M336 – LE PÈRE DU MENSONGE …

Format PDF

     « Jésus leur dit : Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, car c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens ; je ne suis pas venu de moi-même, mais c’est lui qui m’a envoyé. Pourquoi ne comprenez-vous pas mon langage ? Parce que vous ne pouvez écouter ma parole. Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est menteur et le père du mensonge… ! » Jean 8:42-44.

   Jésus dit : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie… » Jean 14:6. Le diable ne peut donc être que son contraire, c’est-à-dire, le « menteur », le mensonge en « personne ». De même qu’il n’est pas de colère sans coléreux, pas de jalousie sans jaloux, pas de méchanceté sans méchant, de même, il n’est pas de mensonge sans menteur, ni de mal sans celui que Jésus appelle le « Malin ». Dieu est Amour, Sainteté et Justice, parce que l’Amour, la Sainteté, la Justice et autres Attributs sont ce qui est Dieu… et, pour nous, la Source de toutes les Vertus. Or, il fut un temps où l’iniquité qui renferme tous les vices a « commencé » un jour, ainsi que le dit l’Éternel par le prophète Ézéchiel au sujet du « chérubin », qui devint rebelle à Dieu : « Tu as été intègre dans tes voies, depuis le jour où tu fus créé jusqu’à celui où l’iniquité a été trouvée chez toi… » Ezé 28:15. Que se passa-t-il donc le « jour » où l’iniquité fut trouvée chez lui ? Par le même prophète, Dieu dit : « Fils de l’homme, dis au prince de Tyr : Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Ton cœur s’est élevé, et tu as dit : Je suis Dieu, je suis assis sur le siège de Dieu, au sein des mers ! Toi, tu es homme, et non Dieu, et tu prends ta volonté pour la volonté de Dieu… » Ezé 28:2. Et le prophète déclare au sujet du processus, par lequel le chérubin devint l’adversaire de Dieu : « Ton cœur s’est élevé  à cause de ta beauté, tu as corrompu ta sagesse par ton éclat… » Ezé 28:17.  « Beauté, sagesse, éclat… » : ce sont là les attributs du chérubin avant qu’il ne se rebellât ! Ce n’est donc pas par la laideur, la folie ou les ténèbres que l’iniquité se manifesta en lui, mais dans le fait de se distinguer par sa beauté, par sa sagesse et par sa propre lumière, et cela « en dehors du rang », auquel Dieu l’avait placé dans l’ordre de Sa création… ! Le chérubin, en voulant être égal à Dieu, se rendit autonome et prit sa propre volonté pour la Volonté de Dieu. En proclamant ce mensonge, celui qui devint le diable le fit avec certitude, puisque le mensonge, qui est « son propre fonds », est sa vérité… !

 Jésus parle du diable comme étant « meurtrier dès le commencement… » Jean 8:44. Dans le domaine spirituel, le mensonge est un « meurtre », car une parole trompeuse ou une fausse doctrine apporte la mort spirituelle, parce que l’« esprit d’erreur » s’oppose à la Parole de Dieu, qui est « Esprit et Vie… » Jean 6:63, privant ainsi l’âme de la Vie éternelle… ! C’est là ce que révèle l’Écriture, lorsque, dans le jardin d’Eden, le serpent dit à Ève : « Dieu a-t-il réellement dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin… ? » Gen 3:1. Il est à relever que le serpent renferma « tous les arbres du jardin » dans la même défense de Dieu, alors que seul l’« arbre de la connaissance du bien et du mal » était concerné, ainsi que l’Éternel ordonna à l’homme : « Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras… » Gen 2:16-17. Comme le diable ne peut empêcher la vérité de « demeurer éternellement » I Pier 1:25, sa ruse consiste alors soit à la minimiser, soit à l’outrepasser, en « allant au-delà de ce qui est écrit… » I Cor 4:6. Car, le fait d’aller « au-delà » de la Parole de Dieu revient à sortir de la Vérité elle-même, et donc à se priver de la Vie qu’elle contient… !

