Archives de catégorie : Mystères

LES MYSTÈRES – 21 …

Format PDF

« Il vous a été donné de connaître les mystères du Royaume des cieux… »

Matt 13 :11.

———————————

  La nuit était tombée depuis peu… assurément, la plupart des êtres étaient plongés dans le sommeil… Le silence, qui s’établit me permit d’ « entendre » les réflexions intérieures, silencieuses elles-aussi, dans mon esprit… Soudain, me vint cette pensée… L’homme, dans son assoupissement… quelles que soient son intelligence, ses capacités, ses forces, ses faiblesses… ne serait-il plus qu’un corps, certes vivant, mais inerte ? … En quoi se distingue-t-il des autres ?… En quoi consiste ce que l’on appelle la dignité de l’homme ?… Or, ne sommes-nous pas un esprit invisible dans un corps visible… appelés à rencontrer Celui qui est notre Créateur et Sauveur ? …

  Le paysage, se devinant dans l’obscurité, semblait être habité par une sorte de force pensante… comme émanant de l’Esprit de Dieu, dont il est dit qu’Il « soutient toutes choses par sa Parole puissante » … C’est alors que, surgissant de l’Écriture, je vis défiler dans ma pensée comme une cohorte… les patriarches, les prophètes, les apôtres, et autres témoins de la foi… Puis me vinrent à l’esprit les moments ultimes vécus par Jésus, dont il est dit que… « dans les jours de sa chair, ayant présenté avec de grands cris et avec larmes des prières et des supplications à Celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été exaucé à cause de sa piété, a appris, bien qu’il fût fils, l’obéissance par les choses qu’il a souffertes » …

  Ces moments extrêmes traversés par Jésus, décrits avec une telle profondeur, une telle empathie… l’écrivain de l’épître aurait-il donc été présent lors de l’agonie du Christ ? … Évidemment pas… Mais il la décrivit comme étant, en quelque sorte, dans l’esprit de cette agonie… et ceci par l’Esprit de Dieu qui l’inspira… Agonie de Jésus, dont l’aboutissement par Sa mort et Sa résurrection traça le chemin, que suit tout véritable racheté… lequel, intensément, vit, prie, pense, parle, agit, combat… loue Dieu… Et ceci « par » l’Esprit reçu d’en haut… c’est-à-dire « de l’intérieur » même de l’Esprit du Ressuscité demeurant en lui…

  Sans doute avons-nous eu, parfois, la pensée de voir, et même de vivre une incompatibilité entre l’esprit et la chair… cette chair, certes, « demeurant étrangère à l’Esprit de Dieu » … Or, ce fut « dans les jours de sa chair » que Jésus soutint Son combat… « luttant dans une chair semblable à la nôtre » … mais une chair « sans péché » … Or « Celui-là même qui n’a pas connu le péché », Dieu l’a fait devenir, non pas « pécheur » … mais « péché » pour nous… et ce péché, qui est le nôtre, Jésus accepta de le porter pour nous en libérer… C’est donc parce que nous ne pouvions pas être justifiés par nous-mêmes… que « nous le fûmes en Jésus » … Lequel fut fait pour nous « Justice de Dieu » … C’est en étant donc justifiés par Lui, que nous soutenons le combat spirituel dans notre esprit régénéré par l’Esprit-Saint… Et ceci, non pas « par » notre propre chair, tout en étant, cependant, « dans » notre corps de chair… mais ayant été purifié et sanctifié par le Sang et l’Esprit de Jésus…

  Dieu a effacé les faiblesses de nos pensées, et celles de notre chair… Mais, au cas où il en subsisterait des « cicatrices » dans notre mémoire… telles les « pensées culpabilisantes » … Christ, qui nous a justifiés des accusations portées contre nous par « l’Adversaire de nos âmes », « l’accusateur des frères » … à plus forte raison, nous a-t-Il justifiés en face de nos propres accusations, portées contre nous-mêmes… Ainsi donc, notre esprit et notre corps, bien que différents de nature, bénéficient-ils, chacun en son rang de la même Grâce rédemptrice… qu’aucun « ressouvenir » des péchés ne saurait ternir…

  Poursuivant la marche, j’aperçus au détour du sentier un étang entouré de roches blanches… où, sous un léger souffle, la surface des eaux reflétait l’astre solitaire en autant de pépites dorées… Je me mis à penser à tout ce que pouvait évoquer cette scène intime… Tout à coup, en ce lieu invitant à la méditation, se présentèrent à mon esprit certaines Paroles…  Soulignant la place que tient notre corps dans le Dessein divin… En effet, est-il écrit « S’il y a un corps animal, il y a aussi un corps spirituel » … Ainsi, « de même que nous avons porté l’image du terrestre, nous porterons aussi l’image du céleste » … Tels sont donc le corps « contenant visible » de notre esprit, et l’esprit « contenu invisible » de notre corps… qui nous constituent… L’un et l’autre sont au bénéfice de l’œuvre de la Rédemption… À ce moment, je ne pus m’empêcher de laisser jaillir des louanges de mon cœur devant l’Œuvre divine… englobant tout notre être…

