M136 – PAR RÉVÉLATION …

Format PDF

     « Je vous déclare, frères, que l’Évangile qui a été annoncé par moi n’est pas de l’homme ; car je ne l’ai ni reçu ni appris d’un homme, mais par une révélation de Jésus-Christ… »  Gal 1:11-12.

  Bien qu’il fût « … instruit aux pieds de Gamaliel dans la connaissance exacte de la Loi… » Act 22:3, et « … plus avancé dans le judaïsme  que  beaucoup  de  ceux  de  son  âge  et  de  sa  nation… » Gal 1:14, Saul, qui deviendra l’apôtre Paul, eut besoin de la Révélation de Jésus-Christ sur ce Dieu qu’il servait et croyait connaître. Ananias, en effet, envoyé par Dieu, lui avait annoncé : « Le Dieu de nos pères t’a destiné à connaître sa volonté, à voir le Juste, et à entendre les paroles de sa bouche… » Act 22:14. Le fait d’avoir lui-même « vu le Juste… » donnera, à son tour, ce trait particulier du ministère de l’apôtre qui est celui « … d’ouvrir les yeux des païens, pour qu’ils passent des ténèbres à la lumière et de la puissance de Satan à Dieu… » Act 26:18. D’où  sa  prière  instante  pour  les croyants : « … Que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père de gloire,  vous   donne   un  esprit  de  sagesse  et  de  révélation,  dans sa connaissance,   et   qu’il   illumine   les  yeux   de  votre   cœur… » Eph 1:17-18.

  Quels que soient son zèle, ses convictions ou ses doctrines, le croyant, sans la Révélation de l’Esprit, se trouve dans la même situation que les Juifs dont il est écrit que « … Jusqu’à ce jour le même voile demeure, quand ils font la lecture de l’Ancien Testament, et il ne se lève pas, parce que c’est en Christ qu’il disparaît. Jusqu’à ce jour, quand on lit Moïse, un voile est jeté sur leurs cœurs ; mais lorsque  les  cœurs se convertissent  au  Seigneur,  le  voile  est ôté… » II Cor 3:14-16. La révélation, c’est la disparition du voile de notre chair entre notre esprit et l’Esprit de Dieu, c’est le dévoilement des yeux de notre cœur sur les choses cachées de la Parole de Dieu, comprise selon Sa Pensée. Toute connaissance des Écritures est reçue et vécue selon l’Esprit, sinon elle n’est qu’une somme de connaissances qui nous placent en face de Dieu, mais non pas en Lui. La connaissance non révélée fait de Dieu un sujet d’étude et non pas d’adoration, et cette connaissance, tout en nous présentant Dieu, Le tient éloigné de nous, car elle n’a pas le pouvoir de nous rendre semblables à Christ. Seule la révélation de la Parole opère cette transformation intérieure.

  Après avoir adressé plusieurs paraboles à ses disciples, Jésus leur demanda : « Avez-vous compris toutes ces choses ? Oui, répondirent-ils… » Matt 13:51. Cependant, par la suite, nous apprenons qu’ils les avaient entendues, sans les avoir comprises. Leur esprit avait été attentif, mais pas encore réceptif. Après que Jésus fut ressuscité et qu’Il se présenta au milieu de ses disciples, leur enseignant ce qui Le concernait dans la Loi de Moïse, dans les Prophètes et dans les Psaumes, Jésus, dit l’Évangile « leur ouvrit l’esprit, afin qu’ils comprissent les Écritures… » Luc 24:45. Cette ouverture intérieure à l’accès de la Parole s’opère en celui qui aspire à une Vie spirituelle profonde. Une âme, disant avoir reçu ou manifesté des dons spirituels, peut rester cependant étrangère au travail intérieur de la Parole, qui façonne en nous le Caractère divin. Alors que telle autre âme, sans avoir nécessairement des manifestations visibles de l’Esprit, a reçu la Vie qui a imprimé en elle les Traits de l’Agneau de Dieu.

