M290 – À NOTRE IMAGE …

Format PDF

      « Dieu dit : Que la terre produise des animaux vivants selon leur espèce, du bétail, des reptiles et des animaux terrestres, selon leur espèce. Et cela fut ainsi. Dieu fit les animaux de la terre selon leur espèce, le bétail selon son espèce, et tous les reptiles de la terre selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon. Puis Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme … ! » Gen 1:24-27.

   Pendant les six jours de la création, l’Éternel Dieu, par Sa Parole, créa les éléments de l’univers et les espèces animales. Au sixième jour, Dieu dit : « Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance… ! » Gen 1:26 « A Notre Image ! » Dieu Lui-même impliqua Sa Personne dans la création de l’homme formé de la poussière de la terre. Ceci est d’autant plus évident que l’Éternel Dieu s’exprima au pluriel, comme plus tard, à la suite de la désobéissance d’Adam et d’Ève, en disant : « Voici, l’homme est devenu comme l’un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. Empêchons-le maintenant d’avancer sa main, de prendre de l’arbre de vie, d’en manger, et de vivre éternellement… ! » Gen 3:22. De même, lors de la construction de la ville et de la tour de Babel, en disant : « Allons, descendons, et là confondons leur langage, afin qu’ils n’entendent plus la langue des uns des autres… ! » Gen 11:7. Il ressort de ces paroles que, à cause de certains temps cruciaux ou déterminants de l’histoire des hommes, Dieu intervient dans la « pluralité » spirituelle de Sa « Sagesse infiniment variée » Eph 3:10, en vue de l’exécution de Ses Desseins pour clore une ère et en ouvrir une nouvelle !

   Toutes ces Interventions de Dieu sont déjà le commencement des manifestations du « mystère de sa volonté, selon le bienveillant dessein qu’Il avait formé en lui-même… ! », et de la « résolution de Celui qui opère toutes choses d’après le conseil de sa volonté… ! » Eph 1:9, 11. Il n’est donc pas étonnant que Dieu tienne conseil en Lui-même, non qu’Il « se parle à Lui-même », mais qu’Il appelât alors à l’existence un corps « à Son Image » invisible qui devint Adam… ! Et l’Écriture nous révèle que Dieu nomma les éléments qu’Il créa : « Dieu appela la lumière jour, et  il  appela  les  ténèbres nuit… ! » Gen 1:5. Et encore : « Dieu appela l’étendue ciel… ! » Gen 1:8. Et enfin : « Dieu appela le sec terre, et il appela l’amas des eaux mers. Dieu vit que cela était bon… ! » Gen 1:10. Par contre, ce n’est pas Dieu, mais Adam qui nomma tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, que « l’Éternel Dieu fit venir vers l’homme, pour voir comment il les appellerait, et afin que tout être vivant portât le nom que lui donnerait l’homme… ! Gen 2:19. Or, le fait même de pouvoir « choisir » des noms en son esprit distingue l’homme de toutes les autres créatures, et révèle en lui le caractère même de l’Image de Dieu… ?

    En Adam se tint donc toute la différence entre l’homme et le Créateur, car, en le faisant, l’Éternel Dieu créa une créature, et non pas un autre « Lui-même ». Cependant, ceci peut expliquer la tendance chez l’homme à se prendre pour Dieu ! D’ailleurs, Il est à relever dans les Écritures, qu’Adam « … engendra un fils à sa ressemblance, selon Son Image, et il lui donna le nom de Seth… ! » Gen 5:3. Adam, en effet, fut la seule créature dont il est dit que le premier-né était « à sa ressemblance », « selon son image » … ! Seth était donc « selon l’image » d’Adam qui était lui-même « à l’Image » de Dieu ! Cela signifie aussi que tout ce qui s’éloigne de l’original en perd la qualité, et met en lumière cette vérité exprimée par l’apôtre Paul aux Romains, et disant : « … la mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam, lequel est la figure de celui qui devait venir… ! » Rom 5:14. Ainsi, bien que nous ayons hérité l’inclination au péché par suite de la transgression d’Adam, nous n’en sommes pas moins responsables, en ce qu’il nous été donné par l’Évangile de recevoir, par la foi et la repentance, le pardon obtenu pour nous par la Mort rédemptrice de Jésus… !

