M286 – L’AMOUR DE LA VÉRITÉ …

Format PDF

   « Le mystère de l’iniquité agit déjà ; il faut seulement que celui qui le retient encore ait disparu. Et alors paraîtra l’impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche, et qu’il anéantira par l’éclat de son avènement. L’apparition de cet impie se fera, par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l’iniquité pour ceux qui périssent parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés. Aussi Dieu leur envoie une puissance d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge, afin que tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice, soient condamnés… ! » II Thess 2:7-12.

    L’« impie », l’« homme du péché », ou encore le « fils de la perdition », comme aussi  « l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu », tels sont les divers noms de celui qui, écrit l’apôtre Paul, apparaîtra au temps de l’« apostasie » générale : II Thess 2:3-4. En attendant ce jour, l’Écriture nous apprend que l’esprit antéchrist est « maintenant déjà dans le monde… »! I Jean 4:3, c’est-à-dire, depuis le commencement. Et ceci en accord avec les paroles de l’apôtre Jean, disant : « Petits enfants, c’est la dernière heure, et comme vous avez appris qu’un antéchrist vient, il y a maintenant plusieurs antéchrists : par là nous connaissons que c’est la dernière heure. Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n’étaient pas des nôtres ; car s’ils eussent été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous, mais cela est arrivé afin qu’il fût manifeste que tous ne sont pas des nôtres… ! » I Jean 2:18-19. Nous sommes donc, depuis lors, dans cette « dernière heure » ! Et nous avons à discerner et à nous garder de cet esprit ambiant de séduction qui tente de changer la foi persévérante en une apparence de piété ! Or, les rachetés triomphent de la séduction en recevant la force qui découle de l’« amour de la Vérité » qui les anime, de cette Vérité qui les éclaire et nourrit leur vie intérieure… !

   L’« amour de la Vérité » ne consiste pas à faire de la Parole de Dieu des doctrines âprement défendues, mais, simplement, à l’« avoir reçue pour être sauvés… ! » II Thess 2:10. Car la Puissance de la Parole de Dieu « agit en nous qui croyons » I Thess 2:13, parce que l’Onction de l’Esprit-Saint nous en communique la Nature divine. Le prêtre Zacharie prophétisa que le prophète Jean-Baptiste apporterait au peuple d’Israël «  la connaissance du salut par le pardon des péchés… ! » Luc 1:77. C’est ici une connaissance prophétique qui pénètre notre conscience; car il n’y a de vraie compréhension de la Connaissance divine qu’en ayant reçu le pardon, de même, il n’y a pas de pardon des péchés sans cette Connaissance du Salut qui, précisément, nous en convainc ! Ainsi, nous aimons la Vérité, non seulement pour l’avoir connue, mais parce que, par elle, nous sommes  « nés de nouveau » avec l’affranchissement et la vision spirituels qui en sont les fruits. Ainsi, la Connaissance du Salut conduit à la Vie, qui atteste Sa Présence en nous par le « témoignage intérieur » de la certitude du pardon. Aussi est-ce par l’Esprit de Dieu que nous discernons tout ce qui est de nature contraire à la Vie de Jésus en nous, en particulier, cet « esprit de séduction » qui conduit à la mort spirituelle… !

   Aux Juifs qui l’écoutaient, Jésus dit : « Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle : ce sont elles qui rendent témoignage de moi. Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie… ! Jean 5:39-40. Ces Juifs étaient trop attachés à leur tradition, et même « par » leur tradition, pour venir à Jésus. En effet, la tradition est le résultat de ce que les hommes ont « fait » de la Vérité, en l’altérant et en la rendant captive  au cours des âges, au lieu de laisser « agir » la Vérité elle-même au-dedans d’eux. D’ailleurs, le fait de s’attacher à la tradition révèle que l’on aime davantage l’institution que la Parole elle-même. Ceci nous révèle, d’autant plus, pourquoi l’Écriture met l’accent sur l’amour de la Vérité, parce que le fait d’aimer la Vérité suppose que la Vérité est « aimable » ! Et elle l’est parce que la Vérité n’est ni une règle ni une institution, mais une Personne ! Et cette Personne c’est Jésus ! Car Jésus n’a jamais dit : J’ai reçu la Vérité ou : Je possède la Vérité, mais : « Je suis la Vérité… ! » Jean 14:6. Et l’Écriture, précisément, ne dit-elle pas de la Sagesse : « J’aime ceux qui m’aiment, et ceux qui me cherchent me trouvent… ? » Prov 8:17.