  La petite clairière, dans laquelle je m’étais arrêté, fut le lieu où montèrent en moi maintes réflexions… celles-ci pénétrant les vérités profondes révélant le Mystère divin… Jésus… Jésus venu de Dieu… « engendré » par l’opération de l’Esprit-Saint… « conçu » dans le sein d’une vierge… et venu donc en chair… Prodige unique inscrit dans le Dessein éternel de Dieu… Jésus ne fut pas seulement « Esprit », mais « chair »… car sur le bois de la croix, ce ne fut pas « en Esprit », ni « spirituellement », que Jésus fut crucifié… Il le fut, et dut l’être « dans le corps de sa chair même » … Ainsi Jésus, ressuscité des morts et dans l’attente d’être élevé et glorifié en Dieu, put-Il dire en se présentant à Ses disciples… « Voyez mes mains et mes pieds… c’est bien moi ; touchez-moi voyez ; un « esprit » n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’ai » …

  Jésus ressuscité… manifestation surnaturelle, indicible… suscita chez les disciples, affligés et déconcertés, un mélange, à la fois, de joie, d’incrédulité momentanée et d’étonnement… ce à quoi Jésus leur répondit de la manière la plus étonnante de naturel et de simplicité… En effet, Jésus ne fit aucun discours … aucun signe … aucune prophétie… aucun miracle… pour les « aider » à croire… si ce n’est, tout naturellement et sous leurs yeux, de « manger du poisson rôti et un rayon de miel » … pour leur « prouver » … que c’était bien Lui, vivant, debout devant eux…

  Dieu est Esprit… l’Esprit précède l’existence et toutes choses… Et les créatures humaines ont été faites à l’image de Dieu, selon la Pensée et le Dessein du Créateur… Ainsi, le corps de l’homme étant donc le contenant de son esprit, et son esprit le contenu de son corps, ils sont donc indissociables… Ce corps, « créature merveilleuse » s’écria le Psalmiste, est, cependant, sujet à toutes sortes d’altérations… faiblesse, maladie, vieillesse et mort… au point que, parfois, notre esprit fléchirait sous le poids de l’épreuve, de la souffrance… Or, nouvelle glorieuse et consolatrice… « Ce corps mortel sera revêtu de l’immortalité » … Apprendre ainsi que notre esprit et notre corps transformés sont appelés à une même destinée…Une telle nouvelle, une telle assurance nous élève autant dans l’adoration… qu’elle nous invite, en même temps, à demeurer dans la plus profonde humilité…

  Mes regards, fixant les cieux étoilés, s’abaissèrent alors… et se posèrent sur un arbre solitaire, se distinguant quelque peu dans l’obscurité… Ses branches, dépourvues de feuillage, se détachaient dénudées et blanches sous la clarté lunaire… portant en elles la promesse de la sève montante dans l’attente de la saison nouvelle… La nature de cette sève m’évoqua la Sève divine… la Vie intérieure… Cette Vie spirituelle de l’Esprit reçue en nous d’En-Haut… dans l’attente nous aussi d’en porter du fruit pour Dieu… que manifeste la transformation en nous opérée par Lui…

LES MYSTÈRES – 20 …

Format PDF

« Il vous a été donné de connaître les mystères du Royaume des cieux… »

Matt 13 :11.

———————————

  Le soleil peu à peu déclinait… le jour baissa… la pénombre amplifia les lieux traversés, les bosquets rencontrés semblèrent des forêts, les coteaux apparurent comme des montagnes… Mes pensées, mes aspirations s’approfondirent… Je réalisai que les choses connues en contenaient elles-mêmes d’autres, encore inconnues… Certes, les vérités déjà reçues, une vie et même plusieurs ne sauraient être suffisantes pour en pénétrer les sens cachés… En effet, des profondeurs jaillissent des vérités nouvelles, vivantes… dans lesquelles l’Esprit-Saint nous invite à pénétrer, et, surtout, à être nous-mêmes pénétrés par elles…

  Tout en pensant aux choses de cette vie, je mesurai combien les mots et les expressions pouvaient être différents selon les origines, les langues, les traditions religieuses… De même, le Nom de « Dieu », nommé dans les langues étrangères, présente une grande diversité de sens… comme il en est de l’âme et de l’esprit dont les termes équivalents ne se trouvent pas être exactement les mêmes… Mais que retentisse la Parole inspirée, et déjà l’Esprit de Dieu œuvre à l’intérieur de nous… Alors notre âme s’éveille au temps où… après maintes expériences parfois douloureuses de la vie… naissent dans nos cœurs des aspirations spirituelles… auxquelles répond, à son heure, la Parole de Dieu révélée en nous…