    C’est donc pour avoir tenté d’« être comme » Dieu, qu’Adam rendit méconnaissable l’Image de Dieu en lui. Ce mobile, inspiré par la ruse de l’adversaire, l’induisit à se croire maître de lui-même, ce qui eut pour conséquence de le soustraire à Dieu. Cette prétention de penser connaître les choses de Dieu par soi-même conduisit l’homme à une « indépendance » qui le sépara de la Vie et le mena à la mort spirituelle. Or, l’Évangile nous parle du Dessein éternel révélé par la Connaissance divine qui est la « connaissance du salut par le pardon des péchés… ! » Luc 1:77. Connaissance salvatrice que Dieu rendit opérante au-dedans de nous par le Sacrifice de Son Fils, et qui rend témoignage que « ceux que Dieu a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image  de  son  Fils… » ! Rom 8:29. Car la Connaissance divine l’est véritablement, en ce qu’elle a le pouvoir de communiquer en nous la ressemblance à cette Connaissance… !

   Adam fut créé « à l’Image de Dieu », alors que Jésus est « le Commencement de la création de Dieu… ! » Apo 3:14. Et cela, en étant, non pas le « premier créé » comme Adam, mais le « Premier-né » de toute la création… ! Col 1:15. Or, Jésus n’a pas attendu de « naître » pour « être », ainsi qu’Il le révèle Lui-même dans Sa prière adressée à Son Père : « Et maintenant toi, Père, glorifie-moi auprès de toi-même de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde fût… ! » Jean 17:5, de cette « gloire, dit-Il encore, que tu m’as donnée, parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde … ! » Jean 17:24. Ainsi, par Sa Naissance, Jésus révèle Sa Préexistence ; et croire en Jésus, c’est recevoir Sa Nature divine qui nous introduit dans Son Éternité, dont nous avons les prémices en la Vie éternelle que nous avons reçue de Lui … !

  L’Abaissement de Jésus se situe parmi les Actes suprêmes de notre Seigneur, « lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes, et ayant paru comme un simple homme… ! » Phil 2:6-7. C’est parce qu’Il participa à notre humanité que Jésus est donc appelé le « Premier né », et qu’Il est, à ce titre, antérieur à l’« homme créé », c’est-à-dire, Adam ! Jésus n’a-t-Il pas dit aux Juifs, avant qu’ils ne prennent des pierres pour les lui jeter : « En vérité en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham fût, je suis… ? » Jean 8:58. Car, en Jésus, qui a été conçu et né de l’Esprit-Saint qui est Éternel, est révélée Sa Préexistence avant les temps éternels « dans le sein du Père… ! » Jean 1:18.

   Par la régénération opérée en nous par l’Esprit de Dieu, l’Image originelle ternie par le péché est donc restaurée en « l’homme nouveau » que nous sommes devenus Jésus-Christ, suivant les paroles mêmes de l’apôtre Paul adressée aux Éphésiens : « C’est en lui que vous avez été instruits à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, à être renouvelés dans l’esprit de votre intelligence, et à revêtir l’homme nouveau créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité… ! » Eph 4:21-24. L’« homme nouveau » est cette « création » spirituelle que produit la Vérité qui est la Semence incorruptible de la Parole de Dieu, que « vous avez reçue, comme l’écrit Paul aux Thessaloniciens, non comme la parole des hommes, mais, ainsi qu’elle l’est véritablement, comme la parole de Dieu qui agit en vous qui croyez… ! » I Thess 2:13. Et au sujet de laquelle l’apôtre encore écrit aux Colossiens : « Ne mentez pas les uns aux autres, vous étant dépouillés du vieil homme et de ses œuvres et ayant revêtu l’homme nouveau, qui se renouvelle dans la connaissance, selon l’image de celui qui l’a créé… ! » Col 3:9-10. Il s’agit ici de cette « Connaissance » divine qui, par l’Esprit qui la vivifie, possède le pouvoir de nous transformer intérieurement à la ressemblance même des Vérités qu’elle annonce… !

   L’Image de Dieu est reçue par le moyen de la Révélation de cette Connaissance, qui contient le pouvoir d’imprimer en nous le « Caractère » de Jésus. L’Image du Père céleste et le Message de Son Fils ne font qu’un ! Ainsi est attestée l’Origine divine de la Parole qui, exprimée par l’Esprit de Dieu, communique et imprime en nous la Nature et l’Image du Fils… !