  En déclarant que « … la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la Parole de Christ… » Rom 10:17, l’Écriture nous apprend qu’il y a une foi naturelle, et une foi spirituelle qui naît en nous et se nourrit de la Parole de Dieu. La foi « naturelle » peut obtenir certaines promesses, et bénédictions de la part de Dieu, tandis que la foi selon l’Esprit reçoit la Nature de la Vie de Dieu, la Vie éternelle que nous communique la Révélation de la Parole inspirée. « La volonté de mon Père, dit Jésus, c’est que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la Vie éternelle ; et je le ressusciterai le dernier jour… » Jean 6:40. Ces Paroles, quiconque « voit » le Fils et « croit » en lui, nous révèlent qu’il y a une démarche antérieure à celle de croire, qui est d’abord celle de « voir » spirituellement. Il s’agit de voir intérieurement, d’avoir la vision spirituelle de ce qui est annoncé à notre foi. Elle est cette « illumination » de l’Esprit qui révèle à notre foi ce qui répond pleinement aux aspirations et aux besoins spirituels de « l’homme intérieur » qui est en nous.

   Peu après la naissance de Jésus, des mages vinrent d’orient où ils avaient vu son étoile, et arrivèrent à Jérusalem. « Le roi Hérode, dit l’Écriture, ayant appris cela, fut troublé, et tout Jérusalem avec lui. Il assembla tous les principaux sacrificateurs et les scribes du peuple, et il s’informa d’eux où devait naître le Christ… » Matt 2:3-4. Ce dont ils s’acquittèrent parfaitement, mais eux, qui possédaient et connaissaient la Loi et les Prophètes, restèrent à Jérusalem, tandis que seuls les mages allèrent à Bethléhem découvrir et adorer Celui que la Parole avait annoncé. « La révélation de tes paroles éclaire… » dit le Psalmiste Ps 119:130. L’Esprit de Dieu nous appelle à aspirer à la révélation, mais toujours en nous appuyant sur la Parole. Beaucoup de ceux qui possèdent la Parole demeurent à « Jérusalem », mais ils ne se rendent pas à « Bethléhem » où se trouvent la révélation, l’accomplissement de celle-ci. Ici-bas, une lumière sans lampe est inexistante, et une lampe sans lumière est inutile. Ainsi, une révélation sans la Parole comme référence permet la venue d’un « autre Jésus » que Celui de l’Évangile, et la Parole sans la révélation par l’Esprit revient à sonder les Écritures sans trouver Celui dont elles parlent.

  La connaissance seule de la Parole n’est pas le but de la Parole. De même que le panneau indicateur qui, du fait de sa fonction, n’est pas lui-même la destination finale, de même la connaissance de la Parole indique la Direction vers Dieu, la destination céleste de nos vies. La révélation de l’Esprit nous appelle à vivre les Accomplissements de la Parole en nous et par nous. Recevoir la révélation de l’Esprit, ce n’est pas sortir de la parole, mais c’est aller plus loin en elle, non pas au-delà, mais au-dedans de la Parole, afin de la parcourir, de la lire et de l’entendre de l’intérieur.

  L’Écriture dit qu’il est « des choses que l’œil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues, et qui ne sont point montées au cœur de l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment. Dieu nous les a révélées par l’Esprit. Car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu… » I Cor 2:9-10. L’œil, l’oreille, le cœur ne permettent qu’une compréhension « naturelle » de la Parole, au même titre que l’on reconnaît dans la Création les Œuvres du Créateur. C’est déjà un pas dans la bonne direction, mais cette connaissance par l’intelligence nous retient en deçà des choses de l’Esprit de Dieu. Ainsi, l’Écriture dit : « Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l’homme, si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui ? De même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n’est l’Esprit de Dieu… » I Cor 2:11. L’esprit de l’homme n’est en mesure de connaître que ce qui est de la même nature que lui, alors qu’il ne peut connaître ni se soumettre aux choses de l’Esprit de Dieu « car elles sont une folie pour lui… » I Cor 2:14. Le sage dit : « Comme dans l’eau le visage répond au visage, ainsi le cœur de l’homme répond au cœur de l’homme… » Prov 27:19. Il en est de même de l’Esprit de Dieu se reflétant dans notre esprit, éclairé par Lui, en devenant « avec lui un seul esprit… » I Cor 6:17. Ainsi, l’Esprit au-dedans de nous reçoit la révélation de la Parole, qui nous transmet la Lumière et la Vie ; d’où l’aspiration par l’Esprit-Saint dans notre esprit à ressembler à Dieu. Et cela à l’exemple de « l’Esprit lui-même, qui rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu… » Rom 8:16.