M222 – LES INVISIBLES …

Format PDF

  « C’est pourquoi nous ne perdons pas courage. Et lors même que notre homme extérieur se détruit, notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour. Car nos légères afflictions du moment présent produisent pour nous, au-delà de toute mesure, un poids éternel de gloire, parce que nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles ; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles… » II Cor 4:16-18.

  Les choses visibles, bien que passagères, constituent notre existence terrestre et toutes les exigences que cela implique, et Dieu, dans Sa Sollicitude, sait ce dont nous avons besoin à cet égard. Jésus, qui connaît la nécessité, comme aussi les sollicitations des choses d’ici-bas, nous apprend la place qu’elles doivent tenir dans notre vie spirituelle, par cette exhortation adressée aux disciples : « Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus… » Matt 6:32-33. Est-il paroles plus simples et plus claires que celles-ci ? Et pourtant, parfois, que d’interrogations dans nos cœurs dans certaines situations difficiles. Nous avons besoin de toute la Pensée de l’Esprit de Dieu à ce sujet, laquelle nous rend capables de discerner si notre recherche première est véritablement celle du « Royaume et de la Justice de Dieu » ou celle de « toutes ces choses »  certes nécessaires à notre vie, mais qui sont données ensuite. Les choses invisibles se révèlent être le but primordial de la recherche de l’homme spirituel, car l’Esprit, par lequel l’homme « né de nouveau » aspire aux choses invisibles, est le même Esprit par lequel il a été lui-même régénéré.

  L’Exhortation de Jésus à chercher les choses éternelles avant les choses passagères, démontre l’antériorité des choses invisibles par rapport à celles visibles, car les choses invisibles sont à l’origine des choses visibles, ainsi que l’Écriture nous l’apprend : « Or, la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas… » Et encore : « C’est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la Parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles… » Héb 11:1, 3. Ainsi la foi, par l’Esprit, nous fait « voir » les choses invisibles, qui sont elles-mêmes le contenu de la foi. Tout croyant charnel manifeste une méconnaissance totale des Pensées et des Voies de Dieu. Et ces âmes, dans les moments difficiles de la vie, parce qu’elles ne recherchent pas les choses invisibles ou les ignorent, sont souvent parmi les plus enclines à se révolter en décidant de ne plus lire la Parole de Dieu et de ne plus prier, sans être conscientes que, non seulement elles attristent l’Esprit de Dieu, mais elles se nuisent spirituellement à elles-mêmes. D’où l’on comprend que la soif spirituelle des choses invisibles se manifeste dans le croyant authentique, et que cette soif en est la marque intérieure.

  Les choses invisibles sont de nature éternelle. Ainsi, tout service, animé de l’Esprit-Saint, a toujours pour but les choses invisibles, sinon il en résulterait un service humain pour une fin terrestre. L’Écriture rapporte que Jésus, ayant dit à un homme : « Suis-moi ! Celui-ci répondit : Seigneur, permets-moi d’aller d’abord ensevelir mon Père. Mais Jésus lui dit : Laisse les morts ensevelir leurs morts ; et toi, va annoncer le Royaume de Dieu. Un autre dit : Je te suivrai, Seigneur, mais permets-moi d’aller d’abord prendre congé de ceux de ma maison. Jésus lui répondit : Quiconque met la main à la charrue, et regarde en arrière, n’est pas propre au Royaume de Dieu… » Luc 9:59-62. Quel rapport y a-t-il donc entre l’ordre de Jésus adressé au premier homme et la mise en garde adressée au second, et les choses invisibles ? Dans les deux entretiens, il est question du Royaume de Dieu, au sujet duquel Jésus dira peu après : « Le Royaume de Dieu ne vient pas de manière à frapper les regards. On ne dira point : Il est ici, ou : Il est là. Car voici, le Royaume de Dieu est au milieu de vous… » Luc 17:20-21. Là encore, nous retrouvons la Puissance spirituelle des choses invisibles qui anime la prédication du Royaume de Dieu et soutient notre marche vers celui-ci ; Royaume dont, en même temps, la Présence en nous et le But à atteindre s’offrent au seul regard de la foi.

