M392 – TOUT A TOUS …

Format PDF

      « Car, bien que je sois libre à l’égard de tous, je me suis rendu le serviteur de tous, afin de gagner le plus grand nombre. Avec les Juifs, j’ai été comme Juif, afin de gagner les Juifs ; avec ceux qui sont sous la loi, comme sous la loi (quoique je ne sois pas moi-même sous la loi), afin de gagner ceux qui sont sous la loi ; avec ceux qui sont sans loi, comme sans loi (quoique je ne sois point sans la loi de Dieu, étant sous la loi de Christ), afin de gagner ceux qui sont sans loi. J’ai été faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous, afin d’en sauver de toute manière quelques-uns. Je fais tout à cause de l’Évangile, afin d’y avoir part… » I Cor 9:19-23.

 En ce qui concerne les ministères tels que : « apôtres, prophètes, évangélistes, pasteurs et docteurs de la Parole… » Eph 4:11, il est enrichissant de connaître, non seulement les divers ministères, mais aussi la personne elle-même appelée au ministère, c’est-à-dire, le vécu du serviteur de Dieu. On ne peut, en effet, avoir reçu des dons de l’Esprit, sans avoir la maturité et l’intelligence spirituelles que ceux-ci requièrent pour les exercer. Car chaque âme étant unique et donc différente, l’Esprit se révèle à elle aussi de manière unique et différente. Nous le découvrons dans les prédications et les épîtres de l’apôtre Paul adressées aux personnes d’origine juive comme à celles d’origine païenne, auxquelles Paul, par le discernement de l’Esprit, reçut la capacité spirituelle de se faire « tout à tous… ». Ceci appelle l’inspiration de l’Esprit dans le service de la Parole, ce qui implique bien des luttes et des combats en ce qui concerne les non-croyants et surtout les croyants, ainsi que l’apôtre l’exprime dans son épître aux Corinthiens, disant : « … Car je crains de ne pas vous trouver à mon arrivée, tels que je voudrais, et d’être moi-même trouvé par vous tel que vous ne voudriez pas. Je crains de trouver des querelles, de la jalousie, des animosités, des cabales, des médisances, des calomnies, de l’orgueil, des troubles. Je crains qu’à mon arrivée mon Dieu ne m’humilie de nouveau à votre sujet, et que je n’aie à pleurer sur plusieurs de ceux qui ont péché précédemment et qui ne se sont pas repentis de l’impureté, de l’impudicité et des dissolutions auxquelles ils se sont livrés… » II Cor 12:20-21, et ceci, sans parler des problèmes doctrinaux qui traversaient les églises, ainsi que l’écrit Paul à Tite : «… Évite les discussions folles, les généalogies, les querelles, les disputes relatives à la loi ; car elles sont inutiles et vaines… » Tite 3:9-10. Se faire « tout à tous » conduit le serviteur de Dieu à parler au cœur même de l’homme, et à ressentir, en quelque sorte, ce qu’il perçoit et reçoit de la Parole de Dieu. Ceci seul se peut de la part de l’homme spirituel, dont l’esprit et le cœur sont façonnés par l’Esprit de prière.

   Lors de leur rencontre à Jérusalem, Pierre et Paul reconnurent mutuellement, dit l’Écriture, que « l’Évangile avait été confié à Paul pour les incirconcis (les nations) comme à Pierre pour les circoncis (les Juifs)… », car, ainsi que l’écrit Paul : « Celui qui a fait de Pierre l’apôtre des circoncis, a aussi fait de  moi,  l’apôtre  des  païens… » Gal 2:7-8. En effet, Paul, en tant que Juif et citoyen romain de la ville de Tarse en Cilicie, bénéficiait d’une double culture, qui lui permettait   de   comprendre    la    mentalité    juive    et    grecque : Act 21:39, 22:25. Certes, la Parole par l’Esprit-Saint suffit à éclairer et à convaincre les âmes, mais le Créateur utilise ce qui est propre à chacune de ses créatures. Ainsi, l’apôtre Paul annonçait le « contenu » spirituel qu’il avait reçu de Dieu, de manière à répondre à ce qui correspondait au besoin spirituel de chaque auditeur, qui évidemment différait du sien, comme il l’écrit lui-même aux Romains au sujet de la prière : « De même aussi l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables ; et celui qui sonde les cœurs connaît quelle est la pensée de l’Esprit, parce que c’est selon Dieu qu’il intercède en faveur des saints… » Rom 8:26. L’Esprit de Dieu sait par quel chemin la Parole pénètre et œuvre dans la diversité des cœurs.