  Je fus toujours frappé de constater que, après avoir reçu la Révélation de la Parole… celle-ci nous appelle à rechercher sans cesse les profondeurs de l’Esprit-Saint… Je pris conscience de la soif spirituelle de découvrir et de redécouvrir ce qui est « surnaturel » de l’Esprit… parmi les choses quotidiennes mêmes de cette vie… L’Esprit fit donc naître spirituellement en moi un autre « moi-même » … habité d’une aspiration constante aux choses célestes… et ceci malgré les faiblesses que je discernai en moi, mais appelées à être transformées en leur contraire par la Puissance libératrice d’en haut… Ceci me révéla combien chacun de nous est cher au cœur du Fils de Dieu… qui nous introduisit dans la communion avec Dieu, Son Père, devenu dès lors notre Père… Lequel nous fit naître de nouveau, imprimant en nous la destination éternelle à laquelle Il nous appela… 

  Traversé par toutes les pensées que me suscitèrent ces réflexions, j’arrêtai mes pas… et là, dans le silence, j’élevai les yeux parcourant le faîte des collines délicatement éclairées par l’astre de la nuit… Alors surgirent en mon esprit ces paroles de Jésus à Nicodème « le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit ; mais tu ne sais d’où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l’Esprit » … « Naître de l’Esprit » … appelé à un tel Dessein de Dieu… comment serait-il possible de ne point aspirer au « souffle » de Son Esprit, dont justement l’on « entend le bruit » … Que ce bruit se révèle comme un « vent puissant », un « son doux et léger » ou un « souffle subtil » … l’essentiel est que le son intime de la Voix de la Parole soit intérieurement entendu… et que cette Parole, en se révélant à nous, devienne « Vie » en nous… 

  « Comment cela peut-il se faire ? » s’interrogea donc Nicodème, le docteur de la loi… à qui Jésus répondit « ce qui est né de la chair est chair, ce qui est né de l’Esprit est esprit » … Paroles dont la profondeur ne peut être saisie que par l’Esprit… En effet, le passage de la compréhension selon la chair à la compréhension selon l’Esprit se reçoit en nous par la voie nouvelle et vivante de Christ… Et ceci au travers du voile de Sa chair crucifiée… laquelle, crucifiant notre chair, ouvrit notre esprit à la compréhension spirituelle et de la Parole de Dieu… et de nous-mêmes…

  Les vérités, non seulement connues, mais vécues par l’Esprit-Saint ont ceci de particulier qu’elles parlent et « résonnent » au-dedans de nous… Elles se répercutent, car elles vivent, se renouvellent et renouvellent l’âme qui les a reçues… S’il nous arrivait de ne pas avoir le souvenir de certaines Grâces reçues en leur temps, les réalités célestes, étant de la nature immortelle de l’Esprit, demeurent à toujours présentes en nous… Ainsi, nos oublis mêmes ne sauraient effacer ni perdre en notre âme la présence impérissable des choses divines… car ce qui, en nous, a été transformé par l’action de l’Esprit-Saint est ce qui, de nous, appartient à l’éternité…

  Passant devant l’astre lunaire, quelques nuages laissèrent entrevoir de temps à autre le paysage sous la douce clarté… moments favorisant la recherche de l’intimité de la Présence de Dieu… dans laquelle, en cet instant, s’imprima en moi d’une façon particulière la certitude de la Parole et les vérités vivifiantes qui la constituent… Ce qui est certitude est inébranlable, mais ce qui est inébranlable en Dieu n’a pas le même sens ni n’est de la même nature que chez l’homme… Ce qui est inébranlable dans la pensée de l’homme tend par nature à s’immobiliser, à devenir « figé » … et, finalement, à être l’inverse de ce qui est vivant… alors que ce qui est inébranlable selon l’Esprit de Dieu… vit, se meut, s’accroît en nous… jusqu’à la Plénitude…

  Je découvris que la force de notre assurance est celle de la Parole même… C’est d’ailleurs là une des définitions de la foi… Or, la fidélité dans la pensée de l’homme, au lieu d’être une fermeté spirituelle, consiste souvent en une « rigidité » d’esprit… c’est-à-dire une attitude, non pas « spirituelle », mais étonnamment « mentale » … Combien, en effet, de certitudes, de convictions considérées comme spirituelles, alors qu’elles ne relèvent que du domaine « mental » … prenant pour l’Esprit divin une assurance qui n’est qu’une démarche de l’esprit humain… Je compris alors que l’attachement légaliste à la Parole n’est de même qu’une fidélité « mentale » … Le légalisme, précisément, révélant l’absence intérieure de la Présence de l’Esprit… tandis qu’une âme fidèle dans l’Esprit est celle qui a reçu la Vie et la Vision de Celui-là même en qui elle s’est confiée…

  Tout en cheminant dans la nuit, les ombres aux tournants du sentier semblaient receler quelques présences… Etrangement, ceci parut avoir une certaine relation avec les réflexions habitant mon esprit à ce moment-là… Car la Parole reçue par l’Esprit-Saint, tout en étant Lumière, est combien obscure à notre propre intelligence… Car ce n’est qu’en notre esprit régénéré, par l’Esprit de Dieu, que s’éclaire la Parole… C’est alors, non seulement par la Parole, mais par la Révélation de celle-ci, que la Parole est devenue « Présence » en nous… Présence vivifiante de cette Parole venue en la personne de Christ… Présence insondable révélant la Plénitude divine… de laquelle nous naquîmes à la Vie éternelle… Parvenu à cette cime spirituelle, était-il encore possible d’en exprimer la Profondeur ? … alors qu’elle remplit l’« espace spirituel » illimité de notre cœur…

