Archives de catégorie : Exode

M1 – EN VAIN …

Format PDF

  « Tu ne prendras point le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain ; car l’Éternel ne laissera point impuni celui qui prendra son Nom en vain… » Exode 20:7.

C’est ici une parole de l’Écriture que l’on applique volontiers aux incroyants, en particulier aux incrédules. Cependant nous savons que la Loi n’a pas été donnée aux incirconcis, mais aux fils d’Abraham. Ce commandement ne s’adresse donc pas aux nations, mais aux Hébreux, c’est-à-dire, non pas au monde, mais premièrement aux croyants.

  Ceci est une chose étonnante, est-ce vraiment nécessaire de mettre en garde les chrétiens contre un péché aussi évident ? Un vrai croyant se laissera-t-il surprendre par une chose aussi grave ? Assurément, et plus souvent qu’il ne le pense, mais non pas à la manière des incrédules. En effet, si le non-croyant prend le Nom de Dieu en vain en jurant par habitude ou dans une intention blasphématoire, ce n’est évidemment pas ainsi que le croyant sera susceptible de le prendre en vain. Au contraire c’est précisément dans son zèle et dans son amour pour Dieu, c’est sincèrement, mais sans le discernement de Ses Desseins, qu’il peut tomber dans cette faute. Ceci peut arriver, soit par ignorance, soit par une parole échappée des lèvres, soit, ce qui est plus grave, dans un moment de colère, mais évidemment, dans un tout autre contexte que celui de l’insulte ou du blasphème. C’est ce qui fait que l’on entend souvent dire : « Dieu m’a dit que… », « Dieu m’a montré que… » où encore : « je me suis senti poussé à… ». Et dans la suite, nous constatons que ce n’était pas la juste direction ou décision, une véritable prophétie ou encore l’appel à un certain ministère, même s’il y eut des signes, des versets ou des circonstances, qui semblaient attester le « Ainsi dit le Seigneur… » invoqué, prononcé par erreur ! Autant de fois ces choses dites en vain, autant de fois le Nom de Dieu pris en vain.

Continuer la lecture

M6 – VOICI TON DIEU …

Format PDF

  « Aaron reçut les anneaux de leurs mains, jeta l’or dans un moule et fit un veau en fonte. Et ils dirent : Israël ! Voici ton Dieu, qui t’a fait sortir du pays d’Égypte… » Exode 32:4.

  Ce n’est pas seulement des mains des Hébreux qu’est sorti ce veau d’or, mais de leurs pensées. C’était un des faux dieux du pays où ils ont tant souffert, une idole qui n’eut cependant aucune attention à leur égard au temps de leur esclavage ; et ce fut là leur choix ! Il est écrit que les hommes « se vantant d’être sages, sont devenus fous ; et ils ont changé la gloire du Dieu incorruptible en images représentant l’homme corruptible, des oiseaux, des quadrupèdes, et des reptiles… » Rom 1:22-23. Ils quittèrent l’Égypte, mais l’esprit de l’Égypte les suivit ; ceci montre que l’on peut conserver des représentations fausses de Dieu, encore après L’avoir connu. De même que les Hébreux fabriquèrent une idole à partir de leurs biens propres, c’est pareillement du moi charnel, du dedans de soi-même que l’on tire son idole, c’est-à-dire, de son idée, de ses propres idées sur Dieu et sur la Parole de Dieu. Et nous portons en nous, par nature, ces représentations humaines de Dieu prêtes à prendre forme en cas de perte de vie spirituelle.

  Faute de Présence spirituelle et invisible de Dieu, on recherche une présence matérielle et visible. On remplace donc Sa Présence par ce qui n’est qu’une représentation, laquelle, par le fait, nous tient éloignés de l’original, c’est-à-dire du Seigneur et de tout ce qui en découle. Toute prière idolâtrique exprime des besoins sentimentaux et matériels en vue d’exaucements de protection, de santé, et de prospérité ici-bas, et non de besoins spirituels et désintéressés. On reconnait, en cela, que les appels faits aux croyants en insistant sur les bénédictions que ceux-ci recevraient en retour de leur libéralité, sont du même esprit ; c’est une incitation à l’idolâtrie des biens de ce monde, sachant que « la cupidité est aussi une idolâtrie… » Col 3:5.

Continuer la lecture