   De là ce trait particulier de l’Écriture qui est de personnifier la Parole de Dieu, en lui attribuant  le comportement d’une personne compatissante. Ainsi, il est écrit au sujet du croyant dans sa relation avec la sagesse : « Ne l’abandonne pas, et elle te gardera ; aime-là, et elle te protégera… ! » Et encore : « Exalte-là, et elle t’élèvera ; elle fera ta gloire, si tu l’embrasses… ! » Prov 4:6, 8. Ainsi, notre amour de la Vérité révèle la profondeur de notre union avec elle. Dans le cas inverse, il en est de même au sujet de l’erreur, représentée, elle aussi, comme une personne symbolisant la séduction. Dans l’Apocalypse, où tout est parvenu à son comble et à son terme, l’Écriture déclare au sujet de l’Église de Thyatire : « Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu laisses la femme Jézabel, qui se dit prophétesse, enseigner et séduire mes serviteurs, pour qu’ils se livrent à l’impudicité et qu’ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles. Je lui ai donné du temps, afin qu’elle se repentît, et elle ne veut pas se repentir de son impudicité. Voici, je vais la jeter sur un lit, et envoyer une grande tribulation à ceux qui commettent adultère avec elle, à moins qu’ils ne se repentent de leurs œuvres… ! Apo 2:20-22. Les prophètes ont personnifié la séduction comme étant une femme prostituée avec ses diverses manières de séduire. C’est donc par une telle attraction « féminine » sur l’âme exercée par le tentateur que le croyant, qui ne veille pas, peut être attiré et trompé par l’esprit d’erreur… !

   Lorsque l’Écriture rapporte, en effet, que l’apparition de l’impie se fera avec « toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers » II Thess 2:9, cela ne signifie pas que les miracles ou les signes venant de Satan sont faux, mais qu’ils sont « mensongers » en ce qu’ils conduisent effectivement dans une « voie de mensonge » … ! Ceci s’accorde avec les paroles de l’Éternel transmises par Moïse, et disant : « S’il s’élève au milieu de toi un prophète ou un songeur qui t’annonce un signe ou un prodige, et qu’il y ait accomplissement du signe ou du prodige dont il t’a parlé en disant : Allons après d’autres dieux, des dieux que tu ne connais point, et servons-les ! Tu n’écouteras pas les paroles de ce prophète ou de ce songeur, car, c’est l’Éternel, votre Dieu, qui vous met à l’épreuve pour savoir si vous aimez l’Éternel, votre Dieu, de tout votre cœur et de toute votre âme… ! » Deut 13:1-3. Un homme est faux prophète quand ce qu’il dit ne s’accomplit pas, mais il l’est également quand certains « miracles » ou « signes » qu’il prédit s’accomplissent, alors que le message qu’il apporte est faux ! Et là se tient toute la différence entre le diable qui « tente » pour tromper et perdre, et Dieu qui « met à l’épreuve » pour épurer et affermir … !

   De quelle nature d’esprit est donc la personne qui incline à croire au mensonge plutôt qu’à la Vérité ? L’Écriture nous apprend que ceux qui croient au mensonge y croient, non seulement parce qu’ils ne croient pas à la Vérité, mais parce qu’ils « prennent plaisir à l’injustice » II Thess 2:12. C’est-à-dire que leur plaisir de goûter à ce qui est répréhensible révèle une disposition qui ne peut que donner accès à « l’esprit d’égarement ». Car les âmes, qui ne cherchent que leur plaisir ou leurs convenances personnelles ne sont plus à même de discerner, et accueillent l’esprit et les paroles de la séduction comme la solution attendue… ! De là s’éclaire cette Action particulière de Dieu qui envoie à ceux qui n’ont pas reçu l’« amour de la Vérité », une « puissance d’égarement pour qu’ils croient au mensonge… ! » I Thess 2:11 ; de la même manière qu’à ceux qui « ne se sont pas souciés de connaître Dieu », et dont il est dit que « Dieu les a livrés à leur sens réprouvé, pour commettre des choses indignes… ! » Rom 1:28. Le temps vient où tout homme sera contraint de croire en quelque chose, soit à la vérité soit à l’erreur, d’où cette Action de Dieu envers ceux qui ne croient point à la vérité, et qui consiste à laisser se présenter les erreurs qui correspondent, de toute façon, à ce que les homme veulent à croire… !

   Aussi, combien éclairantes sont les Paroles de Jésus répondant à Pilate qui l’interrogeait, et disant : « Tu le dis, je suis roi. Je suis né dans le monde pour rendre témoignage à la vérité… ! » Jean 18:37. Pilate ne put « voir » en Jésus la Vérité, pourtant en Personne devant lui, car ce n’est qu’à celui qui recherche, non pas sa propre « vérité », mais la Vérité qui vient de Dieu, que Jésus, en la lui révélant… se révèle Lui-même… !