Tous les articles par bvacheron

M1 – EN VAIN …

Format PDF

  « Tu ne prendras point le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain ; car l’Éternel ne laissera point impuni celui qui prendra son Nom en vain… » Exode 20:7.

C’est ici une parole de l’Écriture que l’on applique volontiers aux incroyants, en particulier aux incrédules. Cependant nous savons que la Loi n’a pas été donnée aux incirconcis, mais aux fils d’Abraham. Ce commandement ne s’adresse donc pas aux nations, mais aux Hébreux, c’est-à-dire, non pas au monde, mais premièrement aux croyants.

  Ceci est une chose étonnante, est-ce vraiment nécessaire de mettre en garde les chrétiens contre un péché aussi évident ? Un vrai croyant se laissera-t-il surprendre par une chose aussi grave ? Assurément, et plus souvent qu’il ne le pense, mais non pas à la manière des incrédules. En effet, si le non-croyant prend le Nom de Dieu en vain en jurant par habitude ou dans une intention blasphématoire, ce n’est évidemment pas ainsi que le croyant sera susceptible de le prendre en vain. Au contraire c’est précisément dans son zèle et dans son amour pour Dieu, c’est sincèrement, mais sans le discernement de Ses Desseins, qu’il peut tomber dans cette faute. Ceci peut arriver, soit par ignorance, soit par une parole échappée des lèvres, soit, ce qui est plus grave, dans un moment de colère, mais évidemment, dans un tout autre contexte que celui de l’insulte ou du blasphème. C’est ce qui fait que l’on entend souvent dire : « Dieu m’a dit que… », « Dieu m’a montré que… » où encore : « je me suis senti poussé à… ». Et dans la suite, nous constatons que ce n’était pas la juste direction ou décision, une véritable prophétie ou encore l’appel à un certain ministère, même s’il y eut des signes, des versets ou des circonstances, qui semblaient attester le « Ainsi dit le Seigneur… » invoqué, prononcé par erreur ! Autant de fois ces choses dites en vain, autant de fois le Nom de Dieu pris en vain.

Continuer la lecture

M2 – CELA NE T ‘ ARRIVERA PAS … !

Format PDF

  « Pierre, l’ayant pris à part, se mit à le reprendre, et dit : « À Dieu ne plaise, Seigneur ! Cela ne t’arrivera pas… ! » Matt 16:22.

  Par cette parole, Pierre exprime sa sincérité, mais c’est une sincérité d’homme charnel et non d’homme spirituel. Il montre ses sentiments les meilleurs dans le but de protéger, de défendre son Seigneur, mais dans une incompréhension totale du plan de Dieu. Jusqu’à ce jour, Jésus qui les avait choisis et envoyés afin d’annoncer le Royaume de Dieu par la parole et les miracles, les exhortait, les reprenait et les encourageait ; et voici, qu’au terme de sa vie terrestre en tant que Fils de l’homme, Il parle de son départ, de l’abandon dont Il sera l’objet, de Sa condamnation et de Ses souffrances.

  Alors c’en est trop, Jésus est trop bon, Il est trop pur, trop juste pour qu’il en soit ainsi ! À leurs yeux, les disciples ont l’impression que Jésus défaille, ils le voient comme emporté par les événements qui se précipitent. C’est ainsi qu’ils se décident à prendre les choses en mains, de s’occuper de Lui, une fois pour toutes ! Ils réagissent à leur manière et poussent même la présomption jusqu’à prendre soin de Celui qui prenait soin d’eux, à défendre Celui-là même qui les défendait du Malin, et surtout d’eux-mêmes ! Ils prennent Dieu même à témoin pour faire exactement le contraire de ce que Dieu avait résolu faire.

Continuer la lecture

M3 – DANS LE SECRET …

Format PDF

  « Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le lieu secret, te le rendra… ! » Matt 6:6.

  Les Œuvres de Dieu éclatent aux yeux des hommes, et il y a aussi des œuvres de croyants qui éclatent aux yeux de Dieu, celles-là sont d’autant plus vues de Dieu qu’elles ne sont pas vues des hommes. Tout ce qui se fait selon Dieu, dans le croyant, et par lui, a d’abord été prié et reçu dans le secret. Jésus, parlant de Lui, dit : « En vérité, en vérité, le Fils ne peut rien faire de Lui-même, il ne fait que ce qu’Il voit faire au Père ; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement… » Jean 5:19. Les œuvres qui portent la marque de Dieu sont déjà faites dans le secret, elles naissent dans la solitude pour soi-même d’abord, pour autrui ensuite. Cette attente enfante les œuvres durables.

