M312 – L’ESPRIT DU SEIGNEUR EST SUR MOI …

  Format PDF

      « Il se rendit à Nazareth, où il avait été élevé, et selon sa coutume, il entra dans la synagogue le jour du sabbat. Il se leva pour faire la lecture, et on lui remit le livre du prophète Ésaïe. L’ayant déroulé, il trouva l’endroit où il était écrit : L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce q’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour publier une année de grâce du Seigneur. Ensuite, il roula le livre, le remit au Serviteur, et s’assit. Tous ceux qui se trouvaient dans la synagogue avaient les regards fixés sur lui. Alors il commença à leur dire : Aujourd’hui cette parole de   l’Écriture,   que   vous   venez  d’entendre,  est  accomplie… ! » Luc 4:16-21.

     « L’Esprit du Seigneur est sur moi… ! » Luc 4:18. Toute l’Écriture révèle les diverses manifestations de l’Esprit de Dieu, c’est-à-dire, de la Présence agissante de l’Esprit dans des hommes et des femmes, lors de circonstances particulières en vue du Service de Dieu. Si, pour les idolâtres, les lieux et les édifices peuvent être les réceptacles des esprits de leurs faux dieux, l’Esprit de Dieu, au contraire, repose, non pas sur des lieux ou des édifices particuliers, mais sur les croyants qui s’y rassemblent, selon les paroles mêmes de Jésus adressées à la Samaritaine : « … Femme, crois-moi, lui dit Jésus, l’heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père. Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en esprit et en vérité. ! » Jean 4:21-24. A la lumière de ces Paroles de Jésus, il n’y a donc pas de lieux ou de bâtiments dits « sacrés », mais uniquement des hommes et des femmes « consacrés », sanctifiés, sur lesquels repose l’Esprit de la Grâce. Car, selon la Nature même de Dieu, l’Esprit de Dieu ne peut habiter que des êtres vivants, jamais des choses matérielles, quand bien même celles-ci peuvent être des éléments intégrés dans une Intervention  miraculeuse  de  Jésus,  tels  les  « pains  multipliés » Matt 14:19, ou « l’eau changée en vin » Jean 2:9… !

     L’Esprit est mouvement. Ainsi, au commencement de la Création, le premier mouvement ici-bas dont nous avons connaissance est « l’Esprit de Dieu qui se mouvait au-dessus  des eaux… ! » Gen 1:2, littéralement, « planait » au-dessus des eaux. Quand l’Esprit est en mouvement, quelque chose est sur le point de se produire ! En effet : « Dieu dit : Que la lumière soit ! Et la lumière fut… ! » Gen 1:3. C’est la Puissance de l’Esprit qui donne l’existence aux choses par la Parole de Dieu qui les nomme. Ce Processus divin, se manifestant dans nos vies, est exprimé par ces Paroles de Jésus, disant : « Quand le Consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité ; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. Il me glorifiera, parce qu’il prendra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera… ! » Jean 16:13-14. L’Esprit, dit Jésus, « ne parlera pas de lui-même… ! », dans ce sens que l’Esprit « entend » l’enseignement du Père dans le Fils, de l’intérieur duquel l’Esprit le « prend » pour nous l’« annoncer ». Ainsi, en étant introduit dans les Profondeurs de Dieu par la Parole inspirée, le croyant perçoit la vision intérieure de la Parole… !