  Dans le silence de la nuit, l’astre nocturne tantôt éclairé, tantôt obscurci par les nuées, voilant et dévoilant le paysage de sa lueur orange… ne cessait de révéler les aspects mouvants de la nature… Plus encore, je me surpris, louant Dieu de la Grâce et des Richesses de la nouvelle « création » spirituelle que nous devînmes en Jésus… attendant et aspirant, comme aussi soupire la création présente, à la « révélation des fils de Dieu » dont nous sommes… et ceci tout en recherchant les « choses d’en-haut » … dont les « prémices » spirituelles sont déjà présentes en nos cœurs…

LES MYSTÈRES – 19 …

Format PDF

« Il vous a été donné de connaître les mystères du Royaume des cieux… »

Matt 13 :11.

———————————

  Tout en cheminant, je contemplais ce qui se présentait à ma vue… Le sentier, les arbres, quelques rochers, un petit cours d’eau… au loin, la vallée, les maisons éparses, les collines… au-dessus d’elles, le ciel d’un bleu profond, quelques nuages réverbérant les rayons du soleil… Mais, me dis-je, quelle est la réalité invisible de ce qui est visible à mes yeux ? … Ceci, évidemment, dépassa ma faculté naturelle de voir, et appelait d’autres capacités pour en pénétrer la nature… réalités naturelles si proches, et, cependant, si éloignées… pour ne pas dire, nous-mêmes d’elles ! … Mais, à certains égards, n’étais-je pas aussi moi-même éloigné… de ce que je pensais être ? … Je compris, plus profondément encore, que je ne pouvais me connaître moi-même, qu’en ayant d’abord été éclairé par l’Esprit de Dieu dans la Lumière de Jésus…       

  Toute connaissance ici-bas de ce qui est, de ce qui se voit, s’entend et se ressent est exprimée par la parole… Quelles que soient les diverses langues, toute parole commença et se communiqua par l’articulation de mots et autres signes, qui constituèrent le langage humain… Selon les lieux et les climats, la langue d’un peuple aura plus ou moins de termes pour nommer les différents aspects des personnes, de la vie, des choses de ce monde… et de ce qui est au-delà… Les mots et leurs nuances, se multipliant au cours des générations, exprimèrent la richesse des pensées les plus diverses… Ainsi, au « commencement » Dieu créa toutes choses, non pas en les « pensant » seulement, mais en les « prononçant » par Sa Parole… Depuis lors, Dieu « s’exprima », Il exprime même l’inexprimable… jusqu’à faire entendre à l’intérieur de nous le murmure de la Voix de Son Esprit…

  Toute la création a une cause, un but, c’est-à-dire un sens… même si celui-ci devait, en partie il est vrai, nous demeurer impénétrable… Et ceci aiguisa d’autant plus mon esprit à rechercher l’infinie richesse de la profondeur de la Parole… laquelle nous communique la Pensée de Dieu… Car s’il est possible de comprendre les « mots » de la Parole de Dieu… autre est la compréhension de Sa « Pensée », de la profondeur des vérités de Sa Parole… De là l’aide de l’Esprit-Saint qui l’a inspirée…

  Tout en suivant le sentier avec toute la diversité qui s’offrait à mes regards… une réflexion me vint, comment comprendre l’esprit de notre temps ? Si ce n’est par l’Esprit du Créateur et ce dont Il a jugé bon de nous révéler… À l’origine, le visible et l’invisible étaient distincts, sans être opposés l’un à l’autre… ayant été l’un et l’autre créés par Dieu… Car dans la Pensée de Dieu, le « vide » n’est pas le néant, même un « rien » est quelque chose… Ainsi Dieu se révèle par des mots « visibles », c’est-à-dire, audibles… qui expriment les choses « invisibles » de Ses Pensées… et même de nos propres pensées…

  Je perçus qu’il nous a été donné, non seulement de « saisir » les Vérités divines, mais aussi d’être « saisis » par elles… d’être introduits par l’Esprit à l’intérieur d’elles… et d’être ainsi, nous-mêmes, pénétrés de la Vie de ces Vérités… Ceci m’éclaira l’origine de la Révélation…  La Parole, avant d’avoir été écrite, a été d’abord parlée de la part de Dieu… mais avant d’avoir été prononcée par Dieu, la Parole, non pas « était » … mais « Est » car elle est « Esprit » … Elle est avant le commencement puisque « toutes choses ont été faites par elle » … Aussi, plus encore, résonnèrent en moi ces paroles de l’Evangile proclamant, non seulement que la Parole « était avec Dieu » … mais que la Parole « Est Dieu » …