  Jésus   s’entendit   dire  de   la   part   de   ses   frères   dans   la   chair : « Personne n’agit en secret, lorsqu’il désire paraître : si tu fais ces choses, montre-toi toi-même au monde… » Jean 7:4. Ses frères ont raison pour ce qui est de répandre l’Évangile, mais ils comprennent la mission de Jésus à leur manière, et ils ont une conception humaine sur les moyens de l’accomplir, et Jésus leur répond : « Montez, vous, à cette fête ; Pour moi, je n’y monte point, parce que mon temps n’est pas encore accompli… » Jean 7:8. Jésus reste dans le secret de l’attente, dans l’attente d’un signe qui Lui indiquera la manière spirituelle la plus efficace d’y manifester le Royaume de Dieu.

Continuer la lecture

M4 – PLUS GUÈRE …

Format PDF

  « Et maintenant je vous ai dit ces choses avant qu’elles arrivent, afin que, lorsqu’elles arriveront, vous croyiez. Je ne parlerai plus guère avec vous, car le prince du monde vient. Il n’a rien en moi… » Jean 14:29-30.

  Étonnante, cette parole de Jésus dans un tel moment de Sa vie si lourd de conséquences. Sa vie terrestre touche à sa fin, les disciples pressentent qu’ils vont au devant d’un grand dénouement et ils n’osent L’interroger, ne leur a-t-il pas dit : « Je ne parlerai plus guère avec vous … ! ». En face de ces événements sur le point d’arriver, est-ce vraiment le moment de se taire ? Ne faut-il pas plutôt affermir l’âme, fortifier la foi ? Ceci nous étonne profondément, car s’il est un temps où les disciples, tenant compte de ce qui va arriver à Jésus comme à eux-mêmes, ont besoin d’entendre l’exhortation de la Parole de Dieu, c’est bien en un temps comme celui-ci.

  Avec l’aide du Seigneur, sondons les raisons divines de Ses « paroles en suspens » ; elles proviennent de Sa connaissance profonde des sentiments et des pensées des cœurs et elles répondent à l’attitude des incroyants comme à celles des croyants. C’est donc à l’égard de nous-mêmes que nous demanderons au Seigneur pourquoi ne parle-t-Il plus guère aujourd’hui. Comprenons-nous bien, ce n’est pas à dire que Dieu soit devenu muet et qu’Il n’ait plus rien à dire, ou encore, que l’Esprit-Saint n’ait plus de révélation ou de profondeur à nous communiquer, bien au contraire ! Si Dieu ne parle plus guère, c’est parce qu’on ne l’écoute plus guère ! C’est en raison du manque de faculté spirituelle à saisir les vérités divines. Rares sont les âmes qui recherchent, méditent, dévorent la Parole incorruptible de Dieu, alors que, d’un autre coté, l’activité effervescente de l’évangélisation est de plus en plus grande, ce dont nous nous réjouissons ; mais c’est là un signe annoncé dans les derniers temps.

Continuer la lecture

M5 – RABBI, MANGE …

Format PDF

  « Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait ; ne serait-ce pas le Christ ? Ils sortirent de la ville, et ils vinrent vers lui. Pendant ce temps, les disciples le pressaient de manger, disant : Rabbi, mange… ! » Jean 4:29-31.

  Pendant que chaque trait des paroles de Jésus illumine le cœur de la Samaritaine, les disciples reviennent avec leurs provisions de la ville de Sychar. Jésus est ému de voir les profondeurs de la Vérité pénétrer cette femme à la vie légère. Le Messie et la délivrance venant de lui être révélés, elle s’en retourne à la ville témoigner de ce qu’elle a reçu, et, dans sa hâte, elle en laisse sa cruche auprès du puits. Jésus tressaille en son esprit de ce que cette femme non-juive a saisi ce que des docteurs et des scribes à Jérusalem n’ont pas compris.

  Pendant ce temps, les disciples, se tenant là, pressaient Jésus de prendre son repas. « Rabbi, mange… ! » Ces paroles arrachent Jésus à ses pensées. Peut-on demander chose plus déplacée en un tel moment ? Ce ne peut être que quelqu’un qui ne connaisse pas Jésus, des personnes qui ne soient pas accoutumées à voir Jésus abimé dans une méditation profonde ou qui ne sachent pas ce que c’est que de boire ces paroles ! Non point ! Ce sont tout simplement ses propres disciples qui ont faim et parce qu’ils veulent manger, ils estiment que Jésus doit aussi avoir faim comme eux ! Ils viennent de rompre la méditation de Jésus qui leur répond : « J’ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas. Ma nourriture est de faire la volonté de Celui qui m’a envoyé, et d’accomplir son œuvre… » Jean 4:32-34.

