvent, ceux qui utilisent la Parole de Dieu avec une pertinence agressive et sentencieuse ont en eux des ressentiments, de la jalousie ou des problèmes charnels. Ce comportement révèle un esprit amer, de l’hypocrisie ou de l’orgueil religieux. Cette volubilité et ce martèlement par le moyen de textes bibliques a, pour conséquence, d’abîmer les âmes fragiles, et de mettre à l’épreuve celles qui, pourtant ferme, aspirent à garder leur sérénité. Il peut se trouver que les mêmes paroles, prononcées de la part d’un « cœur pur », puissent l’être aussi de la part d’un « esprit amer ». Mais l’état d’esprit et le ton différents, par lesquels ces paroles sont exprimées, produisent un résultat totalement opposé dans le cœur de ceux qui les entendent. Pour le racheté, qui a « crucifié la chair avec ses passions et ses désirs… » Gal 5:24, le voile de son cœur est donc ôté, il peut « voir Dieu », il voit de même son frère au travers de Christ, et ainsi, il voit le véritable besoin des cœurs, et reçoit, par l’Esprit, la réponse de Dieu appropriée à ce besoin.

     Qu’il y ait dans notre marche chrétienne un lien de cause à effet entre la pureté et notre vision spirituelle, c’est ce que nous montrent les Écritures : « Si ces choses (la foi et toutes les vertus qui l’accompagnent) sont en vous, et y sont avec abondance, elles ne vous laisseront point oisifs ni stériles pour la connaissance de notre Seigneur Jésus-Christ. Mais celui en qui ces choses ne sont point est aveugle, il ne voit pas de loin, et il a mis en oubli la purification de ses anciens péchés… »  II Pier 1:8-9, et encore : « Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur… » Héb 12:14. Aussi, la négligence, l’aveuglement d’un croyant, qui a mis « en oubli la purification de ses anciens péchés », rend-elle cette purification inefficace pour ses péchés actuels de « chrétien », à moins qu’il ne se repente. Il ne peut voir « de loin », en effet, il ne s’émeut plus de la Grâce accomplie pour son âme, et a perdu la louange, et il s’attend encore moins à Celui qui doit revenir bientôt, à Jésus dont il est écrit que : « Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui-même est pur… » I Jean 3:3. Quand notre cœur est pur de toute désobéissance et dissimulation, notre perception et notre réceptivité spirituelles des choses de Dieu ne sont plus voilées.

    Plus nous vivons et marchons par l’Esprit, plus nous éprouvons, au dedans de nous, ces sentiments d’approbation ou de désapprobation de la part de Jésus à l’égard du bien et du mal autour de nous et en nous. Et cela ne peut qu’augmenter en nous le désir de nous sanctifier encore. C’est là le fruit que nous retirons de la Lumière de Sa Face, et cette Lumière est l’œuvre même de l’Esprit  de  Dieu  qui « … convainc le monde en ce qui concerne le péché, la justice et le jugement… » Jean 16:8. Ceci nous pousse à nous écrier avec Jacob près  du  Gué  du  Jabbok,  lieu  qu’il  appela « Peniel »,  qui  signifie  la  « Face de Dieu » : « J’ai vu Dieu face à face (sous l’aspect de cet homme qui lutta avec lui jusqu’à l’aurore) et mon âme  a  été  sauvée… » Gen 32:24 et 30-31. La luxation de sa hanche fut la victoire sur son « moi » brisé, et il reçut la vision prophétique de sa descendance et du  Dessein de Dieu,  en vérité, il est une faiblesse voulue de Dieu qui épure notre prière, et porte nos regards sur la Force de Celui qui est Saint.

     Y a-t-il donc au travers du Sang de Jésus, une prière plus ardente que celle d’avoir ce « cœur pur », afin de « voir Dieu » ? Le non-croyant dit : Je ne crois que ce que je vois ; je n’ai pas vu Dieu, alors je ne puis croire ! Mais là est la question, a-t-il donc ce « cœur pur »  qui seul  permet  de   « voir  Dieu… ? »   De   plus,  l’Écriture  déclare  que : « Presque tout, d’après la loi, est purifié avec du sang, et sans effusion de sang il n’y a pas de pardon. Il était donc nécessaire, puisque les images des choses qui sont dans les cieux devaient être purifiées de cette manière,  que les choses célestes elles-mêmes le fussent par des sacrifices plus excellents que ceux-là… » Héb 9:22-23, d’où la supériorité du Sacrifice de Jésus sur les sacrifices selon la loi. Et, par delà ces choses encore, la Parole dit : « … Les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles… » II Cor 4:18.  Dieu étant invisible, par qu’Il est Éternel, Il ne peut donc être vu que spirituellement. En Christ, la Parole nous Le dévoile, et Dieu paraît.

     C’est ici le dévoilement des choses célestes par l’Esprit aux yeux spirituels de ceux qui ont accepté le dépouillement de leur « vieil homme » Eph 4:21-22. « Voir Dieu », c’est la Révélation du témoignage intérieur de Sa Présence. C’est l’assurance de la part de Dieu, non par une connaissance seulement, mais pour un présent et un futur lumineux devant tout ce qui survient dans nos vies, même bouleversées. Car le « cœur pur », c’est la Nature de l’Esprit de Dieu communiquée par la « nouvelle naissance », qui, dès lors, témoignent de l’œuvre intérieure, dont écrit l’apôtre Paul aux Corinthiens : « Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit… » II Cor 3:17-18. Ainsi, chacun en son rang, notre Seigneur, en tant que Médiateur et le racheté ne font  spirituellement qu’« un ».