  Le Dieu éternel se manifesta par Sa Parole au cours des temps aux êtres terrestres que nous sommes… La Parole contient tant de mystères, que nous ne pouvons la connaître qu’« en partie », d’une « manière obscure » … mais avec la Promesse que, lorsque nous serons devant Dieu, nous Le verrons face à face… Alors nous connaîtrons, et nous nous connaîtrons nous-mêmes comme nous avons été connus de Dieu… Est-il donc connaissance plus grande ? Non point ! … Je compris qu’une telle connaissance promise, dépassant notre entendement, ne pouvait être reçue, et comprise que dans un esprit d’humilité… en une attitude intérieurement prosternée devant Dieu…

  J’atteignis une petite clairière, entourée d’une nature frémissante de vie… évoquant l’invisible Présence de Celui dont la Parole puissante, telle une brise, ne cesse de se manifester… À cet instant, me furent rappelées ces Parole de Jésus « Mes Paroles sont Esprit et Vie » … Il me vint alors à l’esprit, que ce ne fut pas lorsque Dieu a dit « que la Lumière soit ! Et qu’elle fut », que la Parole elle-même commença à « exister » … La Parole n’a pas attendu d’être exprimée pour être… elle « Est » avant qu’elle ne fût prononcée… Ainsi que s’écria le Psalmiste « Ce n’est pas un langage, ce ne sont pas des paroles dont le son ne soit point entendu » …

  Le sens d’une parole prononcée sous l’onction de l’Esprit est profondément différent de son sens naturel… L’homme pense l’éternité en rapport avec sa propre notion limitée du temps… Il en est de même de la compréhension de la Parole de Dieu… Nous sommes appelés à passer de la connaissance « selon la lettre » à celle « selon l’Esprit » … L’Esprit éclaire la Parole… laquelle, une fois reçue, s’éclaire alors elle-même en nous… Dans le Christ Jésus, la « Parole a été faite chair », et, en Sa Personne, a « habité parmi nous » … La Connaissance divine devint Présence vivante, vivifiante à l’intérieur de nous… et notre « Amour de la Vérité » révèle que nous sommes spirituellement unit à la Parole… dans une intimité spirituelle au point d’entendre le « silence » même de la Voix de cette Parole…

  Je saisis alors une similitude entre la Parole de Dieu et la prière… La prière « parlée » et la prière « pensée » … La prière silencieuse dans l’Esprit n’est pas muette… Le silence même est « entendu » de Dieu… Car l’absence est silence, mais le silence n’est jamais absence… De même, le Silence de Dieu ne signifie pas l’absence de Sa Présence… Une seule Pensée de Dieu communiquée par l’Esprit… et, déjà, Son Esprit au-dedans de nous « l’entend » … C’est ce que l’on appelle « l’inspiration » …

  Je compris alors que le « silence » qui suit la Parole ointe de l’Esprit… a une « résonnance » spirituelle à l’intérieur de nous… Résonnance se répercutant, non pas dans l’oreille, mais dans notre esprit… témoignant par-là du travail de la Parole « créatrice » par l’Esprit en nous… et formant l’« homme nouveau », « créés selon Dieu » que nous sommes devenus… C’est encore ici que je pris conscience de l’effet, non seulement de l’écoute, mais de l’œuvre de la Parole… façonnant spirituellement notre nature, afin qu’après avoir été « étrangers et voyageurs sur la terre », nous devenions « citoyens des cieux » …

  Le soleil se couchait, les ombres s’allongèrent, un souffle subtil s’éleva dans la fraîcheur du soir… Le murmure diffus de la vallée s’éteignit… À cette heure du crépuscule, une prière s’éleva dans mon âme… j’en entendis intérieurement l’« écho » dans le ciel… avec cette certitude, me dis-je, qu’il est réuni aux échos de tous ceux, dont la prière… exprimée ou pensée… est la respiration même de la vie spirituelle…      

LES MYSTÈRES – 18 …

Format PDF

« Il vous a été donné de connaître les mystères du Royaume des cieux… »

Matt 13 :11.

———————————

    L’astre d’or ne parut point… la densité des nuages et le silence régnant rendaient la profondeur de la nuit impénétrable… De tout temps, des interrogations au sujet de beaucoup de choses traversaient mon esprit… Certes, la Grâce du Sauveur avait répondu à l’essentiel, ayant ouvert la porte des cieux et celle de mon cœur… Jésus m’éclaira dès lors… Or, à cette lumière, il n’est pas possible ici-bas d’ignorer les événements frappant les êtres troublés par les drames de ce monde… sans les ressentir soi-même… L’instant fut donc propice à la réflexion, et fut par là même un appel à la prière…

  Les beautés contemplées de la création révèlent la Grandeur de Dieu… Cependant, l’absence même de la vue de ces choses créées manifeste tout autant la Puissance du Créateur… Si, en effet, un panorama grandiose suscite en nous un sentiment exaltant… la nuit la plus sombre révèle également quelque chose de la Gloire de Dieu… car le visible rendu invisible par la nuit invite intérieurement à la profondeur spirituelle… Reconnaître Dieu dans Sa Création est, certes, une approche précieuse de Sa Présence, cependant ceci nous laisse encore loin de l’intimité avec Dieu… Or, cette nuit-là régnait un silence… et ce silence fut perçu comme une voix intérieure, qui m’appela à aspirer à la Divine Présence…