  Les hommes spirituels reçoivent la vision intérieure des choses invisibles qui les soutient au travers des épreuves et des combats de la vie. Moïse, ayant valeur d’exemple à cet égard, vécut cette réalité dans sa vie, lorsqu’il conduisit le peuple élu de l’Égypte dans le désert : « C’est par la foi, dit l’Écriture, qu’il quitta l’Égypte, sans être effrayé de la colère du roi ; car il se montra ferme, comme voyant celui qui est invisible… » Héb 11:27. Un tel homme de Dieu, qui a pu intercéder et conduire un peuple aussi roide, versatile et contredisant qu’Israël n’a pu le faire qu’en regardant uniquement à « celui qui est invisible… » En effet, regarder à l’Éternel, c’est être porté par Lui, et tant que Moïse demeurait caché dans « l’Invisible », il recevait la Force divine de surmonter le visible, et tout ce que ce visible avait d’éprouvant pour lui de la part du peuple hébreu.

  Ainsi, en sondant la Parole de Dieu, nous sommes en communion avec Celui-là même qui est « Invisible », c’est-à-dire, avec Celui qui est, dit l’Écriture : « Roi des siècles, Immortel, Invisible, seul Dieu… » I Tim 1:17. Les choses invisibles rendent plus profonde notre compréhension du Médiateur entre Dieu et les hommes, à savoir : « Jésus-Christ venu en chair… » I Jean 4:2. L’apôtre Jean déclare : « Personne n’a jamais vu Dieu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a fait connaître… » Jean 1:18. L’apôtre Paul écrit que le Fils de Dieu est « l’Image du Dieu invisible, le Premier-né de toute la création… » Col 1:15. Ainsi, à Philippe qui lui demandait de leur « montrer le Père », Jésus répondit : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père ; comment dis-tu : Montre-nous le Père ? Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi… ? » Jean 14:8-10. Ainsi, dans la Personne de Jésus, « l’Invisible » a été rendu « Visible », et cela lorsque, dit l’Écriture « les temps ayant été accomplis, Dieu envoya Son Fils, né d’une femme, né sous la loi, afin qu’il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l’adoption… » Gal 4:4-5. Car c’est seulement ainsi que Jésus « nous a réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair… » Col 1:22, afin que nous passions des choses visibles à celles invisibles. Nous comprenons alors que si nos légères afflictions, et même celles lourdes, produisent un poids éternel de Gloire, c’est uniquement parce que nous regardons aux choses invisibles en recevant la Force venant de Celui qui est « l’Invisible » même.

  Le Seigneur réserve à tout croyant un service particulier dans l’Église et dans le monde, et également dans les « lieux célestes », afin que, dit l’Écriture « les dominations et les autorités (bonnes et mauvaises) dans les lieux célestes connaissent aujourd’hui par l’Église la sagesse infiniment variée de Dieu, selon le dessein éternel qu’il a mis à exécution par Jésus-Christ, notre Seigneur… » Eph 3:10-11. Mais ce service spirituel est, soit méconnu, soit redouté, car il consiste en combats spirituels contre des puissances invisibles, telles que « les dominations, les autorités, les princes de ce monde de ténèbres et les esprits méchants dans les lieux célestes… » Eph 6:12. La guerre invisible avec les armes de la prière requiert un cœur livré au Seigneur, un cœur qui a franchi intérieurement le seuil entre le monde visible et invisible. Or, seul un cœur qui ne s’est pas laissé « étouffer par les soucis, les richesses et les plaisirs de la vie… » Luc 8:14, est en mesure de discerner et de combattre les esprits séducteurs. C’est donc sur le champ de bataille invisible, par l’intercession dans le secret de notre chambre, en étant  invisibles aux hommes, mais vus de Dieu, que nous sommes rendus capables, tôt ou tard, de manifester la Victoire, Fruit du Sacrifice de Jésus, pour nous et nos frères et sœurs. Et c’est là, en même temps, le ministère le plus ignoré aux yeux de l’homme et le plus glorieux aux yeux de Dieu.

  Voilà ce à quoi nous appellent les choses invisibles : soupirer après elles, les vivre, les « voir » se manifester telles que Dieu le veut. C’est ici l’aspiration du croyant qui ne craint ni le brisement ni le dépouillement, parce qu’ils sont à ses yeux, non pas un appauvrissement de sa personne, mais un revêtement de Puissance, de Patience et de Compassion de la part de Dieu ; et donc une Richesse d’En-Haut pour lui-même et, par lui, pour ses frères et sœurs en la foi. Regarder par la foi aux choses invisibles, fait que, comme Abraham « notre père, devant Celui auquel il a cru », nous aussi nous croyions en Dieu « qui donne la vie aux morts, et qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient… » Rom 4:17. Et si ces « choses » ne sont pas rendues visibles à nos yeux, nous avons cette certitude que ces mêmes choses sont reçues « invisiblement », afin qu’elles soient en nous, dès ici-bas, pour l’éternité.