Continuer la lecture

M6 – VOICI TON DIEU …

Format PDF

  « Aaron reçut les anneaux de leurs mains, jeta l’or dans un moule et fit un veau en fonte. Et ils dirent : Israël ! Voici ton Dieu, qui t’a fait sortir du pays d’Égypte… » Exode 32:4.

  Ce n’est pas seulement des mains des Hébreux qu’est sorti ce veau d’or, mais de leurs pensées. C’était un des faux dieux du pays où ils ont tant souffert, une idole qui n’eut cependant aucune attention à leur égard au temps de leur esclavage ; et ce fut là leur choix ! Il est écrit que les hommes « se vantant d’être sages, sont devenus fous ; et ils ont changé la gloire du Dieu incorruptible en images représentant l’homme corruptible, des oiseaux, des quadrupèdes, et des reptiles… » Rom 1:22-23. Ils quittèrent l’Égypte, mais l’esprit de l’Égypte les suivit ; ceci montre que l’on peut conserver des représentations fausses de Dieu, encore après L’avoir connu. De même que les Hébreux fabriquèrent une idole à partir de leurs biens propres, c’est pareillement du moi charnel, du dedans de soi-même que l’on tire son idole, c’est-à-dire, de son idée, de ses propres idées sur Dieu et sur la Parole de Dieu. Et nous portons en nous, par nature, ces représentations humaines de Dieu prêtes à prendre forme en cas de perte de vie spirituelle.

  Faute de Présence spirituelle et invisible de Dieu, on recherche une présence matérielle et visible. On remplace donc Sa Présence par ce qui n’est qu’une représentation, laquelle, par le fait, nous tient éloignés de l’original, c’est-à-dire du Seigneur et de tout ce qui en découle. Toute prière idolâtrique exprime des besoins sentimentaux et matériels en vue d’exaucements de protection, de santé, et de prospérité ici-bas, et non de besoins spirituels et désintéressés. On reconnait, en cela, que les appels faits aux croyants en insistant sur les bénédictions que ceux-ci recevraient en retour de leur libéralité, sont du même esprit ; c’est une incitation à l’idolâtrie des biens de ce monde, sachant que « la cupidité est aussi une idolâtrie… » Col 3:5.

Continuer la lecture

M7 – À QUI IRIONS-NOUS … ?

Format PDF

  « Jésus donc dit au douze : Et vous, ne voulez-vous pas aussi vous en aller ? Simon Pierre lui répondit : Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Et nous avons cru et nous avons connu que tu es le Christ, le Saint de Dieu… » Jean 6:67-69.

  Jésus venait de soulever le voile sur quelques mystères du Royaume de Dieu à ceux qui L’entouraient et, dit l’Écriture « dès ce moment, plusieurs de ses disciples, se retirèrent, et ils n’allaient plus avec Lui … » Jean 6:66. Ce qui est répréhensible, ce n’est pas de ne pas comprendre, mais de ne pas chercher à comprendre ! Jésus ne juge pas nécessaire de courir après eux pour s’expliquer davantage, car Il sait que ce qu’Il dit est suffisant à ceux qui doivent comprendre comme pour ceux qui ne comprennent pas ou qui ne veulent pas comprendre.

  Les disciples, se tenant devant Jésus, Celui-ci les met à l’épreuve : « … Ne voulez-vous pas aussi vous en aller… ? ». Contrairement à ce que feraient certains conducteurs qui considèrent les âmes comme un bien propre, Jésus, au lieu de conserver le peu qui lui reste, les invite à ne pas se croire obligés de demeurer avec Lui, si eux aussi n’ont pas compris ! Jésus prend le risque de tout perdre dans le dessein de mettre au grand jour ce qui se tient dans le fond des cœurs à son égard. « … Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle… », s’exclame Pierre, au nom de tous. L’on découvre, dans la suite, que les disciples n’ont pas plus compris que ceux qui se sont retirés, ceci se révèle lors de leurs entretiens avec le Seigneur. Cependant, ils ne partent pas, ils restent. Ils n’ont pas saisi les paroles, mais ils ont été saisis par la Vie spirituelle dont Ses paroles sont chargées, ainsi que par la dimension éternelle qu’elles leur font entrevoir. Jésus ne dit-Il pas aux Juifs : « Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle : ce sont elles qui rendent témoignage de moi. Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie… » Jean 5:39-40.