  Mes yeux s’habituèrent à l’obscurité… la pénombre, en effet, contient toujours une présence infinitésimale de lumière… Chose étrange, les formes sombres des choses rencontrées m’apparurent comme étant beaucoup plus grandes, qu’elles ne l’étaient en réalité… Tout en progressant, je ne pus m’empêcher de penser au Seigneur, priant dans la nuit… Seul, dans les lieux déserts jusqu’à l’aube… J’eus alors cette pensée concernant nos sujets de prières, n’ont-ils pas parfois, eux aussi, les proportions des choses, telles que la nuit nous les fait apparaître ?… C’est-à-dire plus grands… ou plus sombres qu’ils ne le sont ?… Mais ce qui nous dépasse ne dépasse pas la Puissance de Dieu… quand, bien-sûr, ce que nous demandons se trouve être selon la pensée de Son Esprit…

  L’apparition dans l’ombre des silhouettes de la forêt et des rochers, de part et d’autre du sentier, fit que je fus amené à en pressentir les contours… À cet instant, me vinrent intérieurement ces Paroles… « Toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut, du Père des lumières, chez lequel il n’y a ni changement, ni ombre de variation » … De même que les Lumières de    notre divin Père, Ses Pensées, Ses Desseins, eux aussi, n’ont « ni changement, ni ombre de variation » … Or, depuis la chute de l’homme et ses conséquences jusqu’à nous, nous savons combien les pensées du cœur de l’homme s’altérèrent au point que l’Éternel déclara… « Mon esprit ne demeurera pas à toujours dans l’homme, car l’homme n’est que chair » … Aussi, est-ce seulement lorsque notre esprit est convaincu de péché, qu’il reçoit la Lumière… que l’âme découvre ce qu’elle est… et surtout ce qu’elle ignore d’elle-même… Car il n’est de véritable connaissance de Dieu, qu’en se connaissant soi-même, non par nous-mêmes, mais par Lui, par Son Esprit…

Avant l’aurore, Jésus priait, méditait, demeurait en silence et s’entretenait avec Son Père céleste… puis, au lever du jour, prêchait et enseignait parmi le peuple… Les Paroles de Jésus étaient acceptées par les uns et rejetées par d’autres… Car c’est la Nature spirituelle même de la Parole divine, qui convainc le cœur de l’homme… lui révélant son besoin spirituel profond, jusqu’alors ignoré de lui… Et lorsque, à l’inverse, cette Parole est refusée, celle-ci l’est par l’homme, qui, voulant demeurer maître de sa propre vie, n’écoute que sa propre parole… Tout en ne sachant pas qu’il est captif d’un tyran… qui n’est autre que lui-même…

  Cette nuit, le silence, l’état de veille, tout ceci conduisit à l’approfondissement de Sa Présence… Je demeurai dans cette Intimité spirituelle… dans laquelle se reçoit la force, par l’Esprit divin, de combattre contre les puissances adverses… ouvrant par la prière une « percée » spirituelle à travers les ténèbres… Avant même ce qui est charnel, en effet, le champ de bataille se situe d’abord dans notre esprit, plus précisément dans nos pensées… À cet égard, il nous souvient que « Dieu mit dans le cœur de l’homme la pensée de l’éternité » … La « pensée de l’éternité » … Terme combien profond, riche de sens : le siècle présent… le temps caché et inconnu… passé et à venir… la conscience de ce qui est… le temps éternel… Quelle que soit la nature de cette « pensée », Dieu n’a pas abandonné l’âme pécheresse et ignorante, mais Il l’appelle à Lui… par cette mystérieuse « disposition » en l’âme, qui est de ressentir le besoin de rechercher les choses d’En-Haut… Ceci s’accordant avec la révélation de la Parole de Jésus : « Nul ne peut venir à moi, si le Père, qui m’a envoyé… ne l’attire » … Miséricordieuse et mystérieuse attirance…

  Que resta-t-il donc, depuis lors, de la pensée déposée par Dieu dans le cœur de l’homme… dans sa conscience ? … À cette interrogation en suspens, une Parole me vint au sujet de personnes, qui « ayant pour dieu leur ventre, mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte, et ne pensent qu’aux choses de la terre » … À peine cette Parole me fut-elle remémorée, qu’une autre s’ensuivit, déplorant « les moqueurs provoquant des divisions, hommes sensuels, n’ayant pas l’esprit » … « Pas d’esprit » ?… Ceci me frappa, cependant il ne s’agissait pas ici de l’absence de l’esprit en l’homme… mais d’un esprit moralement « mort », car spirituellement « éteint » …

 En quoi consista donc l’esprit que Dieu mit dans Sa créature, et qui ne le demeura plus ? … Je fus conscient de poser une question au-delà de notre capacité de connaître… car Dieu seul « connaît le cœur de l’homme » … Il y a des pensées profondes, comme il en est aussi de superficielles…  Des pensées inspirées, nobles, élevées… et d’autres, changeantes, insolentes, corrompues… Ce sont là des pensées opposées entre elles, qui, parfois inconsciemment, nous habitent… De là, aussi étrange que cela puisse paraître, l’homme, même croyant, est une personne avec deux « personnalités » : l’une avec la foi, l’autre avec son « moi » … d’où ce combat, certes quotidien, mais cependant vainqueur, car éclairé par le discernement de l’Esprit… Le sage ne dit-il pas que « l’homme est tel que sont les pensées de son âme » ?… De même, tout croyant est le résultat de ses pensées…