  Le « père du mensonge » évoque la nature multiplicatrice et amplificatrice du mensonge. Il n’est que de penser à la rumeur qui se propage sans que l’on puisse la retenir. Il se révèle que le mensonge constitue la nature de l’homme charnel, ceci s’explique par le fait que le mensonge est toujours mentionné en rapport avec la « nouvelle naissance », ainsi qu’il est écrit : « Ne mentez pas les uns aux autres, vous étant dépouillés du vieil homme et de ses œuvres, et ayant revêtu l’homme nouveau, qui se renouvelle dans la connaissance, selon l’image de Celui qui l’a créé… » Col 3:9-10. L’« homme nouveau » résulte de la « nouvelle naissance » opérée par l’Esprit-Saint dans le cœur, lequel discerne, par la Lumière de ce même Esprit, l’« esprit d’erreur ». Car, avant d’être une fausse doctrine, le mensonge est avant tout une « puissance d’égarement » procédant du « Prince de la puissance de l’air… » Eph 2:2. Cette « puissance », telle une semence invisible dans l’« atmosphère », se dépose dans les esprits, dont la première manifestation est de désorienter l’esprit de l’homme, sauf celui qui est racheté selon qu’ils veillent et prient, en « prenant le bouclier de la foi, qui éteint tous les traits enflammés du malin… » Eph 6:16. Ainsi, le discernement spirituel nous révèle que s’il est évidemment  impossible à l’« Esprit de vérité » de proférer l’erreur, il est, au contraire, possible à l’« esprit d’erreur » d’utiliser la vérité « selon la lettre » en la falsifiant pour tromper… !

   « Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire ; et moi, dit Jésus, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance… » Jean 10:10. L’un des mystères de l’iniquité en ce qui concerne le mensonge est que le diable en est le « père », tel, dit Jésus, ce « voleur qui dérobe, égorge et détruit… ». Le « Menteur » se présente sous le faux visage d’un « père » manifestant une apparence de sollicitude. Jésus connut cette séduction lors de la tentation dans le désert où, après avoir jeûné pendant quarante jours, le diable lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. Jésus répondit : Il est écrit : L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu… » Matt 4:3-4. Le « père du mensonge » se présenta sous la forme d’un « bienfaiteur » surgissant au « bon moment », utilisant la faim qu’éprouvait Jésus arrivé au terme de Son jeûne. Et cela dans le but que Jésus attestât Son Origine divine, que le tentateur d’ailleurs connaissait. Mais Jésus discerna la ruse de l’adversaire qui lui ordonnait de « prouver » qu’Il est « Fils de Dieu » ; car, en répondant à sa demande, Jésus aurait fait acte d’obéissance et de soumission, non pas à Dieu, mais au diable lui-même, et c’est exactement ce que celui-ci recherchait… ! Une des manières d’agir du Séducteur est de donner plus d’importance aux besoins personnels, même ceux qui sont légitimes, qu’aux besoins spirituels, dans le but d’assujettir l’âme à l’esprit de ce monde qui passe. Assujettissement, qui, en voilant la vision spirituelle, prive l’âme de la Lumière de la  Vie. Et cela, par le moyen d’une sollicitude trompeuse, qui se présente comme secourable ! « Vous ne mourrez point… » Gen 3:4, a dit trompeusement le serpent à Ève. Or, ne nous « trompons-nous pas nous-mêmes, parfois, par de faux raisonnements… » ? Jac 1:22. N’avons-nous pas, en effet, cherché à nous persuader que telle pensée, ou telle parole, ou telle action n’était pas répréhensible ou nuisible, alors qu’en réalité elle l’était… ?

   Jésus, en disant que le diable « ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y pas de vérité en lui… », s’attira sa haine et donc l’opposition de sa part, parce que le diable ne pouvait supporter la Vérité qui se tenait en Personne devant lui. Car l’« esprit d’erreur » est l’adversaire de Jésus, la Vérité incarnée, comme il est aussi l’adversaire des rachetés ayant reçu l’« Esprit de vérité ». Le diable n’a pas besoin de faire un effort pour chercher à tromper, de réfléchir pour mentir, puisque c’est sa nature, comme l’est aussi celle du méchant, dont Jésus dit : « L’homme bon tire de bonnes choses de son bon trésor, et l’homme méchant tire de mauvaises choses de son mauvais trésor… » Matt 12:35. Et ceci  est attesté par le sage, disant que c’est par son inclination naturelle même que « le méchant convoite ce que prennent les méchants… » Prov 12:12,  parce que, spontanément « l’âme du méchant désire le mal… » Prov 21:10. Allant jusqu’à l’extrême limite, l’Écriture décrit les agitations intérieures des méchants dans leur penchant vers le mal, disant : « … Ils ne dormiraient pas s’ils n’avaient fait le mal, le sommeil leur serait ravi s’ils n’avaient fait tomber personne… » Prov 4:16. En face de ces paroles, nous ne pouvons que louer Dieu pour la Grandeur de Sa Grâce en Jésus-Christ, dont le Sang rédempteur nous a purifiés de tout ce qui, en nous, était ou serait encore contraire à Sa sainte Personne. Car, ce qui nous fait discerner le mensonge, et nous en garde, résulte, non seulement de la connaissance de la Vérité, mais aussi de l’Esprit  de Vie qui nous a transformés en nous communiquant la Nature véridique de Celui qui est la Vérité… !