Continuer la lecture

M8 – SI VOUS ÉTIEZ AVEUGLES …

Format PDF

  « Quelques pharisiens qui étaient avec lui, ayant entendu ces paroles, lui dirent : Nous aussi, sommes-nous aveugles ? Jésus leur répondit : Si vous étiez aveugles, vous n’auriez pas de péché. Mais maintenant vous dites : Nous voyons. C’est pour cela que votre péché subsiste… » Jean 9:40-41.

  « Si vous étiez aveugles… ». C’est ici la seule fois dans les Écritures où nous voyons Jésus souhaiter à des âmes d’être aveugles, et cela pour leur bien ! Il ne s’adresse pas ici à des publicains ou à des gens de mauvaise vie, mais à des pharisiens, qui « passent pour être vivants, et qui sont morts… » Apo 3:1, et qui, comme d’autres personne avec l’esprit religieux des propres justes dans les temps à venir, posent donc cette question : « Et nous aussi, sommes-nous aveugles… ? » Question inutile, puisqu’ils sont persuadés de voir, et le malheur pour eux, vient précisément du fait qu’ils ne se savent pas aveugles. C’est la raison pour laquelle les pharisiens ne sont pas capables d’enseigner la Loi sans orgueil et sans hypocrisie, ni de la pratiquer avec la justice et la miséricorde. Il y aurait plus d’espoir pour de telles âmes à se reconnaître aveugles, car, à partir de leurs ténèbres, elles distingueraient la Lumière et y aspireraient !

  Jésus dit : « L’œil est la lampe du corps. Si ton œil est en bon état, tout ton corps sera éclairé ; mais si ton œil est en mauvais état, tout ton corps sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes ces ténèbres… ! » Matt 6:22-23. Ainsi, en celui qui croit voir, il se révèle que ses propres lumières proviennent de ses ténèbres intérieures, ténèbres qui sont ses propres pensées, par lesquelles il conçoit humainement les choses spirituelles. Aussi, le Seigneur agit-il de manière à ce que l’âme voit d’abord ses propres ténèbres, afin de discerner la vraie Lumière. Car ici se révèle une des voies mystérieuses de l’Esprit-Saint opérant dans les cœurs, en ce que, jamais, la vraie Lumière n’ « éclaire » les fausses lumières, sans avoir auparavant convaincu celles-ci de ténèbres, alors seulement, la vraie Lumière triomphe de ses ténèbres. Il en est de même pour ce qui concerne la connaissance : l’on peut connaitre Christ le mieux et le plus bibliquement possible et, cependant, n’en retirer ni transformation ni approfondissement faute de se connaitre soi-même par Lui et en Lui ! Seule, la connaissance de soi révélée par la connaissance de Dieu nous pousse à Sa ressemblance. Car nous apprenons qui Il est, et qui nous sommes nous-mêmes devant Lui, comme aussi ce que nous ne sommes pas ! Ce face à face de notre petitesse et de la Sainteté de son Amour nous jette à Ses pieds, et c’est dans cette disposition intérieure que Sa Vérité nous affranchit et nous transforme à Son Image.

Continuer la lecture

M9 – J’AI EU PEUR …

Format PDF

  « Alors ils entendirent la voix de l’Éternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l’homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l’Éternel Dieu, au milieu des arbres du jardin. Mais l’Éternel Dieu appela l’homme, et lui dit : Où es-tu ? Il répondit : J’ai entendu ta voix dans le jardin, et j’ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché. Et l’Éternel Dieu dit : Qui t’a appris que tu es nu ? Est-ce que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais défendu de manger… ? » Gen 3:8-11.

  Avant la chute, la Voix de l’Éternel suscitait en Adam et Ève un sentiment de félicité, de sécurité et de reconnaissance, depuis lors, cette même Voix éveilla dans leur cœur un sentiment nouveau et inconnu d’eux : la peur ! S’il est un sentiment que le premier homme ne connaissait pas, c’était bien la peur ! Ainsi, à cause de cette peur, Adam s’est caché, il ne se tient plus dans les dispositions de cœur et à la place, où il avait coutume de rencontrer Dieu et d’entendre Sa Voix. La peur, découlant du péché, met une distance, une séparation entre l’homme et Dieu, et ce n’est pas simplement « au milieu des arbres du jardin… », mais c’est en lui-même, dans sa propre peur, qu’Adam s’est caché ! C’est là sa cachette, devenue en réalité son cachot par l’effet même de sa peur. Car il a peur de voir Dieu, autant qu’il a honte de se voir, mais, en se cachant, Adam, spirituellement, est déjà « exilé ». Cette séparation dans l’Éden loin de la Face de Dieu préfigure déjà ce qu’il en sera au sujet du jugement de ceux qui, après l’avoir connue, et même reconnue n’obéissent pas à la Parole de Dieu, et dont les conséquences sont « une ruine éternelle, loin de la face du Seigneur et de la gloire de sa force… » II Thess 1:9.