  Au sein de la nuit, une intimité particulière s’était établie dans la Présence divine… Car, recouvrant ce qui est visible, la nuit garde notre regard et nos pensées loin de toute « distraction » des choses passagères… Distraction ne pouvant que nous détourner de la vision et de la compréhension des mystères de Dieu… Si, par notre esprit humain, nous tentions de comprendre les Paroles de l’Esprit divin… notre propre nature, « Instinctivement », nous en voilerait la Lumière, et nous demeurerions alors… et le Royaume de Dieu et nous-mêmes, toujours étrangers l’un à l’autre…

  Ainsi, en cette nuit où toutes choses étaient en éveil… Dieu, l’Invisible, par Sa seule Grâce devint en mon âme plus intime encore… Je pris conscience alors que celui qui prie et médite dans la solitude n’est jamais seul… quand bien même celui-ci, parfois, en éprouverait le sentiment… La Présence de l’Esprit, renouvelant mon être dans l’attente de l’aube… me fit donc aspirer, non seulement à la lumière du jour, mais à la Lumière intérieure venue d’En-Haut… Lumière éternelle, laquelle, et du temps et de la vie… ne connaît pas de crépuscule…

LES MYSTÈRES – 17 …

Format PDF

« Il vous a été donné de connaître les mystères du Royaume des cieux… »

Matt 13 :11.

———————————

  Du lieu, où je me tenais, mon regard embrassa le paysage s’étendant à mes pieds… Parmi les quelques habitations aperçues… Je ne pouvais qu’imaginer la présence des humains, presque invisibles à une telle hauteur… De si loin, de si haut, me dis-je, par quel moyen pouvais-je être au plus près d’eux ? … Si ce n’est par la prière, qui, franchissant l’espace, touche Dieu… Lequel touche l’âme qu’Il appelle… À une telle altitude, me vint cette Parole, rappelant que Dieu « marche sur les hauteurs de la terre » … Et que, d’en-haut, Il « visite son peuple » présent, et à venir… En quel temps, en quelle circonstance l’âme ici-bas sera-t-elle appelée ?… Dieu seul le sait…

  J’élevai mes yeux vers le ciel tout aussi silencieux que l’espace devant moi… C’est alors que, intérieurement, une Parole se fit entendre… proclamant que Dieu remplit non seulement les « cieux », mais « les cieux des cieux » …  Soudain, une question me vint quelque peu étrange, au point de me surprendre moi-même… Dieu « remplit les cieux » … Mais, me dis-je, rempli de « quoi » ? … Je me surpris à réfléchir à cette interrogation concernant, non seulement la nature de la Présence de Dieu, mais aussi celle de la présence de la Parole au-dedans de nous… N’avons-nous pas parfois, dans notre pensée humaine, une représentation par trop visible et tangible… de ce qui est invisible et intangible des choses spirituelles et célestes ? …

Continuer la lecture

LES MYSTÈRES – 16 …

Format PDF

« Il vous a été donné de connaître les mystères du Royaume des cieux… »

Matt 13:11.

———————————

  Arrivé dans la clairière s’ouvrant devant moi… je m’arrêtai, parcourant du regard le lieu entouré de roches et d’arbustes… je découvris un étang que je ne m’attendais pas à voir à cet endroit… ceci me fit sortir, momentanément, du cours de mes pensées… m’avançant plus près, je me penchai sur la face de l’onde… selon l’angle de vue, je vis au fond des eaux le sable, quelques galets, des herbes aquatiques… et, à sa surface, quelques roseaux et frondaisons, le flanc de la montagne, le bleu du ciel se reflétant…

  Devant ce que je venais de découvrir, j’en vins à transposer ce double spectacle… à cette « double » vision spirituelle, pour ne pas dire infinie, des vérités de la Parole de Dieu… À partir de cette observation, je saisis, bien imparfaitement certes… combien grande est la richesse de « la Sagesse infiniment variée de Dieu » … Ma très modeste compréhension des choses spirituelles en reçut alors une dimension nouvelle…

Continuer la lecture

LES MYSTÈRES – 15 …

Format PDF

« Il vous a été donné de connaître les mystères du Royaume des cieux… »

Matt 13 :11.