      Il n’est pas de plus grand exemple d’obéissance que celle de Jésus envers Son Père céleste. Le prophète Jean-Baptiste dit de Jésus, en effet : « Celui que Dieu a envoyé dit les Paroles de Dieu, parce que Dieu ne lui donne pas l’Esprit avec mesure… ! » Jean 3:34. Jésus, en s’adressant à ses concitoyens de Nazareth, se référa d’abord aux Paroles de Son Père annoncées par la bouche du prophète Ésaïe. Ainsi, comment opère donc l’Onction de l’Esprit en celui qui prêche la Parole comme en ceux qui l’écoutent ? L’apôtre Paul, étant venu des préceptes du Judaïsme à la Parole de vie par sa conversion à Jésus-Christ, l’écrit aux Corinthiens : «  Ce n’est pas à dire que nous soyons par nous-mêmes capables de concevoir quelque chose comme venant de nous-mêmes. Notre capacité, au contraire, vient de Dieu. Il nous a aussi rendus capables d’être ministres d’une nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l’Esprit ; car la lettre tue, mais l’Esprit vivifie… ! » II Cor 3:5. Sans l’Esprit, non seulement la parole est « morte », mais elle « tue », tandis que sous l’Onction de l’Esprit, la Parole est vivante, et non seulement elle  vit, mais elle donne la vie en faisant jaillir la vie, dont la Parole est chargée, en ceux qui la reçoivent par le même Esprit. Ainsi, l’Esprit nous fait connaître les Profondeurs et les Richesses des Pensées divines, en inspirant les mots pour les exprimer, ainsi que le dit Jésus au sujet de Lui-même : « … Je n’ai point parlé de moi-même ; mais le Père qui m’a envoyé, m’a prescrit lui-même ce que je dois dire et enseigner. Et je sais que son commandement est la vie éternelle. C’est pourquoi les choses  que  je  dis,  je  les  dis  comme  le  Père  me  les  a  dites… ! » Jean 12:49-50. C’est ici la communication de la Parole de la part de Dieu à Jésus ; communication qui découle de la communion entre le Père et le fils, au point que, non seulement Jésus « annonçait » les choses de Dieu, mais Il les exprimait exactement « comme » le Père les lui avait « dites » ! Là se révèle l’intimité de Dieu et de Jésus, de sorte   que,   de   même  que  le  Père  et  le  Fils  « ne  font  qu’un » Jean 10:30, la Parole et l’Esprit, sous l’Onction,  ne font qu’un… !

      L’Esprit de vérité que Jésus nous a donc envoyé, fait qu’en ceux que l’Esprit habite, la Parole reçue est vie. En effet, l’Esprit de Dieu est la vie de la Parole ; Il révèle l’unicité de la Parole de Dieu et de la Personne de Dieu. Or voici, c’est, précisément, parce qu’ils ont séparé  la Parole de la Personne divine, c’est-à-dire, loin de la Source de vie, que les hommes ont altéré et desséché la Vérité, en la réduisant en des doctrines et des dogmes que les traditions perpétuent ! C’est l’Esprit de vie qui révèle le sens de la Parole ; en conséquence, la Parole, hors de la Personne divine, perd, en même temps, et la vie et son sens spirituel… ! Car, par l’Esprit, nous possédons la vie même de la connaissance de Dieu, mais sans l’Esprit, nous n’avons qu’une connaissance morte. Or, la Connaissance inspirée devient Révélation, et la Révélation apporte la Lumière intérieure, et cette Lumière qui éclaire est la vie éclairée de l’homme spirituel. L’apôtre Paul n’écrit-il pas, selon la Sagesse qui lui a été donnée : « Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l’homme, si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui ? De même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n’est l’Esprit de Dieu. Or nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce. Et nous en parlons, non avec des discours qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne l’Esprit, employant   un   langage   spirituel   pour  les  choses  spirituelles… ! » I Cor 2:11-13.

      Le « langage spirituel » est donc de la même nature que l’Esprit des « choses spirituelles » qu’il exprime,  sinon, par le langage humain, la Parole, tout en demeurant véritablement la Parole de Dieu, se révèle « éteinte » pour celui qui l’annonce comme pour celui qui l’entend. La Parole inspirée, reçue par l’Esprit, retentit en nous tel un « écho »intérieur. Car l’Esprit de Dieu a façonné au-dedans de nous la disposition spirituelle donnant accès à la Parole révélée de Dieu, en suscitant dans notre être profond une aspiration inspirée par le même Esprit oignant la Parole reçue. Et ceci s’opère dans notre entendement spirituel, infiniment intérieur à notre propre intelligence où se forment nos propres pensées, c’est-à-dire, dans l’intimité profonde de notre être, là où s’opère, par l’Esprit, la  « fusion » spirituelle de la Parole et de l’esprit de notre « homme intérieur »… !

    « Aujourd’hui, cette parole de l’Écriture que vous venez d’entendre, est accomplie… ! » dit Jésus Luc 4:21. La vérité de l’Écriture est que les âmes reçoivent la Parole de Dieu, non seulement comme étant le résultat de leur compréhension éclairée de la Parole, mais comme étant l’aboutissement de leur aspiration à appartenir à cette Parole… ! Car la Parole, avant d’être une somme de vérités enseignées, est, avant tout, une Personne qui nous aime, car les certitudes de la foi découlent de la certitude même de l’Amour dont Dieu nous aime. L’âme a besoin de l’Amour de Dieu autant que de certitudes spirituelles comme elle a besoin de certitudes autant que de l’Amour de Dieu qui, en elle, les approfondit et les enrichit. Ainsi, ne peut être convaincue de la Vérité de Dieu qu’une âme ayant reçu la révélation d’être aimée de Lui… !