  Dieu, à qui rien n’est caché, appelle Adam, afin que celui-ci soit contraint à répondre, non seulement à Dieu, mais à lui-même, sur la raison de son absence. C’est ici la voie par laquelle s’opère la conviction de péché. Adam eut peur parce qu’il se vit nu, alors qu’auparavant, dit l’Écriture « l’homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n’en avaient point honte… » Gen 2:25. Nous comprenons mieux la nature de la peur d’Adam, quand nous saurons que la nudité est la découverte de l’homme, non par Dieu, mais par lui-même de ses sens comme de son intelligence, en n’étant pas soumis à l’Esprit-Saint. Cette peur vient donc de la connaissance de choses, que l’on ne peut maîtriser sans l’aide de Dieu ! Cela prouve aussi que l’on connait la Parole de Dieu, puisque la peur découle de la transgression de cette Parole.

Continuer la lecture

M10 – DE SON CHEF …

Format PDF

  « Si quelqu’un veut faire sa volonté, il connaîtra si ma doctrine est de Dieu, ou si je parle de mon chef. Celui qui parle de son chef cherche sa propre gloire ; mais celui qui cherche la gloire de celui qui l’a envoyé, celui-là est vrai, et il n’y a point d’injustice en lui… » Jean 7:17-18.

  L’Israélite pieux qui voulait suivre la Parole de Jésus s’apercevait qu’il demeurait dans l’enseignement de l’Éternel, son Dieu, et que la Loi était confirmée. Si Jésus avait parlé de son propre chef, Il n’aurait pas cherché la Gloire de Son Père, mais la Sienne. Au travers des Écritures, la Personne de Jésus se révèle, à la fois, une et extraordinairement diverse. Ce Seigneur est « le Fils de l’homme, qui a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés… » Matt 9:6, et « le Chef de l’Église, qui est son corps, et dont Il est le Sauveur… » Eph 5:23, et encore Celui « qui soutient toutes choses par sa parole puissante… » Héb 1:3. Jésus, Fils de l’Homme, révèle une telle humilité, qu’Il ne put la manifester qu’en tant que Fils Unique venu de Dieu. Jésus, animé de cette pensée, laisse entrevoir le combat permanent et constamment vainqueur sur la tentation  «  sur les hommes lui demandant d’être leur roi… » Jean 6:15, comme sur la tentative vaine de Satan de l’amener  à  « être  égal  avec  Dieu… » Phil 2:6.

  Certes Jésus, en ne parlant pas de son propre chef, n’en a pas été réduit à « réciter » les paroles de Moïse, des Prophètes et des Psaumes, mais Il les a accomplies et révélées pour nous les graver dans l’esprit et dans le cœur par Son Esprit. Jésus s’est exprimé, à maintes reprises, par ces termes : « Vous avez entendu qu’il a été dit aux anciens… Mais moi, je vous dis que… » Matt 5:21, 22. En parlant de la sorte, Jésus ne défait pas la Loi, Il la parfait ; et, par Sa vie, Sa mort et Sa Résurrection, Il nous a rendus capables de l’accomplir par la force qui vient de Lui. C’est aussi dans le but de révéler, à la fois, plus ouvertement et plus intimement les Mystères de Dieu, que Jésus dit aux apôtres : « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant… » Jean 16:12. Avant que l’Esprit ne fût reçu dans les cœurs, Jésus savait que s’Il en avait dit davantage sur Ses Origines et les Profondeurs de Dieu, les uns se seraient attachés à Lui comme à un sage,  comme à un ange, et non comme à un Sauveur, ce qu’Il est avant tout ! Jésus savait cela ! Les huissiers venus pour L’arrêter, n’ont-ils pas dit : « Jamais homme n’a parlé comme cet homme… ? » Jean 7:46, et Ils ne L’ont pas arrêté. Tandis que ses adversaires, aveuglés et jaloux, en se hâtant de faire disparaître Jésus, auraient ainsi précipité l’heure et le lieu de sa mort ; ce que, d’ailleurs, recherchait Satan afin d’annuler le Plan de Dieu, qui a fixé toutes choses à l’avance, et le lieu et l’heure, en vue de leur pleine efficacité. Nous saisissons ici le sens profond des paroles du Sage : « Ne sois pas juste à l’excès, et ne te montre pas trop sage : pourquoi te détruirais-tu… ? »  Ecc 7:16.

Continuer la lecture