———————————

  Des hauteurs où je me tenais, le paysage s’étendait au loin… cimes, vallées, ruisseaux et petits ponts en révélaient la diversité… Tout en contemplant… je relevai une similitude entre paysage et visage… Autrement dit, la différence entre un beau paysage et un paysage ordinaire peut évoquer la différence entre un beau visage et un visage modeste… Tout est une question de contours, de reliefs, de creux, en un mot… de formes… En fait, à notre œil tout est image… à notre oreille tout est son… à notre esprit tout est pensée et réflexion… à notre cœur tout est sentiment et émotion…

 Poursuivant le cours de mes réflexions… j’en vins à penser qu’aucune créature ici-bas n’a exactement le même visage… Cependant, existe-t-il un visage idéal ?… Tout-à-coup, l’image, le sens de l’image prit une importance particulière… Plusieurs paroles de l’Écriture surgirent, qui se cristallisèrent en celle-ci… Le Christ Lui-même n’est-il pas « Image du Dieu invisible » ? … Jésus, existant en « forme » de Dieu, vint sous une « forme » de serviteur… Et ceci par le mystère manifesté de l’Incarnation du Fils de Dieu… Car, ici-bas, ce fut par Sa « chair » crucifiée que Jésus effaça l’acte dont les ordonnances nous condamnaient… Ce fut à travers le voile de Sa « chair » que Jésus inaugura pour nous la route nouvelle et vivante, qui nous conduit à Dieu Son Père, et notre Père…

Continuer la lecture

LES MYSTÈRES – 14 …

 

Format PDF

« Il vous a été donné de connaître les mystères du Royaume des cieux… »

Matt 13 :11.

  L’ondée s’était éloignée… les yeux levés, j’observais les nuages sillonnant la voute céleste… les uns aux contours distincts, d’autres estompés sur le bleu du ciel… Sous cette espace immense s’éclaircissant de plus en plus… Comment ne pas contempler l’Œuvre du Créateur ? … Sonder Sa création ? À cet instant, de nombreux passages de la Parole se présentèrent à mon esprit… abîme… voix… feu… vision… séisme… bruit subtil… souffle… silence même…

    L’esprit en suspend, des pensées s’élevèrent au-dedans de moi… En toutes ces choses, me disais-je, qu’elles sont les Intentions de Dieu ? … Le fait de se poser de telles questions, était-il donc surprenant ? … Devant les événements tragiques de ce monde… quel croyant n’a-t-il pas senti monter en lui cette sorte de questions ? … Cependant, peut-on s’exprimer ainsi au sujet de Dieu, l’Ineffable… et du Fils bien-aimé, Jésus-Christ, Lequel n’a « ni commencement de jour, ni fin de vie » … et qui se fit connaître à l’être « infime » que nous sommes ? …  Infime ! Or, il nous a été révélé que pour Dieu… dans son Amour éternel, incommensurable envers nous…  même le  « rien » …  existe…

Continuer la lecture

LES MYSTÈRES – 13 …

Format PDF

« Il vous a été donné de connaître les mystères du Royaume des cieux… »

Matt 13 :11.

  Portant mes regards sur le paysage revêtu de sa nouvelle parure… Je fus surpris d’en découvrir maints détails, qui m’avaient jusqu’alors échappés… le renouveau de la nature en révélait plus encore les aspects inattendus… Selon les diverses personnes, il est vrai, les mêmes choses peuvent être vues de façons différentes… Ceci me conduisit à penser aux insondables richesses des vérités de la Parole divine… qui, elles aussi, peuvent être perçues de manières diverses, différentes… mais, par l’Esprit de Dieu, jamais divergentes…

   La Parole de Dieu, tel un prisme, a une multitude de facettes reflétant et communiquant « la sagesse infiniment variée de Dieu » … D’entre toutes, la foi se présenta à mon esprit… La foi l’est d’autant plus, qu’elle nous rend participants du « fondement même des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la Pierre angulaire » …  La vérité de la foi nous apparaît comme étant parmi les plus accessibles… cependant, ce qui est fondamental, comme tout ce qui nous semble « élémentaire » … est-il donc aussi évident d’en saisir la dimension ? …  

Continuer la lecture

LES MYSTÈRES – 12 …

Format PDF

  « Il vous a été donné de connaître les mystères du Royaume des cieux… »

Matt 13 :11.

Il était nuit… la chaleur de la journée persista… Un silence régnait dans la clairière… non point ressenti comme une solitude, mais empli d’une présence particulière… J’étais enfin parvenu en ce lieu pour rencontrer Sa Présence… Présence de l’Esprit-Saint, à laquelle j’aspirais sans cesse… Recherchant donc la Pensée divine, j’en vins à méditer la Parole… non seulement les mots, par lesquels elle nous parvint… mais la révélation communiquant la vie et la lumière de cette Parole même…

Ainsi, au commencement la Parole fut prononcée… elle le fut lors de la création du monde… Aucune créature n’existant encore… et avant même qu’il y eût des auditeurs pour l’entendre… le Créateur appela les êtres vivants et toutes choses à l’existence… Ses Paroles résonnèrent dans le vide… Les cieux et la terre créés inspirèrent depuis lors le Psalmiste, qui s’écria… « Les cieux racontent la gloire de Dieu, et l’étendue manifeste l’œuvre de ses mains » … Les cieux proclamèrent la Parole même qui les créa… et l’« étendue » retentit de l’écho de cette Parole au-delà des cieux… Le mystère de la Parole ne cessa dès lors d’œuvrer à l’intérieur de la création…

Continuer la lecture