R1 – LES CLOUS DU MAÎTRE 1

Format PDF

« Les paroles des sages sont comme des aiguillons ; et, rassemblées en un recueil, elles sont comme des clous plantés par un seul maître… »

Ecc 12:13.

———————————

1

Les croyants sont mûris par leurs problèmes spirituels, mais certains ne sont jamais mûrs, parce qu’ils ne sont pas assez profonds pour en avoir.

2

Celui qui est fort ne reste pas dans l’humilité, si ce n’est par un constant brisement.

3

Celui qui se dit parfait ne l’est plus.

4

Nos faiblesses sont à la fois mauvaises, bonnes et utiles ; elles sont mauvaises en ce qu’elles nous empêchent d’être parfaits, bonnes en ce qu’elles nous contraignent à le devenir, utiles en ce qu’elles nous empêchent de nous en glorifier.

5

Celui qui veut se garder loin du péché par ses propres forces n’empêchera pas ses propres faiblesses de l’y ramener.

6

  Il est plus difficile de mourir à nos réactions qu’à nos actions.

7

N’appliquons pas les défauts du frère avec qui l’on parle à une tierce personne, tout en espérant que celui-ci comprenne qu’il s’agit de lui.

8

  Plus nous entrons dans l’Esprit, plus nos propres qualités deviennent des défauts.

9

Sers-tu Dieu, ou te sers-tu de Lui ?

10

La Vérité est une chaîne, et nous la connaissons chaînon après chaînon. Mais, si nous croyons que notre chaînon est toute la chaîne, c’est alors que la connaissance, au lieu d’édifier, enfle.

11

Une révélation spirituelle porte en elle le germe de la suivante.

12

  Le discernement en dehors de l’Esprit se change en soupçon.

 13

Le séducteur, sans les blesser, tue les âmes ; le persécuteur, en ne tuant que le corps, les garde en vie.

14

Ceux qui sont dans la Vérité sont ceux que la Vérité a rendus vrais.

15

Celui qui ne souffre pas ne pense pas et celui qui ne pense pas ne se connaît pas.

16

Ce ne sont pas les Vérités de Dieu qui se combattent, ce sont les interprétations des hommes sur ces Vérités ; seul, l’Esprit prophétique élève dans nos cœurs toutes les Vérités de Dieu au même niveau d’importance.

17

Celui qui est biblique apprend qu’il fait mal, celui qui est spirituel le sait.

18

Il est plus facile de sortir des murs de Babylone que de soi-même.

19

  Une pensée spirituelle ne doit pas être une bonne réponse tranquillisante, mais déposer une question dans notre âme.

20

S‘il doit arriver à l’élu de faire une faute, ce sera toujours par faiblesse, jamais par malice.

21

  Plus on devient spirituel, plus on est naturel.

22

Ce ne sont pas par les mêmes idées, ni par les mêmes doctrines, que nous sommes un seul cœur et une seule pensée, mais ce sont les mêmes traces et les mêmes souffrances spirituelles qui révèlent que nous suivons le même chemin.

23

La foi sans la connaissance de la Vérité, c’est croire le premier miracle venu de l’Antichrist.

24

La Vérité sans la sainteté, c’est connaître les choses de Dieu sans leur appartenir.

25

Une des souffrances de Jésus : ceux qui l’aimaient, mais qui ne Le comprenaient pas, et ceux qui ne L’aimaient pas, parce qu’ils L’avaient compris.

26

C‘est en acceptant ce qui est incompréhensible, que Dieu nous forme à comprendre ce qui est spirituel.

27

Dieu seul est Celui qui n’obéît à personne.

28

On sait que l’on est dans la Volonté de Dieu, quand on a la force de repousser toute aide et tout moyen charnel pour l’accomplir.

29

Les croyants charnels recherchent l’assurance doctrinale à défaut d’assurance spirituelle.

30

On hérite la fin de ce en quoi l’on se confie.

31

  Sommes-nous obligés de faire tout ce que la Bible dit ? Avec Jésus, la « Parole faite chair », rien n’est obligatoire, tout est désirable.

32

Un discours sous l’onction, ce sont des paroles que le cœur reçoit d’abord, et que l’intelligence comprend ensuite.

33

  Le diable cherche toujours à prolonger charnellement ce qui a été commencé spirituellement.

34

Plus vous êtes spirituel, moins on aura d’égards pour vous ; mais soyez flatteur et on dira que vous avez beaucoup d’amour.

35

Nous serons jugés pour nos mauvaises paroles, mais aussi pour les bonnes si nous ne leur avons pas ressemblé.

36

La sainteté sans la foi, c’est la religion de l’orgueil.

37

Pour le monde et ses artifices, le chrétien paraît terne comme le tabernacle au désert, il ne brille que dans la l’épreuve.

38

  La méchanceté sait toujours frapper ce qui est vrai dans un cœur.

39

Supporter les faibles, c’est devenir fort.

40

  Plus le croyant voit ses propres ténèbres, plus il grandit dans la Lumière ; plus l’homme charnel suit ses propres lumières, moins il voit ses ténèbres.

41

  L‘homme spirituel comprend qu’on ne le comprenne pas.

42

Plus Dieu étendra son Œuvre à travers toi, plus Il te rendra petit, afin que tu ne t’en aperçoives pas.

43

Celui qui se sanctifie par lui-même ne devient pas un saint, mais un homme à principes ;  il ne recherche pas Jésus comme son Modèle, mais comme son approbateur.

44

On est poussé à la critique par ce qui est critiquable en nous.

45

Celui qui est affranchit d’une chose ne s’en défend plus.

46

L‘Ecriture parle de « l’Unité de la connaissance » ; l’important, ce n’est pas la diversité des vases contenant la même eau, mais la pureté dans lesquels ces vases la conservent.

47

L‘enseignement fait des disciples, l’endoctrinement des adeptes.

48

  Plus nous savons, plus nous devons être.