   L’apôtre Paul était à même de comprendre les autres avant d’être lui-même compris par eux, de là « le combat qu’il soutenait… » pour eux : Phil 1:30 ; « combat » spirituel dans l’intercession en vue de leur édification sur le « Fondement de Dieu… » II Tim 2:19. Le message de l’Évangile est unique, mais la réceptivité est différente selon la personnalité de chaque personne. Ceci est d’une importance capitale, sinon cela conduirait à apporter la Parole de Dieu d’une manière dogmatique, ce qui est la manière d’être et de faire de la part de tout esprit étroit et légaliste. Cette capacité de se faire « tout à tous », pour ne créer aucun obstacle à la réception de la Parole dans les vies, est aussi une manifestation spirituelle procédant de l’Incarnation de Dieu. Incarnation, dans laquelle Dieu se fit, non seulement « tout à tous », mais « semblable » à tous en la Personne de Son Fils, en tant que « Fils de l’homme » Phil 2:7. Dieu, « qui nous a faits à Son image… », se fit Lui-même à l’ « image » de l’homme qu’Il créa… ! Gen 1:27. Lui, le « Créateur », parut en Son Fils, pour un temps, semblable à une « créature »… ! Ainsi, dans sa consécration à Dieu, l’apôtre fut habité de l’Esprit de l’Incarnation dans sa relation avec les âmes les plus diverses, auxquelles il présenta le Mystère révélé de la Parole, au point « d’éprouver les douleurs de l’enfantement, écrit-il aux croyants de la Galatie, jusqu’à ce que Christ soit formé en vous… » Gal 4:19.

   L’apôtre Paul se fit « tout à tous », et non pas « semblable à tous », ce que seul Jésus, en tant qu’unique « Médiateur » manifesta. Et cette faculté de ressentir ce que les autres ressentent, l’apôtre Paul nous en fait part dans son épître adressée aux Corinthiens, disant : « C’est dans une grande affliction, le cœur angoissé, et avec beaucoup de larmes, que je vous ai écrit, non pas afin que vous fussiez attristés, mais afin que vous connussiez l’amour extrême que j’ai pour vous… » II Cor 2:3-4. Ainsi, les yeux intérieurs de l’apôtre étaient ouverts sur une dimension qui lui donnait d’apporter la Parole, selon la Pensée de Dieu et la manière dont l’Esprit opère dans les vies. Il s’y impliqua à ce point, jusqu’à écrire : « Je voudrais moi-même être anathème et séparé de Christ pour mes frères, mes parents selon la chair, qui sont Israélites, à qui appartiennent l’adoption, et la gloire, et les alliances, et la loi, et le culte, et les promesses, et les patriarches, et de qui est issu, selon la chair, le Christ, qui est au-dessus de toutes choses, Dieu béni éternellement. Amen… ! » Rom 9:3-5. Et, dans son désir de voir ses concitoyens éclairés du Salut de Dieu, Paul encore écrit : « Je vous le dis à vous, païens : en tant que je suis apôtre des païens, je glorifie mon ministère, afin, s’il est possible, d’exciter la jalousie de ceux de ma race, et d’en sauver quelques-uns… » Rom 11:13-14.

   En référence à sa propre expérience, l’apôtre Paul exhortait donc les églises, disant : « Ne soyez en scandales ni aux grecs, ni aux Juifs, ni à l’Église de Dieu, de la même manière que moi aussi je m’efforce en toutes choses de complaire à tous, cherchant, non mon avantage, mais  celui   du   plus   grand   nombre,   afin   qu’ils   soient   sauvés… » I Cor 10:32-33. En tant que ministre de la Parole, Paul témoigna de son vécu au service des croyants, disant : « J’ai été dans le travail et dans la peine, exposé à de nombreuses veilles, à la faim et à la soif, à des jeûnes multipliés, au froid et à la nudité. Et, sans parler d’autres choses, je suis assiégé chaque jour par les soucis que me donnent toutes les églises. Qui est faible, que je ne sois faible ? Qui vient à tomber, que je ne brûle… » II Cor 11:27-29. L’apôtre laissa entrevoir le ressenti du poids spirituel qu’il portait dans son intercession, comme conséquence d’avoir accepté de se faire « tout à tous… ». Il porta cette capacité spirituelle au plus haut degré, ainsi qu’il l’écrit aux Colossiens : « … Si je suis absent de corps, je suis avec vous en esprit, voyant avec joie le bon ordre qui règne parmi vous, et la fermeté de votre foi en Christ… » Col 2:4-5. Cette communication à distance par l’Esprit avec le vécu des croyants se manifestait également lors de situations particulièrement douloureuses et graves, concernant le dévoilement des péchés dans les églises, qu’il percevait en son esprit par l’Esprit de Dieu, ainsi qu’il l’écrit aux Corinthiens : « Pour moi, absent de corps, mais présent d’esprit, j’ai déjà jugé, comme si j’étais présent, celui qui a commis un tel acte… »  I Cor 5:3. L’Esprit de Dieu étend les limites de notre capacité spirituelle dans le seul but d’aider  « de l’intérieur » les croyants, qui, précisément, aspirent intérieurement à vivre les Desseins de Dieu. Ainsi, selon la diversité de chaque âme, l’Esprit-Saint aplanit de manière différente le chemin de la Parole à l’intérieur des cœurs, qui soupirent après le même But éternel.